Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche Révolutionnaire Drôme Ardèche, section française du Comité pour une Internationale Ouvrière
  • : "Pour une société démocratique socialiste" La Gauche Révolutionnaire lutte pour un monde débarrassé de la misère et de l'exploitation. Un monde où l'économie sera organisée démocratiquement par les travailleurs eux-mêmes pour satisfaire les besoins de tous. Pour cela, il faut en finir avec le capitalisme et sa loi du profit. C'est par le socialisme, par une Révolution, par la planification démocratique de l'économie que pourra commencer à se mettre en place une société démocratique socialiste
  • Contact

campagnes GR Drôme

Facebook

Citation

« Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives. [...] les antagonismes des classes une fois disparus dans le cours du développement, toute la production étant concentrée dans les mains des individus associés, alors le pouvoir public perd son caractère politique. Le pouvoir politique, à proprement parler, est le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre. Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue forcément en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination comme classe.

A la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. »

marxMarx / Engels
Manifeste du parti communiste
1847
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 20:44
Tunisie : La grève générale fait trembler le pays et précipite la crise politique au sommet de l’Etat

Le fouet de la contre-révolution provoque une nouvelle étape dans la lutte de masse

 

Article suivi d’une interview de Dali Malik, sympathisant du CIO en Tunisie
Image
     Comme l'interview ci-dessous l’indique, l’assassinat du dirigeant de gauche Chokri Belaïd représente un « point tournant» dans le processus de révolution et de contre-révolution qui se déroule en Tunisie depuis plus de deux ans maintenant. Cet épisode a ouvert un nouveau chapitre de confrontations dans la bataille en cours entre la masse des travailleurs tunisiens, des pauvres et des jeunes, et le gouvernement largement discrédité dirigé par Ennahdha. Il a aussi précipité la crise politique au sommet de l’appareil de l’Etat.
     De nombreux commentateurs décrivent les événements récents comme un « sursaut laïque contre les islamistes ». Si les tentatives faites par Ennahdha et par d’autres groupes islamistes, en particulier les gangs salafistes, de faire reculer les traditions séculaires de longue date en vigueur dans le pays ont joué un rôle dans l'alimentation de la colère générale, une telle vision simpliste n’explique que très peu la situation. En effet, comme en Egypte, les questions sociales sont au cœur de la bataille en cours. Le chômage de masse, la flambée généralisée des prix, la misère sociale et la marginalisation des régions constituent l'arrière-plan de la colère politique de masse dirigée contre les dirigeants actuels, dont les politiques économiques néolibérales ont suivi exactement le même chemin désastreux pour la majorité de la population que celles de la clique mafieuse qui a été balayée du pouvoir il y a deux ans.
    
Dernière mise à jour : ( 14-02-2013 )

Lire la suite...

 

 

 

 

 

Depuis mercredi dernier, le parti au pouvoir est dans la ligne de mire de manifestants en colère dans tout le pays, réclamant la chute du régime et une nouvelle révolution. Pendant des jours, des affrontements entre manifestants et forces de police ont eu lieu dans de nombreux endroits, en particulier dans les régions militantes de l'intérieur du pays comme Gafsa ou Sidi Bouzid. La grève générale de vendredi, la première dans le pays depuis 1978, a complètement paralysé l'économie du pays et a été combinée avec une mobilisation historique dans les rues de la capitale pour la commémoration de la mort de Belaïd. Le slogan «Chokri, repose-toi, nous continuerons ton combat! » exprimait un sentiment largement partagé: il s’agissait en effet d’un cortège funèbre très politique, l’ambiance dans les rues était celle d’une opposition et d’un mépris de masse à l’égard du régime. Des centaines de Tunisiens ont protesté à nouveau lundi devant l'Assemblée Nationale, demandant la démission du gouvernement.
Des pourparlers sont maintenant engagés depuis plusieurs jours dans les coulisses du pouvoir pour tenter de former un gouvernement de soi-disant «unité nationale». Comme c’est arrivé un certain nombre de fois depuis la chute de Ben Ali, la classe dirigeante, craignant la vague révolutionnaire, est à la recherche de la mise en place d’un gouvernement qui puisse assurer la «continuité» de l’Etat, ou plutôt de «leur» Etat: un Etat qui puisse maintenir les masses laborieuses en échec, réprimer leurs actions et revendications, et bloquer leurs prétentions à prendre les choses entre leurs mains.
La gauche et la centrale syndicale, l’UGTT, ne doivent pas mettre les pieds dans ces manœuvres! Comme Dali l’explique, la coalition de gauche du Front populaire doit « refuser tout accord avec des forces hostiles aux travailleurs et aux camps de la révolution ». Le Front Populaire argumente à présent en faveur d'un « Congrès National de Dialogue» et appelle à un gouvernement d’«urgence», ou de «crise». Tant le Parti des Travailleurs que le Parti des Patriotes Démocrates Unifié (l’organisation de Belaïd) se positionnent en faveur d’un gouvernement de «compétences nationales», toutes des formulations très vagues au demeurant, ouvrant la porte à d'éventuels arrangements gouvernementaux entre une partie de la direction du mouvement ouvrier et de la gauche, avec des éléments pro-capitalistes. L’idée de construire « l’unité nationale » présente à nos yeux le problème fondamental de ne pas clairement tracer la ligne de démarcation entre les amis et les ennemis de la révolution.
Le CIO pense pour sa part qu’il n’y a qu’une seule unité possible: l’unité de la classe ouvrière, de la jeunesse et des pauvres pour poursuivre leur révolution, et ce jusqu’à la mise en place, à travers la lutte de masse, d’un gouvernement qui leur appartient, par la construction d’instruments ad hoc: comités de grève, comités de quartier, etc.
Pour faire valoir ses arguments vers de larges couches de la population, le Front Populaire pourrait affirmer qu’il ne rentrerait dans un gouvernement que sur la base d’un certain nombre de conditions, qui inclurait : le retour de toutes les entreprises privatisées dans l’orbite du public, l'annulation totale de la dette, le lancement d’un plan d’investissements publics dans les infrastructures via la création massive d’emplois socialement utiles, l’imposition d’un monopole de l’État sur le commerce extérieur, et la prise en charge des secteurs stratégiques de l'économie entre les mains des travailleurs, au travers de représentants démocratiquement élus par eux. En pratique, un tel programme ne pourrait être mis en œuvre qu’indépendamment de tous les partis qui défendent la logique du capitalisme, et qui sont seulement intéressés à négocier des postes ministériels dans un futur gouvernement composé de représentants et défenseurs des grosses entreprises.
En outre, d’importantes unités de l’armée ont été déployées ces derniers jours dans la capitale ainsi que dans d’autres villes. L'état d'urgence est toujours en cours, et l'ancien appareil policier continue son sale boulot de répression et d’abus et de violence contre les manifestants. Les masses ne doivent pas laisser les forces de l’État contrôler les rues, mais doivent les réclamer, en conjonction avec la construction d’organes de défense révolutionnaires, composés de militants ouvriers, de syndicalistes, de jeunes etc, pour empêcher la violence de la réaction de riposter. Des appels en direction des soldats du rang devraient être encouragés dans ce but, afin de diviser l'Etat selon des lignes de classe, et construire un puissant contrepoids face à la menace de possibles complots provenant des classes supérieures.
Le Front populaire devrait mettre en avant un plan d’action clair, visant à renforcer la révolution et à la défendre contre les tentatives de la repousser en arrière, que ce soit par l’armée, par la police ou par des milices réactionnaires. Par exemple, il pourrait appeler à des assemblées de masse dans les lieux de travail et les localités, dans les universités et les institutions publiques, dans les écoles et dans les quartiers, etc, pour que les masses puissent discuter et déterminer, de la manière la plus démocratique et collective possible, quelles devraient être les prochaines étapes de leur lutte, et comment s’organiser partout contre la contre-révolution. Une nouvelle grève générale, après le succès de celle de vendredi, pourrait peut-être servir à réaffirmer la force de la révolution et de la classe ouvrière organisé, et contribuer à en finir avec la clique dirigeante actuelle, dont la légitimité, aux yeux de la majorité, a disparu depuis longtemps.
Dans certaines régions, les récents incidents ont encouragé les masses à renouveler instinctivement avec des formes antérieures d’auto-organisation: des comités de quartiers ont rejailli dans certains quartiers populaires de Tunis, au Kef et en quelques autres endroits. Ces exemples doivent être utilisés pour être élargis ailleurs, jusques et y compris sur les lieux de travail et dans les usines, pour servir de tremplin vers l’institution du contrôle et de la gestion, par les travailleurs eux-mêmes, des leviers économiques de la société.
L’appel à un « Congrès national » prendrait tout son sens s’il s’adresse aux masses révolutionnaires elles-mêmes. Cette proposition devrait être liée à la nécessité de construire et de coordonner des comités de lutte au niveau local, régional et national, élisant leurs représentants, révocables, issus directement des forces vives de la révolution, des couches combatives de l'UGTT, du mouvement ouvrier et de la jeunesse. De tels comités prépareraient ainsi la classe ouvrière et les pauvres à l’exercice du pouvoir et à la reconstruction de la société, sur la base d’un plan socialiste de production organisé de manière démocratique par la population. Une telle démarche audacieuse, vers l'établissement d’une Tunisie socialiste et démocratique, aurait un impact électrifiant et inspirant pour les travailleurs et les jeunes, dans la région et dans le monde entier. Elle établirait rapidement le lien avec le mouvement ouvrier révolutionnaire égyptien et d'autres, afin d'engager les premiers pas vers la construction d'une fédération socialiste libre des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.
" Peux-tu expliquer rapidement quelles sont le contexte et l’implication de l’assassinat de Chokri Belaïd?
- La mort de Chokri Belaïd représente un événement majeur et un point tournant dans le processus révolutionnaire tunisien. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’une immense colère s’accumulait déjà depuis des mois contre le gouvernement en place. La mort de Belaïd a pris place dans un contexte où l’establishment politique, le gouvernement et l’Assemblée Nationale Constituante nageaient déjà dans une crise sans précédent. Cette situation reflète l’incapacité des classes dominantes à faire tenir une formule ministérielle capable d’imposer leurs plans contre-révolutionnaires tout en ayant suffisamment d’assise populaire pour le faire. C’est une équation impossible.
Cela fait sept mois maintenant qu’on nous parle d’un remaniement ministériel mais ils n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord, en premier lieu du fait de la colère sociale gigantesque qui s’exprime aux quatre coins du pays. La haine anti-gouvernementale avait déjà atteint un très haut niveau d’intensité avant que l’assassinat de Chokri Belaïd n’ait lieu. Cet assassinat a donc mis le feu aux poudres. Belaïd n’était pas « le » dirigeant révolutionnaire le plus en vue, mais c’était un militant avec une certaine stature, qui s’est fait connaitre surtout suite à la révolution.
Des mobilisations massives ont explosé très vite partout suite à l’annonce de sa mort, certaines avec un caractère insurrectionnel. 72 locaux d’Ennahdha ont été incendiés dans les derniers jours ! Des manifs de grande dimension ont pris place dans la demi-heure qui a suivi la mort de Belaïd ; des sit-in, des grèves, des clashs avec les flics, etc font partie intégrante du paysage, à un niveau encore plus élevé que d’habitude, depuis mercredi. Et le jour de l’enterrement, une avalanche humaine a déferlé sur la capitale, ainsi que des manifestations de masse dans toute une série de villes. Certains chiffres évoquent plus d’un million de personnes dans les rues de Tunis vendredi ; il est impossible de décrire avec des mots l’ambiance qui y régnait. Les slogans repris dans la manif appelaient à la chute du régime, à une nouvelle révolution, accusaient Rached Ghannouchi (le chef d’Ennahdha) d’être un assassin, etc.
- Quel a été l’impact de la grève générale de vendredi ?
- La grève générale a été extrêmement bien suivie. L’adhésion était massive et totale. Même des entreprises où il n’y a pas de représentation syndicale, des institutions qui ne font jamais grève, ont débrayé. Cela est aussi vrai pour de nombreux cafés, des petits techniciens, des petits commerçants supposés pro-Ennahdha, qui ont fait grève également. Tout le pays était paralysé, comme cela ne s’est probablement jamais produit dans l’histoire de la Tunisie. Cette grève et la mobilisation qui l’a accompagnée a donné un nouveau coup de ‘boost’ à la révolution et à la confiance des masses. Elle a aussi touché de plein fouet le gouvernement, qui tremble maintenant littéralement sur ses bases.
Le premier ministre Jebali est à présent engagé dans des pourparlers incessants pour essayer de sauver la face du pouvoir. Il tente de recomposer un appareil gouvernemental qui peut « tenir la face ». Mais la colère contre Ennahdha a atteint un paroxysme, au point que ce parti est au bord de l’implosion. L’aile radicale du parti a tente de mobilisé ses troupes samedi, mais ce fut un flop : même en payant des gens, ils n’ont pas réussi à faire descendre plus de 3000 personnes dans le centre de Tunis !
La crise institutionnelle est profonde. Toute l’opposition a gelé sa présence à l’Assemblée Constituante, et le régime est vraiment déstabilisé. Aussi, des frictions se sont fait jour avec les puissances impérialistes sur la marche à suivre. Du point de vue des classes dirigeantes, il n’y a donc pas de solution évidente. Il y a quinze jours encore, des discussions étaient en cours avec les institutions financières internationales pour engager un programme de « réformes structurelles » (un euphémisme pour des plans d’attaques néolibérales, telles que la baisse de certaines subventions à des produits de base, de nouvelles privatisations, des baisses de salaires, etc) mais la mort de Belaïd a tout court-circuité. L’aile pragmatique d’Ennahdha autour de Jebali ainsi que les impérialistes semblent privilégier l’option d’un gouvernement de « technocrates » ; mais même une telle formule est pour eux difficile à mettre en place, et même si elle l’est, il n’est pas sûr qu’elle puisse tenir le coup. Dans ces conditions, nous devons être sur nos gardes, car même l’option d’un coup d’état ne peut plus être écartée, bien qu’il ne s’agisse pas de la perspective la plus immédiatement plausible.
- Qu’en est-il de la coalition de gauche du Front Populaire ?
 - Le Front Populaire a une forte implication dans les luttes et les mouvements sociaux depuis sa fondation. Il joue un rôle central dans les mobilisations, et ses militants sont une force agissante dans presque toutes les mobilisations. Par exemple, le Front a joué un rôle décisif dans la grève régionale de Siliana en décembre dernier, ainsi que dans la plus récente grève régionale au Kef. Dans ce sens, le Front est vue largement comme la force politique du coté des luttes révolutionnaires, et sa base est essentiellement composée de jeunes révolutionnaires, de syndicalistes, de chômeurs…
Chokri Belaïd était un des porte-parole du Front Populaire; à travers lui, c’est donc aussi le travail du Front et de ses militants qui est visé.
Cependant, le Front a aussi d’importants déficits et limites quant à la lecture de la situation actuelle, ses propositions concrètes, son fonctionnement interne aussi. Bien qu’il a une importante base militante sur le terrain, ces mêmes militants n’ont que peu de poids sur les prises de position de ses dirigeants, et sur les décisions qui y sont prises, qui sont peu inclusives.
Surtout, le Front demeure dans le flou en ce qui concerne la question la plus importante de la révolution, et qui en conditionne beaucoup d’autres : celle de qui détient le pouvoir. Le Front n’est pas homogène, et à l’intérieur, certaines de ses composantes sont toujours fortement influencées par la stratégie d’une révolution « par étapes », qui consiste à dire qu’il faut d’abord consolider la démocratie et les libertés avant de s’en prendre au capitalisme. Cette logique les amène à penser la démocratie dans un cadre qui ne remet pas en question les institutions existantes, ou à concevoir une prise de pouvoir uniquement par la voie du parlementarisme classique. Bien sûr, nous sommes en faveur de la plus grande démocratie possible et nous nous battons pour les libertés. Mais nous estimons qu’on ne peut pas détacher ces questions du contenu social de la révolution. Comme les marxistes le disent souvent, sous le capitalisme, la démocratie « s’arrête à la porte des usines ». Nous pensons qu’une vraie démocratie ne peut se réaliser que si les travailleurs ont la mainmise sur leurs instruments de travail et contrôlent directement ce qui est fait du fruit de leur labeur. Nous nous battons pour une vraie démocratie qui traverse toute la société, impliquant l’exercice du pouvoir par les masses elles-mêmes à tous les niveaux : dans les entreprises, dans les quartiers, dans les écoles,…Nous luttons à l’intérieur du Front pour renforcer ces points, pour que le Front formule un programme sans ambigüité sur le contenu d’une prise de pouvoir, et pour refuser tout accord gouvernemental avec des forces qui soient hostiles au camp de la révolution et des travailleurs.
Le Front Populaire parle aujourd’hui de la nécessité d’un « gouvernement de crise ». Mais tout dépend du contenu que l’on donne à une telle formulation. A nos yeux, une sortie de crise ne peut avoir lieu sans la perspective de renverser un système économique et social qui baigne jusqu’au coup dans la crise, et fait payer chaque jour aux masses travailleuses son fonctionnement anarchique. Cela implique selon nous l’annulation pure et simple de la dette, question qui est source de divergences au sein du Front : certains proposent juste de la « geler » pour quelques temps, et d’instaurer un audit afin d’en déterminer la part odieuse. Cette logique implique qu’une partie tout au moins de la dette serait somme toutes légitime, alors qu’elle est le résultat du pillage des biens publics par l’ancienne mafia au pouvoir, avec le concours des institutions capitalistes internationales. Nous sommes aussi en faveur de la nationalisation sous contrôle ouvrier de toutes les entreprises qui licencient, ainsi que celle des banques et des multinationales, dont l’activité est uniquement orientée en vue de sucer le sang des masses et d’enrichir une poignée de parasites.
Nous sommes prêts à travailler en commun avec d’autres forces à la réalisation de ces objectifs. Pour cela, nous sommes prêts à une certaine souplesse, mais il y a un point sur lequel nous ne dérogerons pas : celui qui fait le constat que la crise du capitalisme a atteint un point de retour, et qu’il faut une stratégie claire pour en sortir. Cela afin d’offrir un futur et de véritables opportunités à la majorité de la population, entre autres au million de chômeurs que compte ce pays. Si les travailleurs décidaient eux-mêmes des plans d’investissement, et réorganisaient l’économie selon une planification générale dépendant des besoins de chacun et de chacune, les moyens pourraient être développés pour procurer un emploi décent et qui plus est, socialement utile, à tout le monde. Aujourd’hui nous sommes minoritaires à mettre en avant un tel programme, mais la logique des événements implique qu’un jour ces propositions pourront être reprises par la majorité."
Dernière mise à jour : ( 14-02-2013 )
Partager cet article
Repost0

commentaires

Luttons contre le FN

Affiche

Journal L'Egalité

Journal-Egalite-158.png

"Le sens réel du mot d'ordre d'égalité ne peut résider que dans l'abolition des classes sociales" Lénine  

Pour en savoir plus     Abonnez-vous

Comité pour une Internationale Ouvrière

logo-CIO.JPG

www.socialistworld.net

 

Gauche Révolutionnaire, séction française du

Comité pour une Internationale Ouvrière

  Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C'est pourquoi la Gauche révolutionnaire fait partie d'une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en France s'inscrit dans le cadre d'une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l'arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C'est d'ailleurs l'isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

     Le CIO est une organisation socialiste internationale qui comprend des sections dans quarante-cinq pays sur tous les continents.

L'histoire du CIO, Comité pour une Internationale Ouvrière