Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche Révolutionnaire Drôme Ardèche, section française du Comité pour une Internationale Ouvrière
  • : "Pour une société démocratique socialiste" La Gauche Révolutionnaire lutte pour un monde débarrassé de la misère et de l'exploitation. Un monde où l'économie sera organisée démocratiquement par les travailleurs eux-mêmes pour satisfaire les besoins de tous. Pour cela, il faut en finir avec le capitalisme et sa loi du profit. C'est par le socialisme, par une Révolution, par la planification démocratique de l'économie que pourra commencer à se mettre en place une société démocratique socialiste
  • Contact

campagnes GR Drôme

Facebook

Citation

« Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives. [...] les antagonismes des classes une fois disparus dans le cours du développement, toute la production étant concentrée dans les mains des individus associés, alors le pouvoir public perd son caractère politique. Le pouvoir politique, à proprement parler, est le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre. Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue forcément en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination comme classe.

A la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. »

marxMarx / Engels
Manifeste du parti communiste
1847
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 18:22
Tunisie: Bas les pattes de l'UGTT!

* Contre le gouvernement pro-capitaliste et antisocial.

* Pour la construction d'une grève générale de masse de 24H, en riposte aux attaques contre les syndicats et pour la défense des droits démocratiques.

* Pour l'accomplissement des objectifs de la révolution

 

     Dans les derniers jours, plusieurs sièges de la centrale syndicale tunisienne l'UGTT ont été attaqués, saccagés, brûlés, ou ont été la cible de différents actes de vandalisme, tels que le déversage de déchets devant les bureaux du syndicat. Ce n’est pas une pure coïncidence que ces actes, répétés dans différentes régions du pays, ont lieu juste après le début d'une grève nationale de trois jours lancée par les employés municipaux affiliés à l’UGTT, parmi lesquels les éboueurs, grève qui a débuté le lundi 20 février pour exiger une amélioration générale des conditions de travail et des salaires.
     Au bureau local du syndicat à Feriana, dans le gouvernorat de Kasserine, certains des agresseurs ont exigé du fonctionnaire local de l'UGTT d'ouvrir son bureau, en menaçant de le brûler dans le cas où il n’obtempérait pas. Par la suite, le bureau a été saccagé et brûlé, et des documents syndicaux officiels ont été détruits dans l'incendie. Les quartiers généraux de la centrale syndicale à Tunis, ainsi que plusieurs locaux régionaux et locaux du syndicat à Monastir, Kairouan, Kebili, Ben Arous, Douze, Thala et La Manouba, ont subis des attaques similaires.
24/02/2012 Déclaration du Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO/CWI)

 

Tant que la tête de l'UGTT était dominée par de serviles bureaucrates de droite pro-Ben Ali, la classe capitaliste pouvait vivre avec une telle situation. Cependant, depuis le récent Congrès de la centrale en décembre dernier, qui a vu l’élection d'un Bureau Exécutif bien plus hostile à Ben Ali et aux gouvernements provisoires qui se sont succédés depuis le début de la révolution, la situation a changé, les actions de grève et revendicatives se sont accélérées, et les tensions se sont accumulées entre l'UGTT d’un côté, et la nouvelle coalition au pouvoir de l’autre, laquelle s’appuie sur ​​la vieille machine d'Etat qui, bien qu'ayant été coupée de certaines de ses figures les plus notoires, est en substance toujours celle de la dictature de Ben Ali.
     Le caractère systématique de ces attaques suggère qu’il ne s’agit pas d’incidents isolés, mais d’une série d'attaques planifiées et coordonnées dans tout le pays, dans le but d'intimider et de briser l'esprit de résistance qui anime de larges couches de la classe ouvrière, résistance symbolisé par leur puissante centrale syndicale. En effet, à travers l'UGTT, c’est bien tous ceux qui persévèrent dans la lutte pour leurs droits sociaux et démocratiques, toutes les organisations et les individus qui sont déterminés à poursuivre et à approfondir la lutte révolutionnaire contre les tentatives des dirigeants actuels de la faire reculer, qui sont indirectement visés.

     Ces actions vicieuses et préméditées sont destinées à paralyser l'opposition des travailleurs au nouveau gouvernement, et à son agenda pro-capitaliste visant àla restauration de ‘l'ordre’, au détriment des droits et des conditions de vie de la majorité des Tunisiens qui ont été au cœur de la révolution. Il s’agit d’une offensive calculée par des éléments liés à la nouvelle élite dirigeante, qui cherchent à mettre l'UGTT sous la botte de son régime, lequel est fondamentalement opposé aux intérêts de la classe ouvrière et des couches populaires.

Attaquer les bâtiments de l’UGTT est hautement symbolique, car ceux-ci ont toujours été une sorte de refuge contre la répression engagée par les différents régimes autoritaires tunisiens par le passé. Les affiliés de l'UGTT ont joué un rôle clé dans le mouvement de masse qui a fait tomber la dictature de Ben Ali, et, au début de la révolution en particulier, dans différents régions, c’est souvent à partir des locaux de l'UGTT que les premières mobilisations ont été organisées et sont parties.

     En janvier 1978 déjà, après l'appel à la grève générale par l'UGTT, qui avait été l'étincelle pour un soulèvement populaire contre le régime de Bourguiba, celui-ci avait tenté de briser le syndicat et envoyé ses milices pour attaquer le siège du syndicat. Ces méthodes ont été répétées en 1985, au travers d’une campagne massive visant à détruire le syndicat, dans la suite de la répression des ‘émeutes du pain’ de 1984. Maintenant, une fois de plus, le régime tunisien, cette fois sous la façade d'un gouvernement ‘démocratiquement’ élu, a décidé de passer à l'offensive par une tentative d’intimider ce qui représente sa plus grande menace: la classe ouvrière organisée.

     Les chiffres récents dévoilés par le Premier ministre Hamadi Jebali ont révélé que les 12 derniers mois ont vu 22.000 ‘mouvements de protestation’, avec 600.000 journées de travail perdues par des grèves. C’est exactement ce dont se plaint la classe capitaliste, dont la nouvelle coalition au pouvoir dirigée par le parti religieux Ennahda a promis de défendre les intérêts. Le gouvernement actuel préfère en effet défendre les intérêts de ses amis milliardaires Qataris plutôt que d’améliorer les conditions sociales de la majorité de la population. Et ce même gouvernement s'empresse d'assurer qu'il paiera la dette (5 milliards de dollars pour la prochaine échéance d'après la Banque centrale de Tunisie), contractée sous Ben Ali et donc n'étant pas celle du peuple tunisien, mais refuse de satisfaire les revendications des travailleurs et des masses.

     L'UGTT occupe une position unique dans le Maghreb par sa force organisationnelle, et c'est bien pourquoi les exploiteurs, leurs nouveaux représentants politiques et les restes de l'ancien régime, tous rêvent de lui briser le cou. Le secrétaire général du bureau syndical régional de Kasserine a affirmé qu'un groupe d'activistes appartenant à Ennahdha est venu dans la matinée au siège du syndicat le mardi pour protester contre la grève des employés municipaux, et que ce sont eux qui auraient mis le feu au bâtiment par la suite. Le communiqué publié par l'UGTT, pour sa part, a accusé les partis au pouvoir actuel de la volonté de « restaurer une dictature ». Sami Tahri, un porte-parole de l’UGTT, a fait remarquer qu’ « il s’agit d’un acte politique, bien organisé par le mouvement Ennahda. »

     Bien que l'identité exacte des auteurs de ces attaques ne soit pas connue, il est hors de doute que la responsabilité première de ces actes repose sur les épaules de l'actuel gouvernement, de ces bailleurs de fond et de ces soutiens issus du monde de la finance et des grosses entreprises, et de leurs relais dans les médias et dans l’appareil d'État. La campagne idéologique de dénigrement contre le syndicat et contre les grèves et les sit-in, consistant à accuser les travailleurs, les chômeurs et les pauvres qui luttent pour leurs droits d'être responsables de la crise économique, du chaos et de la destruction d'emplois, a été systématique et perpétuelle dès le 14 janvier de l'année dernière, et a pris un ton de plus en plus agressif dans les dernières semaines.

    À la fin du mois de janvier, Sadok Chourou, un éminent dirigeant d'Ennahda, a déclaré à l'Assemblée nationale que les grévistes étaient des ‘ennemis de Dieu’ et a ouvertement déclaré que la meilleure solution pour mettre fin aux grèves et aux sit-in consécutives était la force, suggérant, en citant un verset du Coran, de les exécuter ou de les crucifier, ou de leur couper une main ou une jambe. Voilà tout ce qu'ont à répondre les riches dirigeants d'Ennahdha, face à des gens qui luttent pour en finir avec des conditions de travail dangereuses et insalubres, en particulier les éboueurs qui jouent un rôle majeur pour assurer la propreté des villes et des quartiers.
     Les partenaires gouvernementaux d’Ennahda, le CPR et Ettakatol, qui ont été dans l'opposition à Ben Ali, vont-ils continuer à participer à un gouvernement qui s’attaque de front aux droits des travailleurs, des jeunes et des masses populaires, un gouvernement qui s’attelle à mettre peu à peu en place une nouvelle dictature ? Zoubeir Ch’houdi, un porte-parole d’Ennahda, a déclaré que le ministère de la Justice a été chargé d'ouvrir une enquête pour déterminer qui se cache derrière les récentes agressions. Aucune confiance ne peut être mise dans un corps qui n'a guère été réformé depuis la révolution. Seul un organisme indépendant, composé de représentants véritables des travailleurs et des syndicats locaux, devraient être en charge d’une telle enquête.

     Mais bien que nécessaire, cela ne sera pas suffisant. En plus de dénicher les coupables de ces attaques barbares, il y a une question beaucoup plus large qui est en jeu ici. La question de savoir comment renforcer le mouvement ouvrier et d'éviter que de telles attaques contre-révolutionnaires soient répétées dans le futur.
     En juin de l'année dernière déjà, le CIO commentait: « Des forces de défense bien organisées par les travailleurs ont besoin d'être mises en place pour protéger les grèves et les actions contre les briseurs de grève, quelque soit leur origine. Toutes les manifestations, sit-in et autres protestations doivent être systématiquement encadrées par des militants volontaires ; les bâtiments syndicaux, qui ont été attaqués ou pillés à plusieurs reprises en de nombreux endroits, doivent être défendus de la même manière ». Cette remarque retient toute sa pertinence à la lumière des récents événements.
     Déjà plusieurs manifestations locales, telles qu’à Bizerte, ont pris place dans les derniers jours contre ces attaques. Une grande manifestation, sous le slogan «Tout le monde avec l'UGTT contre la violence» est appelée pour ce samedi 25 Février. Le CIO soutient pleinement ces initiatives, mais pense aussi qu’une réponse plus audacieuse sera nécessaire pour poursuivre le combat. En effet, ces attaques prennent place dans un contexte plus large de menaces croissantes, de violence, de répression et d'intimidation contre les militants politiques, les organisations et associations de gauche, contre les femmes, et contre tous et toutes celles qui représentent le progrès et la lutte pour un avenir meilleur.
     Une grève générale de masse de 24H pourrait vraiment permettre d’inscrire le mouvement ouvrier dans la situation, de réaffirmer sa force, de donner un nouvel élan à tous les opprimés qui se battent avec ténacité depuis des mois, de renforcer toutes les actions industrielles locales et les protestations en cours, et de les unir au travers d’une réponse puissante, organisée à l'échelle nationale. Cela donnerait une leçon solide à tous les ennemis de la classe ouvrière, comme premier avertissement en prévision de futures actions.
     A cette fin, des assemblées générales et des réunions de quartier devraient être organisées, par l'UGTT et ses soutiens, et par tous ceux qui ne veulent pas voir se mettre en place une nouvelle dictature, pour s'organiser et mobiliser collectivement, pour cette action mais aussi pour ses suites, afin de discuter ensemble de la continuation de la lutte et des revendications, et de comment inscrire le mouvement dans la durée pour poursuivre la révolution jusqu’à la victoire.
     Cela implique une lutte durable et conséquente non seulement pour la défense des droits démocratiques et syndicaux, mais aussi pour la réalisation des nombreuses revendications sociales, pour en finir avec la pauvreté, les bas salaires, le chômage de masse ! Pour un emploi décent pour tous et toutes avec un salaire permettant de vivre dignement, pour un logement décent pour tous et toutes, pour l’amélioration des infrastructures et pour des services publics de qualité et accessibles dans toutes les régions du pays, contre le paiement de la dette, pour une purge effective de l’appareil d’Etat et pour un gouvernement des travailleurs et des masses populaires.
     Pour réaliser tout cela, en dernière instance, une rupture complète avec le capitalisme et un changement socialiste de la société seront nécessaires.
    Le CIO apporte sa pleine solidarité à tous les travailleurs, les jeunes, les femmes, les chômeurs, et tous ceux qui en Tunisie continuent leur combat courageux contre l'exploitation, la misère et la violence imposée par le système actuel.
Comité pour une Internationale Ouvrière, 24/02/2012
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Luttons contre le FN

Affiche

Journal L'Egalité

Journal-Egalite-158.png

"Le sens réel du mot d'ordre d'égalité ne peut résider que dans l'abolition des classes sociales" Lénine  

Pour en savoir plus     Abonnez-vous

Comité pour une Internationale Ouvrière

logo-CIO.JPG

www.socialistworld.net

 

Gauche Révolutionnaire, séction française du

Comité pour une Internationale Ouvrière

  Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C'est pourquoi la Gauche révolutionnaire fait partie d'une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en France s'inscrit dans le cadre d'une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l'arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C'est d'ailleurs l'isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

     Le CIO est une organisation socialiste internationale qui comprend des sections dans quarante-cinq pays sur tous les continents.

L'histoire du CIO, Comité pour une Internationale Ouvrière