Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche Révolutionnaire Drôme Ardèche, section française du Comité pour une Internationale Ouvrière
  • : "Pour une société démocratique socialiste" La Gauche Révolutionnaire lutte pour un monde débarrassé de la misère et de l'exploitation. Un monde où l'économie sera organisée démocratiquement par les travailleurs eux-mêmes pour satisfaire les besoins de tous. Pour cela, il faut en finir avec le capitalisme et sa loi du profit. C'est par le socialisme, par une Révolution, par la planification démocratique de l'économie que pourra commencer à se mettre en place une société démocratique socialiste
  • Contact

campagnes GR Drôme

Facebook

Citation

« Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives. [...] les antagonismes des classes une fois disparus dans le cours du développement, toute la production étant concentrée dans les mains des individus associés, alors le pouvoir public perd son caractère politique. Le pouvoir politique, à proprement parler, est le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre. Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue forcément en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination comme classe.

A la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. »

marxMarx / Engels
Manifeste du parti communiste
1847
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 21:33
Stop aux bombardements sur Gaza ! Stop à la terreur d’Etat israélienne !
16/07/2014

israel

Des centaines de civils morts et plus de 1500 blessés, le bilan humain du terrible assaut lancé depuis 9 jours par le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahou s’aggrave chaque jour. Les frappes aériennes sur la bande de Gaza révoltent, à juste titre, des millions de personnes. Le meurtre barbare de 3 jeunes israéliens au mois de juin ne peut en aucun cas justifier la brutalité des frappes de l’armée israélienne. Il s’agit évidemment d’un prétexte, le plan des dirigeants israéliens étant avant tout de continuer à étouffer Gaza mais aussi d’afficher une certaine force militaire au moment où plusieurs régions du Moyen Orient (Syrie, Irak…) sont menacées de chaos.

Netanyahou affirme que la brutalité des frappes est nécessaire pour contrer les tirs de roquettes sur les villes israéliennes de la part de milices palestiniennes. Mais une écrasante majorité du peuple palestinien est sans défense. Les tirs de roquette sont sans commune mesure avec les imposantes forces armées israéliennes. Ils sont d’ailleurs contre productifs, effectués à l’aveugle, ne gênant en rien le régime israélien bien au contraire. La sauvagerie des bombardements effectués par le régime israélien est révoltante d’autant plus que les roquettes lancées depuis Gaza n’ont quasiment pas fait de victimes.

 

lire la suite

 

 

Cette terrible offensive militaire ne résoudra rien

Netanyahou a rejeté les conditions du cessez-le-feu des dirigeants du Hamas à Gaza : la fin de l’offensive israélienne et la fin du blocus, la libération des prisonniers libérés en vertu d’un échange de prisonniers mais à nouveau arrêtés et l’assurance qu’aucun sabotage du nouveau gouvernement palestinien «d’unité» ne sera tenté.

Toute la stratégie de la coalition de droite de Netanyahou a été de poursuivre l’occupation répressive des territoires palestiniens et de créer encore plus de « faits accomplis » à travers ses programmes de construction et d’expansion des colonies juives. Les Palestiniens des territoires occupés subissent une répression sévère faite d’incursions militaires régulières, un chômage et une pauvreté terribles et ils se retrouvent bloqués et confrontés à la confiscation permanente de leurs terres. Sur cette base, le conflit national semble sans fin : les Palestiniens n’ont d’autre choix que de continuer à se battre pour la libération nationale et pour des conditions de vie décentes. Dans le même temps, en Israël, 23% de la population vit sous le seuil de pauvreté. La classe dirigeante israélienne ne défend les intérêts que des grandes entreprises israéliennes et de la minorité ultra nationaliste.

Une classe dirigeante israélienne qui a provoqué l’escalade Suite à l’assassinat des 3 jeunes israéliens, les forces militaires israéliennes ont alors lancé une infâme opération de punition collective dans les territoires palestiniens. En conséquence, des manifestations et émeutes généralisées de Palestiniens ont éclaté dans certaines régions d’Israël.

Il y a également eu des manifestations anti-guerre menées conjointement par des Juifs et des Arabes à Tel Aviv, Jérusalem et Haïfa auxquelles a participé le Mouvement Socialiste de Lutte (section sœur de la Gauche révolutionnaire en Israël / Palestine).

Solidarité avec les peuples opprimés, lutte contre la guerre et toutes les classes dirigeantes qui la provoquent et l’utilisent Les manifestations anti-guerre doivent être renforcées avec des revendications et des slogans qui poussent à l’unité des travailleurs, des jeunes et des masses opprimées quelles que soient leur culture, leur nationalité, contre les fauteurs de guerre, et les pseudo-libérateurs qui se servent de la religion pour asseoir leur pouvoir. La classe dirigeante israélienne a le soutien direct ou indirect des principaux gouvernements impérialistes pour des raisons stratégiques et économiques. Tomber dans l’antisémitisme et les autres clichés simplistes ça n’est que rendre service aux principaux dirigeants des pays capitalistes dominants mais aussi aux apprentis dictateurs qui montrent déjà leur potentiel de barbarie en Irak et ailleurs.

La majorité des Israéliens soutiennent la mise en place d’un Etat palestinien indépendant et sont favorables au démantèlement des colonies. Mais le gouvernement Netanyahou instrumentalise les choses pour alimenter la peur des Israéliens Il est fort possible que le gouvernement Netanyahou tente ensuite une opération terrestre à Gaza, ce qui serait potentiellement un nouveau et terrible massacre.

Construisons la lutte contre le massacre en Palestine sur une base anti-capitaliste, et contre le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie.

Pour l’unité des travailleurs, des jeunes et des masses pauvres partout dans le monde contre le capitalisme, l’impérialisme et l’exploitation, pour construire un avenir sans guerre, ni terreur, ni pauvreté.

• Stop au massacre ! Pour la fin des frappes aériennes et des autres attaques contre Gaza ! Non à cette guerre, celle d’un gouvernement israélien acquis à la cause du big business et des colonies !

• Pour la fin du blocus de Gaza! Pour le retrait immédiat de l’armée israélienne des territoires Palestiniens.

• Pour une lutte de masse des Palestiniens, sous contrôle démocratique, afin de lutter pour une véritable libération nationale !

• Pour des organisations des travailleurs et des jeunes indépendantes, en Palestine et en Israël, luttant ensemble contre la guerre, l’exploitation, les bas salaires…

• Contre le capitalisme, pour un État palestinien socialiste et démocratique au côté d’un Etat israélien socialiste et démocratique, avec Jérusalem pour capitale commune et garantie des droits démocratiques pour toutes les minorités, dans le cadre de la lutte pour un Moyen Orient socialiste et pour la paix.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 20:16
Syrie : Non à l’intervention impérialiste !

Un flot incessant d’images sanglantes, de vidéos et de rapports de l’insupportable souffrance infligée aux masses syriennes a été diffusé dans le monde entier via les médias sociaux, les smart phones et les canaux d'information traditionnels. Initialement, en 2011, à la suite des révolutions en Tunisie et en Egypte, un soulèvement populaire a pris place contre le régime policier de Bachar el-Assad. Mais les monarchies semi-féodales d’Arabie Saoudite et du Qatar ainsi que les puissances impérialistes sont intervenues et ont livré un énorme soutien financier et militaire dans l'espoir de faire dérailler ce mouvement.

 

 

 

Le soulèvement contre la dictature d'Assad a été détourné en un conflit sectaire et a, en outre, déclenché une lutte dangereuse entre sunnites et chiites à l'échelle régionale. Le bilan des décès après ces années de conflit est estimé à plus de 100.000 morts. Deux millions de personnes ont fui la Syrie et environ cinq millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays. Les horreurs se succèdent les unes aux autres.

Pour l'écrasante majorité des gens, la révélation de l’utilisation d’armes chimiques à Ghouta, un quartier de Damas, parait ouvrir un infernal nouveau chapitre de souffrances pour les masses. Les rapports qui font état de centaines de morts de milliers de blessés sont véritablement horribles.

Compte tenu de tout ce qui s'est déjà passé et de la menace de la déstabilisation régionale qui se profile, l’aspiration à trouver une solution face à cette horreur est une réaction tout à fait humaine. Mais espérer que les gouvernements américain et britannique ainsi que leurs alliés en France, en Allemagne et en Turquie puissent livrer cette solution est une terrible erreur au vu de l'Histoire à la fois récente et plus ancienne.

 

Les frappes aériennes

Au cours de ces derniers mois, le président américain Barack Obama a averti à cinq reprises que l'utilisation d'armes chimiques en Syrie constituerait une ‘‘ligne rouge’’ qui déclencherait une riposte internationale. Trois navires de guerre américains se trouvent déjà en Méditerranée, et un autre est destiné à les rejoindre. Des pilotes chypriotes ont rapporté avoir aperçu des avions de guerre sur l’aérodrome britannique à Chypre.

Le ministre des Affaires Etrangères britanniques, William Hague, a préparé le terrain pour une intervention en Grande-Bretagne, ce qui indique que l'absence de mandat de la part de l'ONU ne constituera pas un obstacle : ‘‘Il est possible de prendre des mesures fondées sur une grande détresse humanitaire.’’ Il a laissé entendre qu’une intervention, très probablement des bombardements aériens intensifs, pourrait prendre place au cours de ces prochaines semaines, si pas au cours de ces prochains jours. Le conseil de sécurité des Nations Unies est divisé, la Russie et la Chine s'opposant à toute intervention dans l'intérêt de leurs propres classes capitalistes.

Il semblerait également que William Hague soit en contact avec les régimes dictatoriaux et répressifs du Qatar et d’Arabie Saoudite, qui accueilleraient avec bienveillance une défaite d’Assad pour les répercussions que cela aurait sur l'Iran et le Hezbollah. L'Iran a averti que l'intervention militaire occidentale va déstabiliser la région.

Le spécialiste du Moyen Orient Patrick Cockburn (correspondant au Moyen Orient depuis 1979, pour le Financial Times initialement et actuellement pour The Independent). a souligné la difficulté de déterminer qui est véritablement responsable de la récente attaque à l’arme chimique.

Les inspecteurs de l'ONU avaient reçu la garantie de l’accès aux lieux et d’un cessez-le-feu, mais ils ont essuyé des tirs et ont été retirés de la région en quelques heures. Cela n’est pas en soi de nature à démontrer qui est responsable, et ces inspecteurs n’avaient de toute manière pour fonction que de déterminer s’il y avait bien eu recours aux armes chimiques, pas de prendre position quant au responsable.

Avant que les inspecteurs de l'ONU se soient prononcés sur cette question, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que les Etats-Unis trouvaient ‘‘incontestable’’ l'utilisation d'armes chimiques en Syrie et que les forces du président Bachar el-Assad avaient commis une ‘‘obscénité morale’’ contre son propre peuple.

‘‘Obscénité morale’’, voilà une expression qui pourrait très bien s’appliquer à la destruction de l'Irak et l'utilisation de phosphore blanc et d’uranium appauvri, à la prison à ciel ouvert où sont enfermés les Palestiniens dans le dénis de leurs droits démocratiques et nationaux, au silence face au génocide commis au Sri Lanka contre la minorité tamoule, sans encore mentionner l’emploi massif d’armes nucléaires et chimiques de la part des puissances impérialistes.

En dépit de l’aspiration à mettre fin au massacre en cours en Syrie, il existe une large opposition publique intérieure tant aux Etats-Unis qu’en Grande-Bretagne quant à une intervention militaire. Le souvenir de l'invasion de l'Irak et des ‘‘preuves’’ montées de toute pièce selon lesquelles Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive sont encore vifs. Ce sentiment est encore aggravé par le fait que le gouvernement britannique n’ait pas publié les résultats de l'enquête Chilcot, la commission d'enquête publique concernant l'intervention du Royaume-Uni en Irak.

Dans le cadre de ses promesses électorales, Obama s’était engagé à mettre fin à l'engagement américain en Irak et à en finir avec l’ère belliciste des années Bush. Mais il est au contraire devenu un président en guerre avec la multiplication de l’utilisation de drones meurtriers en Afghanistan et au Pakistan, malgré le retrait d’une partie des troupes sur le terrain, et le maintien de la prison de Guantanamo. 60% de la population américaine s'oppose à une intervention militaire US en Syrie.

Mais tant le gouvernement américain que le gouvernement britannique ont intérêt à apparaître comme des héros et des ‘‘défenseurs de la démocratie’’ aux yeux des masses syriennes, car ils sont embourbés dans cette profonde crise du capitalisme sans avoir de solution pour y faire face, sur fonds d’une colère croissante contre eux.

 

La guerre d’Irak

Dans la période qui a précédé l'invasion de l'Irak, les Libéraux-Démocrates (actuellement au pouvoir avec les Conservateurs de David Cameron) s’étaient vaguement présentés comme un parti anti-guerre en s'opposant à toute intervention sans mandat de l’ONU. Selon nous, l’ONU ne saurait être invoquée en tant qu’arbitre dans l'intérêt du peuple irakien, car cette institution est dominée et composée de représentants des principaux gouvernements impérialistes et bellicistes. Mais aujourd’hui, l'ancien dirigeant des Libéraux-Démocrates, Paddy Ashdown, fait valoir que, dans le cas de la Syrie, une action unilatérale est préférable à l'inaction.

Le Ministre des Affaires Etrangères du cabinet fantôme travailliste (le ‘‘gouvernement en opposition’’) Douglas Alexander a demandé que le Parlement soit convoqué sur cette question. David Cameron semble enclin à le faire, même s’il fait face à une légère opposition de certains de ses propres députés en raison des complications et des risques qu’une intervention représenterait pour l'avenir de toute la région.

Les Travaillistes n’ont cependant pas indiqué comment ils voteraient au Parlement. Un véritable parti de gauche représentant les intérêts des travailleurs et de leurs familles serait massivement opposé à toute forme d'action militaire en Syrie. Mais le Parti Travailliste a derrière lui une longue expérience de fauteur de guerre, notamment avec l'envoi de troupes en Irak dans le cadre d’une guerre pour le pétrole unilatéralement bénéfique aux intérêts des grandes entreprises et à des fins stratégiques.

Dans l’opposition, les Travaillistes ont fait preuve d’une attitude qui n’a consisté qu’à se prosterner devant les politiques d’austérité pourries du gouvernement. Encore une fois, il est nécessaire de construire une nouvelle force politique large pour donner une voix à l’écrasante majorité de la population qui s’oppose à la guerre et à l’austérité.

Il n’existe aucun espoir qu’une action de la part de ce gouvernement ou de ses homologues internationaux aboutisse au soulagement des peines des populations de Syrie ou du Moyen-Orient. En fait, il est précisément certain que l'augmentation des bombardements conduira à une augmentation des souffrances des masses. Et c'est pourquoi il faut combattre l’intervention impérialiste.

Un ‘‘Changement de régime’’ ne figure pas dans les objectifs publiquement cités, car Assad dispose d’un régime relativement fort, en raison de l'opposition farouche de la Russie et parce que la question de savoir ce qui remplacerait le régime actuel est problématique. Compte tenu de l'importance de la présence d'Al-Qaïda en Syrie, il existe aussi de graves dangers qu’un ‘‘retour de manivelle’’ avec une croissance du terrorisme dans la région et en Grande-Bretagne et parmi ses alliés dans cette aventure.

Le capitalisme n’a aucune solution à offrir dans ce conflit autre que de menacer, comme c’est le cas dans la région, de conduire à un conflit ethnique plus important et qui pourrait durer des années. Il ressort très clairement d’Irak, de Libye et de tous les autres cas d’interventions militaires impérialistes que les intérêts de la classe ouvrière et des pauvres ne sont pas pris en compte.

Il n’existe aucun raccourci permettant d’éviter la question de l’encouragement de la construction des forces indépendantes de la classe ouvrière, seules capables d’unir les pauvres et les opprimés qui souffrent de l’activité des forces impérialistes et de leurs alliés semi-féodaux et capitalistes dans la région.

 

  • Non à l’intervention impérialiste ! Pour le retrait de toutes les forces étrangères de Syrie et de la region.
  • Contre toutes les oppressions, le peuple doit démocratiquement décider de son destin.
  • Pour la construction de comités de défense unifés et non-sectaires afin de défendre les travailleurs, les pauvres et les autres contre les attaques sectaires de n’importe quel camp.
  • Pour la construction d’un mouvement de lutte pour un gouvernement de représentants des travailleurs et des pauvres.
  • Pour une assemblée constituante révolutionnaire en Syrie.
  • Pour l’instauration des droits démocratiques et nationaux des masses, y compris le droit à l’auto-détermination des Kurdes avec, si tel est leur souhait, le droit de disposer de leur propre Etat.
  • Pour la construction de syndicats et de partis des travailleurs avec un programme de distribution des terres aux masses et de gestion des entreprises par les travailleurs, dans le cadre d’un programme pour une économie socialiste démocratiquement planifiée.
  • Pour une confédération socialiste démocratique du Moyen Orient et d’Afrique du Nord.
Partager cet article
Repost0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 14:26

 

Que se passe-t-il en Égypte ?

Que se passe-t-il en Égypte ?

  Le pouvoir a dispersé le mercredi 14 août par la force et avec une violence extrême les deux places au Caire que les Frères Musulmans occupaient depuis plus de six semaines. Il y aurait eu, à l’heure où nous écrivons, 638 morts et 4 000 blessés selon le ministère de la santé ( beaucoup plus selon les Frères Musulmans).

Lire la suite »

 

 

 La majorité des victimes sont des pro-Morsi de ces deux places mais aussi de nombreuses villes d’Égypte où les manifestations des Frères Musulmans et leurs alliés islamistes dénonçant le pouvoir ont été brutalement réprimées par les forces de police.

En riposte, les Frères Musulmans ont attaqué plusieurs commissariats et sièges de gouvernorats, des sièges de parti laïcs, mais aussi et surtout brûlé ou saccagé de nombreuses églises et bâtiments chrétiens coptes (70 selon les autorités coptes dont écoles et orphelinats semble-t-il) comme des voitures, maisons, magasins appartenant à ces derniers. Parmi les victimes, il y aurait donc aussi une cinquantaine de policiers, un certain nombre de coptes et quelques journalistes.

Par ailleurs, contre les violences des Frères Musulmans à l’encontre des chrétiens et souvent aussi de certains résident de quartiers, des contre manifestations de résidents ont eu lieu dans différentes villes notamment à Suez où les mouvements de je

 

unesse de la ville ont prononcé un couvre feu spécial pour les Frères Musulmans, pendant qu’ils s’en prenaient également aux biens de ces derniers, voitures ou magasins.

Au prétexte du chaos, le pouvoir a décrété le couvre feu et l’état d’urgence pour un mois au Caire et dans 11 gouvernorats sur 18, nommant à la tête de chacun de ces gouvernorats un général à la retraite pour la durée de l’état d’urgence en même temps qu’il assurait de sa volonté de la poursuite du processus électoral qu’il garantit pour 2014.

Le vice président El Baradei du FSN a démissionné pour protester contre la brutalité du pouvoir. Le parti salafiste Al Nour, le Mouvement du 6 avril ( démocrates révolutionnaires) et les Socialistes Révolutionnaires (trotskystes) ainsi que le responsable de Al Azhar (autorité religieuse musulmane) ont dénoncé les violences du gouvernement en place, alors que la grande majorité des partis ( opposition libérale, démocrates, nassériens, gauche…) soutenaient les mesures d’évacuation des places prises par le gouvernement avec, parfois, seulement quelques bémols sur la méthode.

Aujourd’hui, vendredi 16 août, les Frères Musulmans appellent à de nouvelles manifestations pour dénoncer le régime et ses violences, en défiant le couvre feu ( 19 h) dont la répression pourrait être tout aussi sanglante, sinon plus.

Pour essayer de comprendre ce qui s’est passé et tenter de se faire une idée de où cela peut aller, retournons un peu en arrière.

De juin 2012 à juin 2013: montée du mouvement social et discrédit croissant des Frères Musulmans

Une tentative de coup d’état militaire fin juin 2012 échoue devant une menace de soulèvement populaire. Son but était de mettre fin à l’agitation incessante qui traverse le pays depuis janvier 2011, manifestations, grèves, occupations, sit-in, blocages de routes, voies ferrées et bâtiments officiels, affrontements de rue violents, etc… avec dans bien des cas, une exigence de dégager tous les « petits Moubarak » à tous les niveaux de l’État ou de l’économie.

En juillet 2012, les Frères Musulmans accèdent au pouvoir avec Morsi comme président à l’occasion des élections présidentielles. Mais dans ces élections, au premier tour, les suffrages en faveur des Frères Musulmans se sont littéralement effondrés.

Ce sont les candidats révolutionnaires qui obtiennent la majorité des voix, en particulier le candidat socialiste nassérien. Mais, divisés, ils n’accèdent pas au pouvoir. Au second tour, avec une abstention importante pendant que d’autres appellent au boycott, Morsi est élu, mais par défaut. Les électeurs n’ont pas voté pour lui mais contre le candidat de l’armée (qui était au pouvoir depuis février 2011). L’armée, éternelle rivale des Frères Musulmans (mais aussi sa complice contre le peuple) accepte à son corps défendant, le nouveau pouvoir. Les sommets de l’armée jouent le jeu et participent à leur gouvernement avec deux ministres, pendant que les Frères Musulmans multiplient les gestes en faveur de l’armée et ses avantages. L’armée voit dans les Frères Musulmans, avec leurs deux millions de membres, leurs organisations de charité multiples et leur contrôle d’un grand nombre de mosquées, la seule force sociale et idéologique capable de s’opposer à la révolution montante.

Il faut dire que la situation économique, ne s’améliore pas, au contraire. Morsi au gouvernement mène ouvertement une politique pro-capitaliste et anti-ouvrière. Son gouvernement doit alors faire face à une montée jamais vue des grèves et des mécontentements en tous genres. Il manie la répression, avec l’aide de l’armée et la police, tout aussi violemment que le gouvernement précédent du CSFA (armée). Du coup, en un an de pouvoir, les Frères Musulmans ont perdu tout crédit.

En décembre 2012, contre le mouvement populaire que rien n’arrête, Morsi tente un coup de force en s’attribuant tous les pouvoirs.

Un soulèvement populaire quasi insurrectionnel tente de le faire tomber. Morsi n’est sauvé que par le soutien de l’opposition du FSN qui accepte de jouer le jeu d’un pseudo-référendum sur l’islamisation des institutions pour détourner le fleuve de la rue et l’entraîner vers des querelles religieuses. Morsi gagne le référendum à la faveur de tricheries considérables et dans le cadre d’une abstention massive où, de fait, tous les partis institutionnels d’Égypte sont mis en minorité par le peuple.

A partir de là, les émeutes et soulèvements vont devenir incessants. De très nombreux sièges du Parti de la Justice et de la Liberté ( parti des Frères Musulmans) sont incendiés ou saccagés, tout spécialement par les milieux les plus populaires.

photo manifestation Egypte
En février et mars 2013, un soulèvement des villes du canal de Suez, en particulier Port Saïd, met à mal l’autorité du gouvernement.

Morsi décrète le couvre feu mais personne n’obéit. Port Saïd est quasi aux mains des insurgés. On voit apparaitre des embyons d’auto-organisation. Une partie de la police fait grève, refusant de soutenir le pouvoir de Morsi complètement discrédité. L’armée prend ses distances avec Morsi et tente de se refaire une virginité politique en apparaissant au dessus des factions. On revoit des petites manifestations de pro-Moubarak.

En mars, avril et mai 2013, la contestation repart sur un terrain économique. Elle atteint des taux records mondiaux de grèves et de protestations populaires.

Les revendications sont économiques: salaires, emploi, eau, électricité, gasoil… Mais en même temps, dans bien des cas, elles ont aussi un caractère politique. Les grèvistes exigent que leurs dirigeants, des services comme des entreprises, soient « dégagés ». Bref, que la révolution de 2011 qui avait chassé Moubarak soit complétée par une révolution qui chasse tous les oppresseurs, des chefs d’entreprise aux chefs de services hospitaliers en passant par tous ceux qui ont des postes et des responsabilités à tous les niveaux.

Dans ce cadre de mécontentements grandissants, une campagne politique de signatures proclamant l’illégitimité de Morsi, baptisée Tamarod ( Rébellion) est lancée par de jeunes militants proches de l’opposition institutionnelle du FSN. Cette campagne demande des élections présidentielles anticipées.

 Du 30 juin au 3 juillet 2013: vers une deuxième révolution, sociale celle-là

Dans le contexte de grèves et d’agitation considérables, elle a un succès hors du commun. Tout le monde s’en empare, des comités Tamarod naissent partout, bien souvent dans les usines, et débordent les initiateurs comme les objectifs initiaux. La pétition obtient 20 millions de signatures (alors que Morsi a été élu par 13 milions de voix, dont beaucoup par défaut).

Pour beaucoup, l’illégitimité de Morsi signifie qu’il doit partir tout de suite. Une manifestation de remise des signatures est prévue le 30 juin.

On ne sait pas exactement combien de personnes sont venues ce jour-là. Les estimations les plus basses sont de 14 millions de manifestants, les plus hautes de 30 millions. La participation populaire est énorme. Les grévistes de mars, avril et mai sont là. Mais les dirigeants de Tamarod ont exigé qu’aucune banderole d’organisation, de parti, de syndicat et d’entreprise n’apparaisse. Seuls les drapeaux égyptiens et les pancartes individuelles sont autorisées. Le caractère ouvrier des manifestations ne se voit donc pas; le caractère « national » si. Un seul mot d’ordre « Morsi dégage ». La manifestation dure alors 4 jours sans faiblir. Le peuple tout entier est dans la rue. Y compris beaucoup de nouveaux qui n’avaient participé à rien jusqu’à présent. C’est une fête gigantesque.

 L’armée craint alors non seulement que le peuple fasse chuter Morsi, mais qu’à cette occasion, une fois ce résultat obtenu, les manifestations continuent et que cette fois-ci, la foule des revendications de mars, avril et mai, économiques et politiques, ne soient portées au devant du mouvement. A partir de là, la propriété et l’État pourraient être directement menacés. L’armée en premier, puisqu’elle est propriétaire de 20 à 40% de l’économie.

Le risque est d’autant plus réel que des rumeurs d’appel à une grève générale par les syndicats se précisent. C’est le spectre du scénario de janvier 20011 qui ressurgit, mais cette fois, la deuxième révolution sera sociale.

Appelée à intervenir par un certain nombre de partis d’opposition qui s’inquiètent de la tournure des événements, notamment les socialistes nassériens, l’armée – par la voix du général Sissi, ex-ministre de la défense de Morsi – pose alors le 1er juillet un ultimatum de 48 H à Morsi: il s’en va, organise des élections, ou alors c’est l’armée qui le dégage.

C’est la joie chez les manifestants. L’obstacle de l’armée semble levé. Les gens poussent un « ouf » de soulagement. Il n’y aura pas de bain de sang.

Cependant, la majeure partie des manifestants continue à occuper la rue, n’ayant qu’une confiance limitée dans l’armée et préférant faire le boulot eux-mêmes. D’autant plus que les Frères Musulmans n’abandonnent pas. Leurs militants agressent violemment les manifestants faisant de nombreux blessés et quelques morts, sans que l’armée ou la police n’intervienne pour protéger les manifestants. On voit apparaître alors un certain nombre de comités de quartiers d’auto-défense dans différentes villes pour se protéger des violences des Frères Musulmans.

Par contre la majorité des partis et syndicats d’opposition, soulagée par l’intervention de l’armée, se précipite sur sa proposition et s’engouffre derrière elle. Les dirigeants de Tamarod, eux, sont divisés. Ils hésitent un instant. Certains appellent les manifestants à dégager eux-mêmes Morsi, à ne pas attendre que l’armée le fasse, à créer leurs propres comités et à aller le chercher dans son palais. Mais la majorité de la direction de Tamarod finit par se rallier à l’armée et ne propose plus aux manifestants que d’attendre que celle-ci fasse elle-même le boulot. Les directions syndicales font de même et annulent leur mot d’ordre de grève générale.

Toute l’opposition organisée, à l’exception des Socialistes Révolutionnaires, est derrière l’armée.

A partir de ce moment, on voit surgir un peu partout, et de plus en plus, des slogans en faveur de l’armée, des portraits de Sissi fournis par l’armée mais portés par l’opposition, par des anciens du PND ( parti de Moubarak) qui profitent de l’occasion et du caractère « national » des manifestations, pour tenter de se glisser dans la foule, et, enfin, par des primo-manifestants qui n’avaient pas eu encore à subir la répression policière ou militaire.

 Il a été souvent dit à ce moment que les égyptiens étaient versatiles, qu’ils se mettaient à adorer l’armée qu’ils combattaient quelques mois plus tôt. Non, les égyptiens ne sont pas des imbéciles. Ce sont tous les partis d’opposition, y compris la direction de Tamarod, qui ont porté cette politique de soutien à l’armée, entraînant seulement alors avec eux la partie de la population la moins consciente. Les égyptiens ne sont pas tant derrière l’armée qu’on les a montré.

 Bonapartisme et logique de la situation après le 3 juillet 2013

 L’armée arrête Morsi le 3 juillet puis un certain nombre de dirigeants des Frères Musulmans. L’armée a volé les fruits de la révolution, mais c’est l’explosion de joie chez les manifestants et la fête permanente dans la rue pendant plusieurs jours pour des millions d’égyptiens. Le but affiché est atteint: Morsi est tombé.

L’armée nomme ensuite un gouvernement où figurent les anciens de l’opposition libérale (comme El Bardei) et nassérienne, notamment le ministre du travail ( ancien dirigeant du syndicat oppositionnel né de la révolution de janvier 2011) avec le soutien de l’ancienne opposition démocrate, Tamarod et bien d’autres.

 Les Frères Musulmans sont confrontés à une situation catastrophique pour eux. Cela faisait 70 ans qu’ils travaillaient à arriver au pouvoir. Et là, en seulement un an tout s’effondre. Comment échapper au désastre ?

Ils profitent alors du fait que ce n’est pas une révolution populaire jusqu’au bout qui les a chassé du pouvoir mais un coup d’État de l’armée, pour se réclamer de la légitimité démocratique. Morsi a été élu, crient-ils partout.

Oublié la tentative de coup d’État de Morsi en décembre, oublié les tricheries éhontées lors des scrutins, la participation très faible, oubliée la répression extrêmement violente des grèves et manifestations, les multiples atteintes aux libertés démocratiques, les restrictions aux droits des journalistes, de la justice… Oubliés surtout la pétition de 20 millions de signatures, les 14 à 30 millions d’égyptiens qui ont crié dans la rue pendant plusieurs jours, dans une démocratie directe infiniment plus représentative, qu’ils ne voulaient plus d’eux. Non, ils seraient la vraie démocratie: en tous cas celle que veulent les occidentaux.

Craignant de tout perdre, leur appareil ne s’effondre pas. Il s’accroche. D’autant plus qu’ils obtiennent le soutien entier ou partiel de quasiment tous les pays occidentaux.

Ils ne cherchent pas à s’adresser au peuple égyptien qui vient de montre qu’il ne voulait plus d’eux, mais à leurs propres militants et sympathisants, pour ne pas les perdre. Ils les enferment alors, et s’enferment avec eux, dans une bulle. D’une part, ils les abreuvent d’informations fantaisistes, aidés par la presse occidentale, en leur faisant croire qu’ils sont des millions mais surtout que l’islam est menacé par l’armée, les mécréants et les chrétiens. D’autre part, ils multiplient les occupations de places et les manifestations agressives contre le pouvoir… et les chrétiens. Dans ce combat pour la survie, repliés sur eux, il est probable qu’au sein des Frères Musulmans, le pouvoir soit passé aux plus intégristes. D’autant plus que l’armée essaie de les faire éclater en jouant sur leurs divisions internes. La violence de leur comportement est en effet dépassée par celle de l’armée qui n’hésite pas, à plusieurs reprises, à faire tirer dans le tas, à tuer.

L’agressivité et la violence des Frères Musulmans ne gêne pas l’armée. Au contraire, ça l’arrange et doublement.

D’une part, ça permet de faire que les Frères les plus modérés s’éloignent de leur propre direction, ainsi on a vu apparaître des scissions, des « Frères contre la violence ». D’autre part et surtout, cette guerre religieuse contre les chrétiens, contres les citadins riverains de leurs manifestations, lui permet de se hisser au dessus des parties comme un Bonaparte. Plus c’est le chaos, plus l’armée et à la police peuvent gagner une légitimité comme guarantes de l’ordre, de la stabilité et de la paix civile. Enfin l’armée tente ainsi de détourner la colère sociale sur des objectifs religieux.

Ainsi, les deux adversaires/complices, armée et Frères Musulmans, ont besoin de la violence de l’autre pour assurer leur pouvoir, interne pour les uns ou externe pour les autres. La spirale est lancée.

C’ est pourquoi lorsque des Frères Musulmans agressent des chrétiens ou simplement des résidents, l’armée laisse faire.

Il y aurait un danger pour elle, à ce que les résidents ou riverains des manifestations ( qui parfois se transforment en attaque d’églises, saccages de magasins anti-morsi, voitures avec auto-collants anti-Morsi…) et occupations de place par les islamistes ( des espèces de camps retranchés avec check point, fouille au faciès, tabassage éventuel pour les riverains) ne s’organisent eux-même pour se protéger, ce qu’ils font assez souvent. Cependant, les occupations des rues par les Frères Musulmans ne sont pas assez nombreuses pour qu’il y ait ce risque.

Au contraire même, l’hostilité populaire à l’égard de la politique économique de Morsi qui s’est fait entendre en mars, avril, mai et juin et qui l’a fait tomber, s’est déplacée contre l’ensemble des Frères Musulmans au fur et à mesure que ceux-ci, depuis le 30 juin et ensuite, ont multiplié les violences à l’égard des anti Morsi, des chrétiens ou des résidents riverains de leurs occupations et manifestations.

Ce qui a permis à l’armée d’intervenir pour dégager les places ces jours-ci et faire un bain de sang tout en décrétant l’état d’urgence. Elle savait qu’elle ne trouverait pas d’opposition dans la population, qui dans son ensemble, s’est dit que les Frères Musulmans l’avaient bien cherché.

On voit évidemment où l’armée voudrait aller et où la politique des Frères Musulmans les portent: une situation à l’algérienne, comme en 1991, où l’armée justifiait sa dictature par la nécessité de combattre le terrorisme islamiste et où les islamistes tentaient de récupérer la colère sociale exprimé dans les émeutes populaires par leur radicalisme pour ensuite l’embrigader derrière eux.

 Est-ce pour autant que ce discrédit croissant des Frères, l’acceptation de leur massacre par le peuple, signifie que la population soutient l’armée et rentre dans l’engrenage dans lequel l’armée et les Frères Musulmans tentent de l’entraîner ?

 Pourquoi la révolution n’a pas dit son dernier mot.

Si le danger est réel, si le mécanisme de l’engrenage est clair, il est loin d’être enclenché au niveau des classes populaires.

Car pour qu’il puisse s’engager, il faudrait que le peuple ait renoncé à tout espoir révolutionnaire, il faudraitt qu’il ait abandonné son combat pour ses propres revendications. Et qu’alors, en désespoir de cause, il s’engage derrière l’un ou l’autre des deux protagonistes institutionnels.

Pour cela, il faudrait qu’il ait été écrasé, comme l’avait été le soulèvement du peuple algérien. Or il ne l’a pas été. Il a été trompé, baladé, on lui a volé sa révolution, mais il n’a pas pas été écrasé.

Et sa situation économique est catastrophique. Même trompé, désabusé, il n’a pas d’autre choix que de lutter pour sa survie. Il a faim. Et la faim n’attend pas. Il faudrati que le peuple égyptien ait été écrasé pour qu’il ne continue pas ce combat.

 Mardi 13 août, pour la première fois avec ce gouvernement où figure donc l’ancien dirigeant du principal syndicat oppositionnel, la police a réprimé une grosse grève dans une aciérie à Suez. C’est ça le vrai but de l’armée et du pouvoir; c’est ça le but de leur état d’urgence, de leurs attaques contre les Frères Musulmans. Ils limitent les libertés pour viser les grèves, s’attaquer à la révolution elle-même.

Mais si le pouvoir a réprimé une grève, c’est que malgré l’appel du ministre du travail à suspendre les grèves et à se retrousser les manches pour sauver l’économie égyptienne, malgré le soutien de l’opposition politique et syndicale à l’armée, malgré le conflit sanglant entre l’armée et les Frères destiné à détourner l’attention, il y a des grèves, pour des revendicatiosn économiques, et toujours pour dégager les petits Moubarak. Et semble-t-il – car il est difficile d’avoir des informations à ce sujet – pas qu’un peu. Des journaux ont même parlé d’une nouvelle vague de grève vers la fin juillet, très loin des conflits religieux dans lesquels on essaie de les entraîner.

 Ainsi l’indifférence du peuple égyptien à l’égard du sort des Frères Musulmans est le signe que ses préoccupations sont ailleurs plus qu’il ne soutient l’armée. Des banderoles de manifestants le disaient à Sissi: tu nous a débarrassé de Morsi, c’est bien, mais maintenant on attend que tu fasses quelque chose pour nous. Et c’est urgent.

Le peuple pour, le moment, très loin des manœuvres des uns et des autres, très loin de ce que peuvent raconter les journaux et les télés, est dans ses problèmes de survie quotidienne, toujours dans la logique de la révolution pour « le pain, la justice sociale et la liberté » et regarde le combat armée/Frères plus en spectateur que partie prenante.

Or si le peuple n’abandonne pas son indépendance, ne marche pas dans l’engrenage du combat religieux, pendant que ses deux ennemis se tapent dessus, cela ne fait que les affaiblir mutuellement. Il est donc bien possible que lors de la prochaine vague de grèves, on voit surgir en plus grand nombre des organes d’auto-organisation.

 C’est d’ailleurs peut-être par crainte de ces grèves que l’armée a précipité sa décision de dégager les places occupées par les frères Musulmans.

En effet, les deux années passées, vers le 15 septembre, au moment de la rentrée scolaire, se sont déclenchées de grosses vagues de grèves initiées par les enseignants, suivis par les médecins de services publics, qui ont été, à chaque fois, proche d’enclencher une grève générale. On ne voit pas pourquoi ce serait différent cette année. La différence, c’est que cette année, le caractère national des grèves d’enseignants et médecins, pourrait bien donner l’expression unificatrice politique que la multitude des grèves et protestations de mars à mai, cherchait et avait cru trouver dans l’initiative de Tamarod.

 Le pouvoir (et les Frères Musulmans) le sait. Il a jusqu’à la rentrée pour tenter d’entraîner le peuple dans l’engrenage de sa guerre. Après – mais cela peut arriver avant, car le peuple égyptien nous a surpris plus d’une fois – l’armée et les Frères Musulmans (réconciliés ?) pourraient ne plus guère avoir les moyens d’arrêter le fleuve révolutionnaire.

On peut donc s’attendre d’ici là à une aggravation des violences entre l’armée et les Frères… mais aussi bien d’autres surprises.

La révolution continue.

Jacques Chastaing le 16.08.2013
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 20:30
Egypte : Protestations massives pour la chute de Morsi

Non à l’intervention des généraux, pour un gouvernement des travailleurs!

Le premier anniversaire du règne du président égyptien Mohammed Morsi a été marqué par des manifestations dont l’ampleur a dépassé celles qui avaient conduit à la chute du dictateur Hosni Moubarak en janvier 2011. Selon des sources des ministères de la Défense et de l’Intérieur, entre 14 et 17 millions de personnes ont manifesté dans tout le pays ce dimanche 30 juin!

 

22 millions de signatures ont été collectées pour une pétition (avec vérification ID) exigeant le départ de Morsi. Il s’agit de plus d’un quart de la population égyptienne, un nombre également supérieur aux 13,2 votes qu’il avait reçu au second tour des élections présidentielles qu’il avait remportées en 2012 ! De grandes foules de manifestants sont restées sur les places du Caire, d'Alexandrie et d’ailleurs toute la nuit durant tandis qu’une nouvelle journée de mobilisation a été convoquée pour le 3 juillet. Les locaux des Frères Musulmans ont aussi été attaqués et des manifestants ont été tués par des tirs à l'intérieur des bâtiments. Ces manifestations gigantesques représentent une nouvelle étape dans la révolution mais, tout comme nous avons pu le constater ces dernières années, l’absence d’un mouvement socialiste conséquent ouvre la voie à la récupération de cette situation par d’autres forces que celles défendant les intérêts des travailleurs et des pauvres.

Les raisons de la colère ressentie contre le régime du gouvernement Morsi dominé par les Frères Musulmans sont nombreuses. Les conducteurs doivent faire des files de jusqu’à 7 heures pour enfin avoir de l’essence, de nombreuses régions connaissent des coupures de courant de plus de dix heures et la valeur de la Livre égyptienne a chuté de 20%, ce qui a fait augmenter les prix bien plus vite que le taux d’inflation officiel qui est maintenant de 8,2% sur base annuelle. Le chômage reste très grand alors que la croissance économique s’est ralentie avec la baisse du tourisme et des investissements étrangers. Le taux d’occupation des Hôtels est de 15% seulement au Caire et est même sous les 5% à Louxor. Seules les installations autour de la Mer Rouge sont réellement en activité.

 

la politique de Moubarak se poursuit, mais la contestation ne fait que croître

Toute la politique du dictateur déchu a été endossée par le gouvernement Morsi. Des hommes d’affaire accusés de corruption sous le régime de Moubarak ont été relaxés. La Business Development Association, fondée par un dirigeant des Frères Musulmans, Hassan Malek, réunit de proéminents capitalistes afin d’influencer la politique du gouvernement de la même manière que l’avait fait en son temps le fils de Moubarak, Gamal. De nombreuses personnes craignent de voir apparaître un nouvel Etat clientéliste sous la poigne des Frères Musulmans et sont profondément en colère contre les salaires des membres des Frères Musulmans occupant des postes publics (gouverneurs,…) ou aux postes dirigeants de la Fédération syndicale égyptienne. Des journalistes ont été physiquement attaqués pour avoir couvert des manifestations de protestation et certains d’entre eux - connus pour leurs critiques à l’encontre des Frères Musulmans - ont perdu leur emploi dans les médias publics. Des comédiens ont aussi été arrêtés pour avoir ‘‘insulté le président’’. Même les chanteurs et musiciens de l’Opéra du Caire sont entrés en grève en solidarité avec leur directeur après qu’il ait été renvoyé par le Ministre de la Culture en mai.

Selon les données de L’International Development Centre (IDC), les protestations avaient atteint ces derniers temps un niveau continuellement élevé. Au cours de la dernière année du règne de Moubarak, la moyenne était de 176 actions de protestation par mois alors que la moyenne actuelle pour 2013 est de… 1.140 par mois ! Au total, il y a eu 9.427 actions de protestation Durant la première année du mandat présidentiel de Morsi. La moitié de ces actions étaient des protestations ouvrières, avec notamment 1013 grèves et 811 sit-in. Il y a eu 500 manifestations et 150 blocages routiers.

Ceux qui espéraient que la chute de Moubarak allait marquer l'ouverture d'une ère de droits démocratiques en ont été pour leurs frais. Le régime de Morsi a adopté des mesures très répressives. Les travailleurs ne reçoivent pas un traitement identique à celui des hommes d'affaires qui se sont enrichis sous Moubarak… Ainsi, le Ministre de l'Aviation a encore récemment renvoyé quinze travailleurs de l'aéroport du Caire après que ces derniers aient pris part à une grève. Cinq dockers de la société Alexandria Port Containers ont été condamnés à trois ans de prison pour avoir dirigé une grève en octobre 2011. Ils sont toutefois parvenus à faire annuler cette décision en appel. Le 26 juin, Morsi avait annoncé l’adoption de nouvelles mesures destinées à faire face à la ‘‘brutalité’’ et au ‘‘terrorisme’’, notamment contre les barrages routiers. Il s’agissait là d’une menace à peine voilée contre les travailleurs entrant en action pour défendre leur niveau de vie.

 

Les manifestations du 30 juin

Un nouveau groupe, Tamarod (Rebelle), a été lancé en avril derniers par d'anciens membres de Kefaya, le groupe qui avait organisé des manifestations pour les droits démocratiques sous Moubarak. L’objectif que s’était fixé le nouveau collectif était de parvenir à réunir 15 millions de signatures sur une pétition réclamant la démission de Morsi, un objectif dépassé. Cette pétition est principalement axée sur les questions brûlantes des droits démocratiques et de la situation sociale et économique. Le texte déclare notamment qu’il n’existe aucune justice pour les victimes des forces de sécurité décédées au cours du soulèvement anti-Moubarak, que les ‘‘pauvres n’ont pas de place dans la société’’, que l'économie s’est ‘‘effondrée’’ à tel point que le gouvernement est obligé d’aller ‘‘mendier’’ auprès du FMI et que le régime de Morsi est condamné pour avoir ‘‘suivi les traces des Etats-Unis’’. En quelques semaines, cette campagne de pétition a rassemblé 6.000 volontaires et plus de 100.000 fans sur Facebook. Beaucoup de mouvements politiques d'opposition ont soutenu cette campagne, dont le Mouvement de la Jeunesse du 6 Avril, le Parti de la Constitution libéral, le Parti de l'Alliance Populaire Socialiste et le Parti Egypte Forte, fondé par l’ancienne figure de proue des Frères Musulmans Abdel-Moneim Aboul-Fotouh, qui s’était opposé à Morsi à l’occasion des élections présidentielles.

Leur but est ‘‘d'éviter de reproduire les erreurs de la période écoulée et de poursuivre sur la voie de la révolution du 25 janvier’’, selon le co-fondateur de Tamarod, Mohamed Abdel Aziz. Les organisateurs avaient aussi déclaré avant le 30 juin qu’il ‘‘n'y aura pas de drapeaux ou de banderoles aux manifestations à l'exception de drapeaux égyptiens, de photos de martyrs, à commencer par les martyrs de la révolution du 25 janvier.’’

 

Il faut un parti de masse des travailleurs

Cette approche antiparti est à considérer comme une réflexion des déceptions éprouvées face aux dizaines de partis qui ont émergé après la chute de Moubarak. La plupart de ceux-ci se sont limités à plaider pour l’instauration d’une sorte de démocratie capitaliste tout en laissant les véritables maîtres de l'Égypte en place - les capitalistes et les généraux. L'enthousiasme des dirigeants de ces partis pour l’obtention de postes grassement rémunérés n'a pas inspiré de confiance aux travailleurs et aux pauvres.

D’autre part, certains à gauche (comme les Revolutionnary Socialists) ont semé la confusion en soutenant en juin 2012 la candidature de Morsi contre celle d’Ahmed Shafiq, qui représentant l’aile pro-Moubarak. L’élément le plus crucial dans la situation actuelle est le développement de l'action et de l’organisation indépendantes de la classe des travailleurs et des pauvres. Ces derniers ont besoin de disposer de leur propre parti de masse pour défendre leurs intérêts et leurs droits démocratiques.

Tamarod appelle Morsi à démissionner pour être remplacé par un Premier ministre indépendant pour une durée de six mois qui ‘‘dirigerait un gouvernement technocratique dont la mission principale serait de mettre sur pied un plan économique d'urgence afin de sauver l'économie égyptienne et de développer des politiques de justice sociale.’’ Mais ‘‘sauver l'économie (capitaliste) égyptienne’’ signifie très clairement de lancer plus d'attaques contre les travailleurs et les pauvres avec la suppression des subsides à l’alimentation et de nouvelles privatisations destinées à satisfaire le Fonds Monétaire International. Tout cela est à l’opposé des revendications qui avaient émergé en janvier 2011 et qui étaient basées sur le pain, la liberté et la justice sociale.

Ce dont les travailleurs et les pauvres ont besoin, c’est d’un salaire minimum décent, d’une semaine de travail plus courte (sans perte de salaire et avec embauches compensatoires), d’un logement abordable et de qualité, d’un enseignement gratuit et de qualité, d’un programme de construction d’hôpitaux et d’autres infrastructures, de transports en commun gratuits,… Tout cela créerait une masse d’emplois. Ces revendications socialistes combinées à un programme de défense des droits démocratiques pourraient obtenir un soutien massif pour autant qu’elles soient défendues par un parti des travailleurs construits avec et autour des syndicalistes combatifs.

Sans un tel programme, les dirigeants des Frères Musulmans pourront continuer à s'appuyer sur la couche conservatrice qui existe au sein des masses pauvres, surtout dans les campagnes. Tout comme Erdogan en Turquie a réussi à mobiliser un nombre important de partisans, de grandes manifestations ont eu lieu en soutien à Morsi, avec environ 100.000 personnes au Caire le 21 juin. Peu de rapports font par contre état de mobilisations en sa faveur le dimanche 30 juin. Seul un programme clairement socialiste défendant unilatéralement les intérêts des travailleurs et des pauvres tout en exposant au grand jour les intérêts capitalistes de certains dirigeants de premier plan des Frères Musulmans pourrait diviser la base de soutien du Président Morsi.

 

Un coup d’Etat militaire ?

Le général Abdul Fattah Al-Sisi, commandant en chef des forces armées et ministre de la Défense a déclaré le 23 juin que l’armée pourrait intervenir afin de prévenir le pays de sombrer dans le ‘‘sombre tunnel de la criminalité, de la trahison, des luttes sectaires et de l’effondrement des institutions d’Etat.”

Ce que les généraux et toute la classe dirigeante craignent le plus, c'est l'action de masse indépendante de la classe ouvrière et de la jeunesse, ce qui pourrait menacer leurs intérêts. En outre, des éléments liés à l'ancien régime de Moubarak cherchent à défendre leurs intérêts propres, de même que l'impérialisme américain. Les généraux ne semblent toutefois pas encore confiants de suivre la voie d’une répression militaire directe. Pour le moment, ils tentent encore de se présenter comme des ‘‘arbitres’’ qui veulent forger un gouvernement ‘‘d'unité nationale’’.

Certains dirigeants de Tamarod suggèrent qu'ils soutiendraient l'armée si elle voulait reprendre le pouvoir en main. Il s’agit d’une position très dangereuse, illustrée notamment par les propos tenus par Mahmoud Badr, un porte-parole de Tamarod, qui a salué la déclaration des chefs militaires en ce sens. De même, la foule réunie place Tahrir aurait applaudi en entendant ces nouvelles, en scandant ‘‘L'armée et le peuple sont main dans la main.’’

Il semble possible que, dans les coulisses, le gouvernement américain ait changé son fusil d’épaule et décidé de plutôt considérer l'armée comme le meilleur moyen de stabiliser le pays et son économie capitaliste. Dix ministres du gouvernement ont démissionné le 1er juillet, suggérant que Morsi pourrait rester plus longtemps. Ce dernier tente d’éloigner les critiques des Frères Musulmans et accuse ses ‘‘anciens collaborateurs’’ du régime déchu de Moubarak. Le 2 juillet, il a rejeté les conditions de l'armée.

A ce stade, la plupart des officiers supérieurs ne veulent pas prendre la responsabilité directe du gouvernement. Cependant, sans aucun doute, certains militaires et membres des forces de sécurité aspirent à reprendre le pouvoir qu'ils ont exercé pendant si longtemps sous le règne de Moubarak. Les forces armées contrôlent des pans entiers de l’économie, des officiers supérieurs ont réussi à faire fortune grâce à ce contrôle. Ils désirent disposer de la stabilité économique et politique tout autant que d'autres hommes d'affaires capitalistes afin de poursuivre à amasser de l’argent.

Il y a dix-huit mois encore, le gouvernement militaire tirait sur les manifestants au Caire. Tout gouvernement - islamique ou laïc, civil ou militaire - basé sur la défense du système capitaliste va s’en prendre aux intérêts de la majorité des Egyptiens.

 

La menace sectaire

L'absence d'un programme capable de répondre aux besoins quotidiens des masses de la part de Tamarod ou de tout autre parti majeur laisse un vide dangereux dans lequel le poison du sectarisme pourrait exploser.

Les chrétiens coptes se sont sentis menacés par le programme d'islamisation des Frères Musulmans et par les attaques contre des églises. Morsi et les Frères Musulmans se sont alignés sur l’Arabie saoudite réactionnaire et sur les cheikhs du Golfe et soutiennent l'opposition sunnite au régime d'Assad en Syrie. Mais il y a trois millions de musulmans chiites en Egypte. Des extrémistes religieux salafistes s’en sont pris aux chiites, un parlementaire déclarant qu’ils étaient ‘‘plus dangereux que des femmes nues’’ et constituaient une menace pour la sécurité nationale. Dans cette atmosphère sectaire, une foule de 3000 personnes a attaqué des maisons de chiites dans le village de Zawyat Abu Musulam le 23 juin. Quatre hommes avaient été traînés hors de leurs maisons pour être tués.

 

Pour un gouvernement des travailleurs et une démocratie socialiste

Les véritables socialistes et les syndicalistes peuvent construire des mouvements qui permettraient de surmonter les divisions sectaires avec un programme de solidarité de classe contre l'ennemi commun capitaliste, qu’il soit impérialiste ou égyptien.

Les luttes de masse initiées par le début de la révolution en 2011 sont toujours en cours. De nombreux syndicats indépendants ont surgi dans tout le pays. Morsi a lui-même attiré l'attention sur les 4.900 grèves enregistrées au cours de ces 12 derniers mois. Une grève générale peut réunir tous les opprimés de la société et jouir d’un grand soutien de la part de la classe moyenne. Mais une grève générale ne doit pas servir à renverser un dictateur pour qu’il soit remplacé par un autre, qu’il soit général, homme d'affaires ou politicien capitaliste.

Des comités de grève élus démocratiquement et des comités d’action de masse doivent être construits dans chaque grande entreprise et chaque collectivité locale pour discuter de l’élaboration d’un programme et d’un plan d’action orienté vers le renversement révolutionnaire du régime. Ils pourraient être reliés aux niveaux local et national, posant ainsi les bases d'un gouvernement de représentants des travailleurs et des pauvres.

Un appel lancé aux travailleurs de la région pour prendre des mesures similaires contre la pauvreté, le sectarisme et la répression pourrait bénéficier d’un très large écho et aider à construire un mouvement pour le socialisme dans tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:48

Militarisation des Rassemblements du Premier Mai : Des camarades de Democratic Socialist movement DSM (Nigeria) ont été arrêtés et sont retenus !

 Par Segun Sango, Secrétaire général, DSM
ImageDouze membres de Mouvement Socialiste Démocratique (DSM) CIO Nigeria ont été aujourd'hui arrêtés dans les états de Abuja, Anambra, Oyo, Niger et de Kaduna lors des évènements du Premier Mai. Tandis que ceux qui ont été arrêtés dans le Ibadan et le Minna ont éte relâchés ceux dans le Abuja, Anambra et Kaduna sont toujours (le 1 mai) retenus différemment par le Service de Sécurité de l'État (SSS) et la police.
Taiwo Hassan Soweto et Odun Eniayekan ont été arrêtés à Eagle Place à Abuja par des agents secrets et retenus dans les bureaux du Siège de la législature de l'État. Sadare Dimeji et Sefiu Amusat sont retenus dans le Kaduna par les SSS tandis que Francis Nwapa est retenu dans l'État d'Anambra SCID Awka. Abiodun Bamgboye et 4 d'autres ont été arrêtés dans le Ibadan par le SSS.
Visitez le site du DSM http://www.socialistnigeria.org/
Dernière mise à jour : ( 02-05-2013 )

Lire la suite...

 

 

 

 

Nous appelons à la libération immédiate et inconditionnelle des membres du DSM toujours incarcérés. Les militants sont arrêtés pour avoir diffusé le tract du Parti socialiste du Nigeria (SPN) et vendu Démocratie Socialiste, le journal du Mouvement Socialiste Démocratique, dont le contenu est jugé séditieux par les agents secrets de sécurité Le tract critique la corruption monumentale et la fraude publique sur les retraites et met en évidence l'approbation effrontée de cette corruption par le gouvernement de Jonathan avec le pardon d'état accordé à Diprieye Alamieyesiegha. Le journal a en gros titre la fraude des retraite. Tous les matériels comme des tracts, le journal etc, ont été totalement saisis.
Les lieux de rassemblements de Premier Mai cette année étaient lourdement militarisés. Sous prétexte de renforcer la sécurité, en réalité la présence énorme des agents secrets de sécurité a principalement pour but de harceler et intimider ceux parmi les groupes politiques qui sont critiques du gouvernement. C'est un fait que le gouvernement d'état et les gouvernements locaux sont devenus fortement intolérants à toute expression divergente. En effet, le gouvernement de Jonathan prend rapidement la forme  d'une dictature civile. Ceci n'est pas indépendant de son impopularité croissante liée à la corruption avérée et aux attitudes et politiques anti-pauvres qui caractérisent ce gouvernement.
Rappelons juste que récemment le gouvernement a interdit la diffusion d'un film documentaire intitulé "Fueling poverty" (nourir la pauvreté) et a menacé le producteur d'arrestation. Juste avant quatre journalistes et leur rédaction ont été arrêtés et retenus pour avoir publié l'histoire d'un professeur qui avait été arrêté à l'Université d'Ahmadu Bello, dans le Zaria, pour un commentaire fait en cours.
Nous invitons le mouvement ouvrier organisé, les militants et organisations socialistes et humanitaires ainsi que les médias à condamner cette attaque brutale contre les droits démocratiques et nous exhortons la libération immédiate et inconditionnelle de tous ceux actuellement retenus.

 


 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 19:55
Hugo Chavez est mort, mais la lutte continue !

Des millions de travailleurs vénézuéliens, de pauvres et de jeunes pleurent la mort du président vénézuélien, Hugo Chavez

Hugo Chavez poing levé

À une époque où le fossé entre les politiciens de l’establishment qui défendent les grandes entreprises et les super-riches d’une part et les masses d’autre part semble se creuser inexorablement, la figure de Chavez se détachait de ce processus. En fait, à l’ère des mesures d’austérité, les décisions qu'il a prises pour lutter contre la pauvreté ont agi tel un phare.

 

 

 

 

 

Les travailleurs et les jeunes du Venezuela sont rejoint dans leur peine par de nombreux autres à travers le monde qui ont été inspirés par le régime d'Hugo Chavez et l’ont soutenu en tant qu’alternative à l'impérialisme, au néolibéralisme et au capitalisme. Face à cela, les plus pernicieux des commentateurs capitalistes n’ont jamais ménagé ni leur peine, ni leur temps, ni leur encre pour décrire leur haine de ce régime.

 

La douleur du deuil et la colère des masses contre ces attaques doivent être canalisée dans une nouvelle étape de la lutte de la classe ouvrière pour le socialisme au Venezuela et à l'étranger.

 

L’hypocrisie des commentateurs capitalistes

Depuis sa mort, de nombreux articles ont dénoncé le régime vénézuélien et Chavez ‘‘l’autocrate’’, le ‘‘dictateur’’, le ‘‘caudillo’’. Certains ont tenté de dépeindre sa mort comme la fin d'un autre régime socialiste en faillite. Le torrent de bile de ces commentateurs avait tout d’abord été préparé dans l'espoir que Chavez serait défait aux élections présidentielles d’octobre 2012. Mais tout cela a dû être mis de côté. Contrairement aux attentes des médias dominants internationaux et des politiciens capitalistes, Chavez avait remporté un troisième mandat avec 55% des suffrages, avec un taux de participation de 80%. Les politiciens capitalistes en place en Europe ne peuvent que rêver d’un tel résultat.

Ces mêmes commentateurs s’étaient fait remarquer par leur silence assourdissant lors de la tentative de coup d’Etat de 2002 réalisé avec le soutien de l'impérialisme américain. Lorsque ces champions autoproclamés de la démocratie s’en prennent à Chavez, ils laissent soigneusement de côté le fait qu’il a fait face à pas moins de 17 élections et référendums depuis 1998, et qu’il en a remporté 16.

Ces commentateurs, et les politiciens capitalistes qui sont derrière eux, ne peuvent pas supporter le fait qu'un dirigeant qui parle de ‘‘socialisme’’ et de ‘‘révolution socialiste’’, un dirigeant qui a fait face à l'impérialisme américain et à la classe capitaliste, puissent attirer à lui un soutien populaire aussi massif. Ils craignaient également le mouvement révolutionnaire potentiel des masses sur lequel reposait Chavez.

 

“Por ahora” – ‘‘Pour l’instant”

Chavez n'est pas apparu sur la scène politique en tant que dirigeant disposant d’une idéologie et d’un programme bien définis. Il a embrassé diverses idées de façon empirique – sous la pression des événements au fur-et-à-mesure de leur déroulement.

Chavez a été porté au pouvoir en 1998 avec une majorité écrasante. Initialement, il ne parlait que de ‘‘révolution bolivarienne’’ et de la réforme de l'ancien système corrompu. Chavez, tout comme des milliers de personnes au Venezuela dont les jeunes officiers dont il faisait partie, a été radicalisé par le "Caracazo" qui a secoué le Venezuela en 1989.

Carlos Perez avait alors remporté les élections en s'opposant au néolibéralisme du Fonds Monétaire International. Mais ce dernier a fait volte-face et a appliqué la ‘‘thérapie de choc’’ du néolibéralisme, déclenchant un soulèvement de masse des citadins pauvres. L'armée a été déployée et environ 3000 personnes ont été abattues. Les opposants de droite de Chavez n’ont que peu de choses à dire sur ces événements. Chavez, de son côté, a été radicalisé et affectées par ces horreurs. En 1992, il a dirigé une révolte populiste militaire de gauche contre le gouvernement assassin de Perez. Suite à la défaite de ce coup d'Etat, il a proclamé la révolution ‘‘terminée. Pour l'instant.’’ Ce ‘‘Por ahora’’ était destiné à être dans l'esprit des masses.

Sorti de prison deux ans plus tard, il a construit son soutien et a pu parvenir au pouvoir lors des élections de 1998, les masses du pays exigeant la fin du néolibéralisme et un véritable changement.

Les réformes limitées, mais populaires, que son gouvernement a introduits grâce à la richesse pétrolière du pays ont suffi à faire enrager l'élite dirigeante qui a tenté un coup d'Etat en 2002, suivi par un lock-out patronal. Après 48 heures, le coup d'Etat s'est effondré et Chavez a été ramené à Caracas et au pouvoir. Lors du coup d'Etat, les masses ont envahi la rue pour s'opposer au nouveau régime de droite tandis qu’une révolte a explosé parmi les rangs de l'armée et des officiers subalternes.

 

Le coup d’Etat de droite de 2002

L’effondrement du coup d’Etat de droite dirigé par Pedro Carmona a porté un coup décisif à la classe dirigeante et au capitalisme. La classe ouvrière et les pauvres ont eu l'occasion de prendre en main la gestion de la société. Malheureusement, à ce moment-là, Chavez a choisi de faire appel à ‘‘l'unité nationale’’ pour conclure un accord avec des sections de la classe capitaliste. Le lock-out patronal a été rompu après une lutte de 12 mois. A chaque fois, Chavez a été sauvé par le mouvement de masse issu de la base.

Ces événements ont extrêmement radicalisé Chavez qui, en 2005, a commencé à parler de ‘‘révolution socialiste’’. C'est dans cette période qu'il a également fait référence aux idées de l'un des dirigeants de la révolution russe, Léon Trotsky, ainsi qu’à celles de Karl Marx et qu’il a appelé à la fondation d'une Cinquième Internationale.

Cela a empli de rage tant la classe dirigeante vénézuélienne que l'impérialisme américain. Des nationalisations et des nationalisations partielles de sociétés importantes ont été appliquées. La mise en place d'un service de santé de base ainsi que la généralisation de programmes d'éducation et d'alphabétisation ont énormément amélioré la popularité du gouvernement. De manière significative, à l'élection de 2006 - à la suite de ce virage à gauche - Chavez a remporté sa plus grande victoire électorale avec plus de 62% des voix!

Cette évolution a eu un effet extrêmement positif en mettant la question du socialisme à l’avant plan au Venezuela et, dans une certaine mesure, également en Amérique latine et à l'étranger. L'idée de la ‘‘révolution’’ et même du ‘‘socialisme’’, de même que de réformes radicales, sont largement dominants dans la conscience de la majorité des Vénézuéliens. Il s'agit d'un héritage positif de Chavez. Il ya un clair rejet de toute idée d'un retour à ‘‘l’ancien régime’’.

 

Blows to capitalism, but no decisive break

Cependant, en dépit de cette phraséologie radicale, Chavez et le gouvernement bolivarien, en réponse à la crise économique mondiale qui a commencé en 2007, n’ont pas réagi en développant un programme de rupture anticapitaliste, mais ce sont plutôt déplacés dans la direction inverse.

La classe capitaliste avait été ébranlée, mais sans être vaincue. Elle est donc restée au contrôle des leviers économiques. De l'intérieur de la République bolivarienne a aussi surgi une nouvelle force : la ‘‘boli-bourgeoisie’’, une couche puissante de la société qui est devenue riche sur le dos du mouvement chaviste.

Cela, en combinaison avec l'émergence d'une puissante bureaucratie et de la détérioration de la situation économique, a assuré que, malgré les réformes populaires (que le Comité pour une Internationale Ouvrière a soutenues), d'énormes problèmes sociaux de pauvreté, de chômage, de corruption et de criminalité ont demeuré présents. Ces problèmes perdurent et découlent de l'échec à renverser le capitalisme.

Un mécontentement et une frustration généralisée se sont développé en conséquence de cela et en combinaison avec l’approche de haut en bas et administrative de la bureaucratie, avec une absence de contrôle et de gestion démocratiques des travailleurs dans le processus révolutionnaire, alors que Chavez bénéficiait d'un soutien massif. Les récentes grèves des enseignants et des travailleurs du métal ont été réprimées par l'Etat, toutes ces mesures ayant donné une arme à la droite pour combattre le régime.

 

Transformer les aspirations socialistes en réalité

Si le candidat de droite Henrique Capriles et la droite vénézuélienne espèrent que la mort de Chavez va se traduire en une opportunité aisée pour eux de prendre le pouvoir, ils se trompent. Malgré le mécontentement présent, l'idée de soutenir le processus révolutionnaire, celle du socialisme et la volonté de défendre les réformes sont profondément ancrées dans la société vénézuélienne.

A court terme, le plus probable est la victoire électorale de Nicolas Maduro, le vice-président nommé par Chavez comme son successeur. Le ralliement des partisans de Chavez et des masses pauvres pour vaincre la droite est déjà en développement [depuis l’écriture de cet article, un million de personnes ont participé aux funérailles de Chavez, NDT]. Capriles et la droite font, tout comme Maduro, appel au calme, à la paix et à l'unité. La droite ressent sa faiblesse et prend bien garde à ne pas provoquer de réaction parmi les masses.

Alors que certains commentateurs de droite ont instrumentalisé la mort de Chavez pour déverser leur haine anti-socialiste, d'autres sections du capitalisme et de l'impérialisme ont été plus prudents. Les déclarations prudentes du président américain Barack Obama ainsi que du secrétaire d’Etat aux affaires étrangères britannique William Hague ont pour objectif d'ouvrir une nouvelle ère de coopération avec un futur gouvernement dirigé par Maduro. Ils sont parvenus à la conclusion que la droite a peu de chance de remporter les élections et ont donc laissé la porte ouverte tenter de collaborer avec le nouveau gouvernement ‘‘chaviste’’.

Maduro et les autres dirigeants n'auront pas la même autorité que Chavez. Une nouvelle ère s’ouvrira avec ces élections. Les divisions entre courants différents au sein du mouvement chaviste peuvent éclater après la tenue des élections. Des sections de la classe dirigeante sont à la recherche de cela afin de finalement vaincre le mouvement chaviste.

Ces perspectives soulignent la nécessité urgente de l’unité de la classe ouvrière et des pauvres contre la droite. Les masses doivent reprendre le processus révolutionnaire en leurs propres mains avec des organisations indépendantes et un programme pour transformer les ‘‘aspirations socialistes’’ soulevées par Chavez en réalité. La mort de Chavez ne marque pas la fin de la lutte. Un nouveau chapitre va maintenant commencer.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 16:01
Tunisie: Non à Larayedh, ministre de la chevrotine! A bas Ennahdha! Pour la chute du système!

La colère du peuple tunisien est profonde. Alors que l'élite politique a échoué à ne fut-ce que commencer à résoudre les problèmes quotidiens du plus grand nombre, et cela après plus de 14 mois au pouvoir, l'assassinat de Chokri Belaïd le 6 février a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, exaspérant l'ensemble du pays et poussant de ce fait le gouvernement haï d'Ennahdha dans ses retranchements.

 

 

 

 

 

Le pays traverse désormais sa plus grave crise politique depuis la chute de Ben Ali. Les manœuvres par le Premier ministre Hamadi Jebali de former un gouvernement de soi-disant «technocrates» étaient destinées, comme Jebali l'a d'ailleurs dit lui-même explicitement, à «estomper la colère populaire», et à redonner de la marge de manœuvre au parti dominant, en perte de vitesse. Cependant, mardi, Jebali a annoncé l'échec de ces tentatives et sa démission, face à l'opposition de son propre parti à lâcher les postes ministériels-clé qu'il contrôle.

Maintenant, la nouvelle mascarade d'Ennahdha est de resservir, encore, du neuf avec du vieux, en nommant son ministre de l'Intérieur, Ali Larayedh, comme nouveau chef de gouvernement. Il ne s'agit rien de moins que d'une pure provocation. Ali Larayedh a chapeauté le "ministère de la terreur" depuis plus d'un an, responsable d'abus et de violences systématiques par les forces de l'ordre, cette même flicaille aux ordres qui, rodées aux méthodes apprises sous Ben Ali, n'a répondu aux griefs et aux attentes de la population qu'a coups de matraques, de tortures, de gaz lacrymogènes et même de chevrotine, comme cela s'est passé lors du soulèvement dans la région de Siliana en décembre dernier.

Cette nouvelle manœuvre politique montre, s'il le fallait encore, que les pourris d'Ennahdha ne lâcheront pas le pouvoir aussi facilement. Le parti, qui depuis plus d'un an, s'est attelé a placer ses pions un peu partout dans l'appareil d'Etat, dans les médias, dans les administrations, ne va pas s'en aller sans une lutte d'arrache-pied imposée par la rue.

Ceci dit, les événements des dernières semaines ont donné une nouvelle indication, et non des moindres, de ce qui est possible d'accomplir par la mobilisation de masse, pour autant que celle-ci soit soutenue et armée d'une stratégie claire pour en finir avec le pouvoir actuel. En effet, malgré les tentatives désespérées de donner l'image du contraire, les racines de la crise institutionnelle actuelle résident dans la résistance de masse à laquelle le gouvernement dirigé par Ennahdha est confronté depuis des mois et des mois par le mouvement ouvrier organisé, par la jeunesse, les femmes, les pauvres des zones urbaines, les paysans, les chômeurs, les petits commerçants, etc. Cette résistance a atteint son paroxysme avec l'explosion de colère qui a secoué le pays le 8 février dernier, lorsqu'une grève générale d'une ampleur historique a secoué le pays, et que plus d'un million de personnes sont descendues dans les rues de Tunis et d'autres villes afin de commémorer la mort de Chokri Belaïd.

 

Le bilan d'Ennahdha

Le pouvoir d'Ennahdha a reproduit tous les mécanismes qui ont poussé les masses tunisiennes vers la route de la révolution il y a un peu plus de deux ans. Quand les masses se sont soulevées contre Ben Ali, l'un de leur principal slogan était: «Le travail est un droit, bande de voleurs». Depuis lors, plus de 200.000 personnes se sont rajoutées à la liste déjà longue des sans-emploi, malgré les prétentions d'Ennahdha de créer 500.000 emplois durant son mandat.

Contrastant avec toutes les promesses vides du pouvoir en place, les régions du Sud et du Centre-Ouest du pays continuent à s'enfoncer dans une spirale de misère extrême, dans certains cas dépourvus des infrastructures les plus élémentaires.

La hausse continue des prix des produits alimentaires (qui ont enregistré une augmentation globale de 8,4% en l'espace d'un an) poussent la survie quotidienne et le rationnement à la limite du supportable pour de nombreuses familles pauvres. Et c'est dans ces conditions déjà extrêmes que la clique au pouvoir a récemment décidé l'augmentation du prix des carburants, du tabac et de l'électricité, un nouveau hold-up sur les poches déjà vides des Tunisiens, plutôt que de s'attaquer aux intérêts des grosses entreprises et des spéculateurs qui s'enrichissent a partir de la misère généralisée.

De nombreux parents demeurent jusqu'à ce jour dans l'ignorance des personnes responsables de la mort de leurs enfants tués sous les coups des balles de la machine répressive de Ben Ali, tandis que des dizaines de blessés continuent de souffrir en attendant désespérément des traitements médicaux appropriés.

A cela se sont ajoutés l'étouffement systématique des droits démocratiques, les attaques contre la culture et contre la liberté d'expression. Tout au long de l'année dernière, les tribunaux ont appliqué des lois répressives datant de la dictature de Ben Ali afin de persécuter ce que le gouvernement considère comme nocif pour les «valeurs, la moralité ou l'ordre public, ou visant à diffamer l'armée.»

Des gangs salafistes ont également participé de manière répétée à de violentes attaques contre tout ce qu'ils considèrent comme incompatible avec leur version rétrograde de l'Islam, bénéficiant, pour ce sale boulot, de la complaisance, voire de la collaboration directe, de certaines factions d'Ennahdha, utilisant ces milices salafistes ainsi que les "Ligues de Protection de la révolution" comme troupes auxiliaires de leur contre-révolution rampante.

Les affrontements perpétrés par des milices armées d'Ennahda contre le syndicat UGTT à Tunis en décembre dernier ont abouti à la création d'une commission d'enquête. Mais comme celle qui avait été mise en place suite à la répression policière sauvage de la manifestation du 9 avril dernier a Tunis, cette commission n'a rien fait pour traduire les auteurs de ces actes en justice; elle a au contraire été essentiellement utilisée pour couvrir leurs abus.

Les décisions politiques concernant le sort de millions de personnes sont quant à elles canalisées dans les hautes sphères du pouvoir entre Carthage, La Kasbah, Le Bardot et Montplaisir, à l'abri des regards et du contrôle de tous ceux et toutes celles qui ont fait la révolution, autrement dit, de tous ceux et toutes celles qui ont contribué, par leurs sacrifices et leur lutte héroïque, à mettre cette clique assassine et corrompue la ou elle est.

En bref, tous les objectifs essentiels de la révolution restent non seulement sans réponse, mais sont mis en péril par les aspirants à l'imposition, de fait, d'une nouvelle dictature.

Mais celle-ci est aussi d'ordre économique. Ennahdha, tout comme Nida Tounes (un repère de vieux destouriens et de partisans de l'ancien régime), défendent tous deux les impératifs de la classe patronale, des multinationales occidentales implantées en Tunisie, et des institutions créancières internationales, lesquelles poussent a réintroduire les "normes" économiques d'autrefois, celles qui ont permis à une clique de parasites de s'enrichir en saignant à blanc les travailleurs et le peuple tunisiens.

Ces institutions capitalistes ne chôment d'ailleurs pas: pendant que toute l'attention des médias est portée vers les magouilles en cours dans la classe politique, le FMI poursuit ses "négociations" avec les autorités tunisiennes afin d'octroyer un "prêt" d'une valeur de 1,78 milliard de dollars qui, comme tous les prêts du FMI, sera conditionné à de nouvelles mesures drastiques d'appauvrissement de la population: réduction des salaires et licenciements dans la fonction publique, nouvelles privatisations, diminution des subventions sur les produits de base,...

 

La Nahdha a échoué.. Qu'elle dégage!

Il n'y a pas de meilleur exemple du discrédit du parti au pouvoir et de l'érosion de sa base sociale que les deux manifestations que ce parti a organisé récemment dans le but, précisément, de prouver le contraire. La dernière en date, organisée une semaine après la grève générale, était sensée être une de leur plus grande démonstration de force, certains dirigeants d'Ennahda prédisant même "une marche d'un million". Le parti avait mobilisé pour ce faire tous ses réseaux de soutien, amenant des bus de supporters des quatre coins du pays, pour en faire un succès. Des biscuits au chocolat furent même distribués aux gens présents pour rendre l'événement plus attractif. Pourtant, pas plus de 15.000 personnes se montrèrent pour l'occasion!

Ce genre d'exemples constitue une gifle au visage de tous les commentateurs cyniques qui avait prévu, lors des élections d'octobre 2011, un "triomphe islamiste" clôturant le chapitre des espoirs révolutionnaires, et plongeant le pays dans un hiver long et sombre de réaction fondamentaliste. Si le danger de la réaction islamiste est loin d'être hors du jeu, il est clair que les mobilisations de rue survenues immédiatement après la mort de Chokri Belaïd ont démontré d'une manière limpide de quel côté pèse encore le rapport de forces pour le moment. La révolution n'est pas finie: partout, la tâche du moment doit être de se préparer pour le 'deuxième round'!

 

Les tâches de la gauche, le rôle du Front Populaire et de l'UGTT

La classe ouvrière et la jeunesse tunisienne disposent encore de réserves de force insoupçonnées, qui ont plus d'une fois surpris même certains des commentateurs les plus avertis. Cet état de fait, cependant, ne doit pas être considéré comme définitivement acquis. L'aptitude de la gauche à saisir les opportunités ouvertes sera soumise à rude épreuve dans les semaines et mois à venir. Si l'énergie des masses n'est pas canalisée dans un programme clair d'action révolutionnaire, celle-ci pourrait se dissiper ou se perdre dans des explosions de colère localisées et désordonnées, le vent pourrait tourner rapidement, et un climat potentiellement favorable pourrait être perdu pour toute une période historique. La tergiversation ou la passivité dans cette situation risque de jouer le jeu de l'ennemi, lui donnant de nouveaux répits pour rassembler ses forces et contre-attaquer.

En particulier, les couches de la population pauvre les plus opprimées et désespérées, si elles ne voient aucun espoir sérieux et radical provenant du mouvement syndical et de la gauche organisée, pourrait devenir la proie de démagogues réactionnaires du type salafiste ou autres. Le meurtre de Chokri Belaïd doit en ce sens servir d'avertissement sur le fait que ces groupes ne reculeront devant aucune méthode pour briser le cou de la révolution. La descente du pays dans une spirale de violence, avec des éléments de guerre civile larvée, pourrait prendre le dessus si la lutte révolutionnaire pour transformer la société n'est pas menée jusqu'à sa fin, et si les tentatives des fondamentalistes pour perpétrer leurs crimes contre la gauche et contre les «mécréants» n'est pas contrecarrée par une lutte de masse et unifiée des travailleurs, de la jeunesse et des pauvres.

L'immense force du mouvement syndical tunisien, qui n'a d'équivalent dans aucun pays de la région, doit être utilisée à plein pour imposer sa marque sur la situation. Pour cela, une trajectoire radicalement différente de celle offerte jusqu'a présent par la direction nationale de l'UGTT est urgemment nécessaire. Une chose doit être absolument claire: chercher à éviter une confrontation pourtant inéluctable avec le pouvoir en place courre seulement le risque de l'avoir quand même, mais dans des conditions bien plus défavorables pour le camp de la révolution.

L'absence de plan d'action offert par l'UGTT pour poursuivre et renforcer les mobilisations a la suite du succès indéniable de la grève générale du 8 février est, dans ce sens, le genre d'épisode à ne pas reproduire. De plus, comme lors de la grève générale avortée de décembre dernier, la limitation des mots d'ordre au "refus de la violence" et à la dissolution des "milices parallèles" est bien en-dessous des enjeux du moment: en effet, c'est bien du futur de la révolution pour l'emploi, la liberté et la dignité dont il est question.

De surcroit, la dissolution effective de ces milices ne proviendra pas de mesures administratives prises par en-haut (le pouvoir ne sciera pas la branche sur laquelle il est assise), mais bien d'une mobilisation de tous les instants, couplée a l'organisation et a la coordination de groupes d'auto-défense composés de syndicalistes, de jeunes révolutionnaires et de tout ce que la révolution compte de forces vives, afin de faire face efficacement a la violence croissante de la réaction.

Beaucoup de travailleurs et de jeunes ont leurs yeux tournés vers la coalition de gauche du Front Populaire. Cependant, depuis la grève du 8 février, la direction du Front n'a fourni aucun véritable mot d'ordre mobilisateur. Ses appels répétés à des formules gouvernementales et institutionnelles peu lisibles aux yeux des travailleurs et des jeunes ("gouvernement de compétences nationales", "Congrès national de dialogue", etc.) ne fournissent pas d'outil clair sur la marche à suivre et laissent les masses dans l'expectative. Un encouragement, par exemple, à une nouvelle grève générale aurait permis de rebondir sur celle du 8, et de construire la confiance parmi les larges masses que le Front Populaire est préparé a mener la bataille jusqu'au bout: jusqu'a la confrontation avec ce régime pourri, et avec le système économique tout aussi pourri qui le sous-tend.

Un immense fossé sépare la majorité des Tunisiens de l'establishment politique actuel. Si le Front Populaire ne formule pas urgemment de propositions d'action visant à organiser et construire le mouvement des masses dans cette nouvelle étape cruciale de la révolution, il risque d'en payer les frais, lui aussi.

 

Pour une nouvelle révolution! Pour la construction d'une lutte de masse afin d'imposer un gouvernement révolutionnaire des travailleurs, de la jeunesse et des pauvres!

Probablement jamais depuis la chute de Ben Ali la crise du pouvoir n'a été aussi clairement exposée aux yeux de tous qu'aujourd'hui. Mais le fait que la seule manifestation d'ampleur qui ait pris place contre le régime en place depuis la démission de Jebali ait été prise a l'initiative d'activistes indépendants sur les réseaux sociaux, atteste a la fois d'un certain vide en termes d'initiatives prises par la gauche, mais aussi de la détermination et de la disposition d'une couche importante du peuple tunisien, de sa jeunesse active en particulier, de ne pas lâcher la rue.

La plupart des organisations de la gauche tunisienne, à l'exception notable de la Ligue de la Gauche Ouvrière, défendent de fait une position 'gradualiste' de la révolution, considérant que la Tunisie doit d'abord devenir un pays capitaliste 'développé' et 'démocratique', libre de toute ingérence impérialiste, avant d'envisager, plus tard, une lutte pour le socialisme et pour le pouvoir des travailleurs. Cependant, une telle perspective gradualiste entre en conflit avec la réalité vivante, dans laquelle les questions démocratiques et économiques sont organiquement liées.

L'expérience des deux dernières années a clairement démontré que le développement social et la démocratie véritable ne viendront pas tant que le capital règne sur l'économie. La perpétuation d'un système axé sur le profit individuel et l'exploitation des travailleurs va main dans la main avec la nécessité de «domestiquer» les travailleurs et la population, et s'accompagne nécessairement d'un mouvement irrésistible vers la restauration d'une dictature économique et politique, sous une forme ou l'autre.

En Tunisie comme partout à travers le monde, le capitalisme est synonyme de pauvreté de masse, de crise économique et d'austérité généralisée. En Tunisie, cela va de pair avec une offensive majeure pour faire reculer la roue de l'histoire sur les questions sociétales et culturelles, utilisées comme un instrument de détournement et de domination. Les droits, les libertés et les loisirs des femmes, des jeunes, des artistes, des journalistes, des intellectuels et du mouvement ouvrier en tant que tel sont dans la ligne de mire des réactionnaires au pouvoir, de leur flicaille et de leurs milices.

Dans une telle situation, la seule voie possible pour arracher des mesures durables et substantielles afin d'alléger la souffrance des masses, ne peut être que de transformer les luttes défensives actuelles en une vaste offensive révolutionnaire vigoureuse afin de retirer le pouvoir économique et politique d'entre les mains de l'élite dirigeante et des forces capitalistes qui la soutiennent. Ceci afin de réorganiser la société en fonction des intérêts de la masse des Tunisiens, sur les bases d'un plan économique géré démocratiquement par les travailleurs et la population. Cette lutte doit être liée avec les luttes montantes du mouvement ouvrier international, dans l'objectif de renverser le capitalisme et d'établir une société libre, démocratique et socialiste, fondée sur la coopération, la solidarité et l'utilisation rationnelle des immenses ressources et techniques de la planète pour le bien de tous.

C'est pourquoi les sympathisants du CIO en Tunisie, actifs dans la Ligue de la Gauche Ouvrière (elle même composante du Front Populaire), militent en vue des revendications suivantes:

 

  • A bas le régime actuel et ses milices!
  • Ennahdha dégage! Pour la désobéissance civile jusqu'a la chute du régime nahdhaoui et de ses alliés! Pour l'organisation rapide d'une nouvelle grève générale de 24H, a renouveler jusqu'au balaiement de la clique au pouvoir!
  • Pour la convocation d'assemblées dans les quartiers, dans les universités, les écoles et les lieux de travail, afin de préparer la résistance collective contre le régime en place!
  • Pour la formation de comités de défense par les travailleurs, les jeunes et les masses pauvres, afin de protéger toutes les mobilisations contre les agressions et les attaques de la contre-révolution!
  • Stop a l'état d'urgence et a la répression! Pour la défense résolue du droit de manifestation et de rassemblement, et de toutes les libertés démocratiques!
  • A bas la vie chère! Pour une augmentation immédiate des salaires! Pour la formation de collectifs populaires de contrôle des prix pour lutter contre la spéculation!
  • Un emploi décent pour tous! Pour le partage collectif du temps de travail. Pour des indemnités permettant de vivre décemment pour tous les chômeurs du pays. Pour un plan ambitieux d'investissement public dans les régions pauvres!
  • Non aux plans antisociaux du FMI! Non au paiement de la dette de Ben Ali! -Non aux privatisations! Pour la réquisition sous contrôle des travailleurs de toutes les entreprises qui licencient!
  • Pour la nationalisation et la gestion, par les travailleurs, des secteurs-clés de l'économie: banques, compagnies d'assurance, entreprises industrielles, mines, transports, grande distribution,...
  • Pour un gouvernement révolutionnaire des travailleurs et de la jeunesse, appuyée par l'UGTT, l'UDC et le Front Populaire, sur la base d'un programme socialiste.
Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 20:44
Tunisie : La grève générale fait trembler le pays et précipite la crise politique au sommet de l’Etat

Le fouet de la contre-révolution provoque une nouvelle étape dans la lutte de masse

 

Article suivi d’une interview de Dali Malik, sympathisant du CIO en Tunisie
Image
     Comme l'interview ci-dessous l’indique, l’assassinat du dirigeant de gauche Chokri Belaïd représente un « point tournant» dans le processus de révolution et de contre-révolution qui se déroule en Tunisie depuis plus de deux ans maintenant. Cet épisode a ouvert un nouveau chapitre de confrontations dans la bataille en cours entre la masse des travailleurs tunisiens, des pauvres et des jeunes, et le gouvernement largement discrédité dirigé par Ennahdha. Il a aussi précipité la crise politique au sommet de l’appareil de l’Etat.
     De nombreux commentateurs décrivent les événements récents comme un « sursaut laïque contre les islamistes ». Si les tentatives faites par Ennahdha et par d’autres groupes islamistes, en particulier les gangs salafistes, de faire reculer les traditions séculaires de longue date en vigueur dans le pays ont joué un rôle dans l'alimentation de la colère générale, une telle vision simpliste n’explique que très peu la situation. En effet, comme en Egypte, les questions sociales sont au cœur de la bataille en cours. Le chômage de masse, la flambée généralisée des prix, la misère sociale et la marginalisation des régions constituent l'arrière-plan de la colère politique de masse dirigée contre les dirigeants actuels, dont les politiques économiques néolibérales ont suivi exactement le même chemin désastreux pour la majorité de la population que celles de la clique mafieuse qui a été balayée du pouvoir il y a deux ans.
    
Dernière mise à jour : ( 14-02-2013 )

Lire la suite...

 

 

 

 

 

Depuis mercredi dernier, le parti au pouvoir est dans la ligne de mire de manifestants en colère dans tout le pays, réclamant la chute du régime et une nouvelle révolution. Pendant des jours, des affrontements entre manifestants et forces de police ont eu lieu dans de nombreux endroits, en particulier dans les régions militantes de l'intérieur du pays comme Gafsa ou Sidi Bouzid. La grève générale de vendredi, la première dans le pays depuis 1978, a complètement paralysé l'économie du pays et a été combinée avec une mobilisation historique dans les rues de la capitale pour la commémoration de la mort de Belaïd. Le slogan «Chokri, repose-toi, nous continuerons ton combat! » exprimait un sentiment largement partagé: il s’agissait en effet d’un cortège funèbre très politique, l’ambiance dans les rues était celle d’une opposition et d’un mépris de masse à l’égard du régime. Des centaines de Tunisiens ont protesté à nouveau lundi devant l'Assemblée Nationale, demandant la démission du gouvernement.
Des pourparlers sont maintenant engagés depuis plusieurs jours dans les coulisses du pouvoir pour tenter de former un gouvernement de soi-disant «unité nationale». Comme c’est arrivé un certain nombre de fois depuis la chute de Ben Ali, la classe dirigeante, craignant la vague révolutionnaire, est à la recherche de la mise en place d’un gouvernement qui puisse assurer la «continuité» de l’Etat, ou plutôt de «leur» Etat: un Etat qui puisse maintenir les masses laborieuses en échec, réprimer leurs actions et revendications, et bloquer leurs prétentions à prendre les choses entre leurs mains.
La gauche et la centrale syndicale, l’UGTT, ne doivent pas mettre les pieds dans ces manœuvres! Comme Dali l’explique, la coalition de gauche du Front populaire doit « refuser tout accord avec des forces hostiles aux travailleurs et aux camps de la révolution ». Le Front Populaire argumente à présent en faveur d'un « Congrès National de Dialogue» et appelle à un gouvernement d’«urgence», ou de «crise». Tant le Parti des Travailleurs que le Parti des Patriotes Démocrates Unifié (l’organisation de Belaïd) se positionnent en faveur d’un gouvernement de «compétences nationales», toutes des formulations très vagues au demeurant, ouvrant la porte à d'éventuels arrangements gouvernementaux entre une partie de la direction du mouvement ouvrier et de la gauche, avec des éléments pro-capitalistes. L’idée de construire « l’unité nationale » présente à nos yeux le problème fondamental de ne pas clairement tracer la ligne de démarcation entre les amis et les ennemis de la révolution.
Le CIO pense pour sa part qu’il n’y a qu’une seule unité possible: l’unité de la classe ouvrière, de la jeunesse et des pauvres pour poursuivre leur révolution, et ce jusqu’à la mise en place, à travers la lutte de masse, d’un gouvernement qui leur appartient, par la construction d’instruments ad hoc: comités de grève, comités de quartier, etc.
Pour faire valoir ses arguments vers de larges couches de la population, le Front Populaire pourrait affirmer qu’il ne rentrerait dans un gouvernement que sur la base d’un certain nombre de conditions, qui inclurait : le retour de toutes les entreprises privatisées dans l’orbite du public, l'annulation totale de la dette, le lancement d’un plan d’investissements publics dans les infrastructures via la création massive d’emplois socialement utiles, l’imposition d’un monopole de l’État sur le commerce extérieur, et la prise en charge des secteurs stratégiques de l'économie entre les mains des travailleurs, au travers de représentants démocratiquement élus par eux. En pratique, un tel programme ne pourrait être mis en œuvre qu’indépendamment de tous les partis qui défendent la logique du capitalisme, et qui sont seulement intéressés à négocier des postes ministériels dans un futur gouvernement composé de représentants et défenseurs des grosses entreprises.
En outre, d’importantes unités de l’armée ont été déployées ces derniers jours dans la capitale ainsi que dans d’autres villes. L'état d'urgence est toujours en cours, et l'ancien appareil policier continue son sale boulot de répression et d’abus et de violence contre les manifestants. Les masses ne doivent pas laisser les forces de l’État contrôler les rues, mais doivent les réclamer, en conjonction avec la construction d’organes de défense révolutionnaires, composés de militants ouvriers, de syndicalistes, de jeunes etc, pour empêcher la violence de la réaction de riposter. Des appels en direction des soldats du rang devraient être encouragés dans ce but, afin de diviser l'Etat selon des lignes de classe, et construire un puissant contrepoids face à la menace de possibles complots provenant des classes supérieures.
Le Front populaire devrait mettre en avant un plan d’action clair, visant à renforcer la révolution et à la défendre contre les tentatives de la repousser en arrière, que ce soit par l’armée, par la police ou par des milices réactionnaires. Par exemple, il pourrait appeler à des assemblées de masse dans les lieux de travail et les localités, dans les universités et les institutions publiques, dans les écoles et dans les quartiers, etc, pour que les masses puissent discuter et déterminer, de la manière la plus démocratique et collective possible, quelles devraient être les prochaines étapes de leur lutte, et comment s’organiser partout contre la contre-révolution. Une nouvelle grève générale, après le succès de celle de vendredi, pourrait peut-être servir à réaffirmer la force de la révolution et de la classe ouvrière organisé, et contribuer à en finir avec la clique dirigeante actuelle, dont la légitimité, aux yeux de la majorité, a disparu depuis longtemps.
Dans certaines régions, les récents incidents ont encouragé les masses à renouveler instinctivement avec des formes antérieures d’auto-organisation: des comités de quartiers ont rejailli dans certains quartiers populaires de Tunis, au Kef et en quelques autres endroits. Ces exemples doivent être utilisés pour être élargis ailleurs, jusques et y compris sur les lieux de travail et dans les usines, pour servir de tremplin vers l’institution du contrôle et de la gestion, par les travailleurs eux-mêmes, des leviers économiques de la société.
L’appel à un « Congrès national » prendrait tout son sens s’il s’adresse aux masses révolutionnaires elles-mêmes. Cette proposition devrait être liée à la nécessité de construire et de coordonner des comités de lutte au niveau local, régional et national, élisant leurs représentants, révocables, issus directement des forces vives de la révolution, des couches combatives de l'UGTT, du mouvement ouvrier et de la jeunesse. De tels comités prépareraient ainsi la classe ouvrière et les pauvres à l’exercice du pouvoir et à la reconstruction de la société, sur la base d’un plan socialiste de production organisé de manière démocratique par la population. Une telle démarche audacieuse, vers l'établissement d’une Tunisie socialiste et démocratique, aurait un impact électrifiant et inspirant pour les travailleurs et les jeunes, dans la région et dans le monde entier. Elle établirait rapidement le lien avec le mouvement ouvrier révolutionnaire égyptien et d'autres, afin d'engager les premiers pas vers la construction d'une fédération socialiste libre des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.
" Peux-tu expliquer rapidement quelles sont le contexte et l’implication de l’assassinat de Chokri Belaïd?
- La mort de Chokri Belaïd représente un événement majeur et un point tournant dans le processus révolutionnaire tunisien. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’une immense colère s’accumulait déjà depuis des mois contre le gouvernement en place. La mort de Belaïd a pris place dans un contexte où l’establishment politique, le gouvernement et l’Assemblée Nationale Constituante nageaient déjà dans une crise sans précédent. Cette situation reflète l’incapacité des classes dominantes à faire tenir une formule ministérielle capable d’imposer leurs plans contre-révolutionnaires tout en ayant suffisamment d’assise populaire pour le faire. C’est une équation impossible.
Cela fait sept mois maintenant qu’on nous parle d’un remaniement ministériel mais ils n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord, en premier lieu du fait de la colère sociale gigantesque qui s’exprime aux quatre coins du pays. La haine anti-gouvernementale avait déjà atteint un très haut niveau d’intensité avant que l’assassinat de Chokri Belaïd n’ait lieu. Cet assassinat a donc mis le feu aux poudres. Belaïd n’était pas « le » dirigeant révolutionnaire le plus en vue, mais c’était un militant avec une certaine stature, qui s’est fait connaitre surtout suite à la révolution.
Des mobilisations massives ont explosé très vite partout suite à l’annonce de sa mort, certaines avec un caractère insurrectionnel. 72 locaux d’Ennahdha ont été incendiés dans les derniers jours ! Des manifs de grande dimension ont pris place dans la demi-heure qui a suivi la mort de Belaïd ; des sit-in, des grèves, des clashs avec les flics, etc font partie intégrante du paysage, à un niveau encore plus élevé que d’habitude, depuis mercredi. Et le jour de l’enterrement, une avalanche humaine a déferlé sur la capitale, ainsi que des manifestations de masse dans toute une série de villes. Certains chiffres évoquent plus d’un million de personnes dans les rues de Tunis vendredi ; il est impossible de décrire avec des mots l’ambiance qui y régnait. Les slogans repris dans la manif appelaient à la chute du régime, à une nouvelle révolution, accusaient Rached Ghannouchi (le chef d’Ennahdha) d’être un assassin, etc.
- Quel a été l’impact de la grève générale de vendredi ?
- La grève générale a été extrêmement bien suivie. L’adhésion était massive et totale. Même des entreprises où il n’y a pas de représentation syndicale, des institutions qui ne font jamais grève, ont débrayé. Cela est aussi vrai pour de nombreux cafés, des petits techniciens, des petits commerçants supposés pro-Ennahdha, qui ont fait grève également. Tout le pays était paralysé, comme cela ne s’est probablement jamais produit dans l’histoire de la Tunisie. Cette grève et la mobilisation qui l’a accompagnée a donné un nouveau coup de ‘boost’ à la révolution et à la confiance des masses. Elle a aussi touché de plein fouet le gouvernement, qui tremble maintenant littéralement sur ses bases.
Le premier ministre Jebali est à présent engagé dans des pourparlers incessants pour essayer de sauver la face du pouvoir. Il tente de recomposer un appareil gouvernemental qui peut « tenir la face ». Mais la colère contre Ennahdha a atteint un paroxysme, au point que ce parti est au bord de l’implosion. L’aile radicale du parti a tente de mobilisé ses troupes samedi, mais ce fut un flop : même en payant des gens, ils n’ont pas réussi à faire descendre plus de 3000 personnes dans le centre de Tunis !
La crise institutionnelle est profonde. Toute l’opposition a gelé sa présence à l’Assemblée Constituante, et le régime est vraiment déstabilisé. Aussi, des frictions se sont fait jour avec les puissances impérialistes sur la marche à suivre. Du point de vue des classes dirigeantes, il n’y a donc pas de solution évidente. Il y a quinze jours encore, des discussions étaient en cours avec les institutions financières internationales pour engager un programme de « réformes structurelles » (un euphémisme pour des plans d’attaques néolibérales, telles que la baisse de certaines subventions à des produits de base, de nouvelles privatisations, des baisses de salaires, etc) mais la mort de Belaïd a tout court-circuité. L’aile pragmatique d’Ennahdha autour de Jebali ainsi que les impérialistes semblent privilégier l’option d’un gouvernement de « technocrates » ; mais même une telle formule est pour eux difficile à mettre en place, et même si elle l’est, il n’est pas sûr qu’elle puisse tenir le coup. Dans ces conditions, nous devons être sur nos gardes, car même l’option d’un coup d’état ne peut plus être écartée, bien qu’il ne s’agisse pas de la perspective la plus immédiatement plausible.
- Qu’en est-il de la coalition de gauche du Front Populaire ?
 - Le Front Populaire a une forte implication dans les luttes et les mouvements sociaux depuis sa fondation. Il joue un rôle central dans les mobilisations, et ses militants sont une force agissante dans presque toutes les mobilisations. Par exemple, le Front a joué un rôle décisif dans la grève régionale de Siliana en décembre dernier, ainsi que dans la plus récente grève régionale au Kef. Dans ce sens, le Front est vue largement comme la force politique du coté des luttes révolutionnaires, et sa base est essentiellement composée de jeunes révolutionnaires, de syndicalistes, de chômeurs…
Chokri Belaïd était un des porte-parole du Front Populaire; à travers lui, c’est donc aussi le travail du Front et de ses militants qui est visé.
Cependant, le Front a aussi d’importants déficits et limites quant à la lecture de la situation actuelle, ses propositions concrètes, son fonctionnement interne aussi. Bien qu’il a une importante base militante sur le terrain, ces mêmes militants n’ont que peu de poids sur les prises de position de ses dirigeants, et sur les décisions qui y sont prises, qui sont peu inclusives.
Surtout, le Front demeure dans le flou en ce qui concerne la question la plus importante de la révolution, et qui en conditionne beaucoup d’autres : celle de qui détient le pouvoir. Le Front n’est pas homogène, et à l’intérieur, certaines de ses composantes sont toujours fortement influencées par la stratégie d’une révolution « par étapes », qui consiste à dire qu’il faut d’abord consolider la démocratie et les libertés avant de s’en prendre au capitalisme. Cette logique les amène à penser la démocratie dans un cadre qui ne remet pas en question les institutions existantes, ou à concevoir une prise de pouvoir uniquement par la voie du parlementarisme classique. Bien sûr, nous sommes en faveur de la plus grande démocratie possible et nous nous battons pour les libertés. Mais nous estimons qu’on ne peut pas détacher ces questions du contenu social de la révolution. Comme les marxistes le disent souvent, sous le capitalisme, la démocratie « s’arrête à la porte des usines ». Nous pensons qu’une vraie démocratie ne peut se réaliser que si les travailleurs ont la mainmise sur leurs instruments de travail et contrôlent directement ce qui est fait du fruit de leur labeur. Nous nous battons pour une vraie démocratie qui traverse toute la société, impliquant l’exercice du pouvoir par les masses elles-mêmes à tous les niveaux : dans les entreprises, dans les quartiers, dans les écoles,…Nous luttons à l’intérieur du Front pour renforcer ces points, pour que le Front formule un programme sans ambigüité sur le contenu d’une prise de pouvoir, et pour refuser tout accord gouvernemental avec des forces qui soient hostiles au camp de la révolution et des travailleurs.
Le Front Populaire parle aujourd’hui de la nécessité d’un « gouvernement de crise ». Mais tout dépend du contenu que l’on donne à une telle formulation. A nos yeux, une sortie de crise ne peut avoir lieu sans la perspective de renverser un système économique et social qui baigne jusqu’au coup dans la crise, et fait payer chaque jour aux masses travailleuses son fonctionnement anarchique. Cela implique selon nous l’annulation pure et simple de la dette, question qui est source de divergences au sein du Front : certains proposent juste de la « geler » pour quelques temps, et d’instaurer un audit afin d’en déterminer la part odieuse. Cette logique implique qu’une partie tout au moins de la dette serait somme toutes légitime, alors qu’elle est le résultat du pillage des biens publics par l’ancienne mafia au pouvoir, avec le concours des institutions capitalistes internationales. Nous sommes aussi en faveur de la nationalisation sous contrôle ouvrier de toutes les entreprises qui licencient, ainsi que celle des banques et des multinationales, dont l’activité est uniquement orientée en vue de sucer le sang des masses et d’enrichir une poignée de parasites.
Nous sommes prêts à travailler en commun avec d’autres forces à la réalisation de ces objectifs. Pour cela, nous sommes prêts à une certaine souplesse, mais il y a un point sur lequel nous ne dérogerons pas : celui qui fait le constat que la crise du capitalisme a atteint un point de retour, et qu’il faut une stratégie claire pour en sortir. Cela afin d’offrir un futur et de véritables opportunités à la majorité de la population, entre autres au million de chômeurs que compte ce pays. Si les travailleurs décidaient eux-mêmes des plans d’investissement, et réorganisaient l’économie selon une planification générale dépendant des besoins de chacun et de chacune, les moyens pourraient être développés pour procurer un emploi décent et qui plus est, socialement utile, à tout le monde. Aujourd’hui nous sommes minoritaires à mettre en avant un tel programme, mais la logique des événements implique qu’un jour ces propositions pourront être reprises par la majorité."
Dernière mise à jour : ( 14-02-2013 )
Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 18:55
Analyse du CIO sur la Tunisie. Article paru sur le site national de la Gauche révolutionnaire
Tunisie : L’assassinat du dirigeant de gauche Chokri Belaïd provoque des protestations de masse dans tout le pays

L’UGTT et l’opposition appellent à la grève générale

manifestation de masse en Tunisie, grève généraleLe CIO et ses partisans en Tunisie condamnent vigoureusement l'assassinat brutal du dirigeant de gauche Chokri Belaïd. ‘Chokri’ était le principal dirigeant du Parti des ‘Patriotes Démocrates’, disposant d’une forte influence au sein du syndicat l’UGTT, et un porte-parole et une figure de proue de la coalition de gauche du ‘Front Populaire’. Il était un adversaire de longue date à la dictature de Ben Ali, ainsi qu’un avocat ayant défendu de nombreuses victimes de la répression politique, sous l’ancien comme sous le nouveau régime, et fut emprisonné sous Bourguiba et sous Ben  Ali.

 

Cet acte n’est aucunement un incident isolé ; c’est de toute évidence un assassinat politique en règle, organisée par des professionnels, ciblant une figure emblématique de la gauche. Et cela dans un contexte de tensions et de violence politique grandissante, aussi bien de la part des forces de l’Etat que des groupes salafistes ainsi que des milices au service du parti Ennahda au pouvoir.

Dans des déclarations à la radio la veille de son assassinat, Chokri Belaïd avait signalé des menaces de mort qu'il avait reçues récemment en raison de son positionnement politique. Samedi, il avait même accusé des milices recrutées par le parti Ennahda d’avoir mené une attaque contre une réunion locale des Patriotes Démocrates au Kef, qui avait fait 11 blessés. Le gouvernement dirigé par Ennahda considérait Belaïd comme l’un des instigateurs des ‘troubles sociaux’ dans le pays. En tentant de le faire taire, c’est la révolution, c’est la résistance des travailleurs et de la jeunesse dans son ensemble qui est visée.

Le CIO n’a jamais caché ses divergences avec l’orientation politique de Chokri Belaïd et des Patriotes Démocrates. Nous voulons néanmoins exprimer notre pleine sympathie avec tous les militants de cette organisation, ainsi que de la gauche et du peuple révolutionnaire tunisien en général, et notre profond ressentiment contre cet assassinat de sang-froid, qui s’ajoute à la liste déjà trop longue des martyrs tunisiens qui ont perdu leur vie pour lutter contre l'injustice et l'oppression, et pour une société meilleure.

L’écrasante majorité du peuple tunisien rejette cet acte de violence barbare. Immédiatement après l’annonce de la mort de Belaïd, une grande vague de colère résonne déjà dans tout le pays. Peu après, des dizaines de milliers de personnes protestaient déjà à Tunis, au Kef, à Gafsa, Sousse, Sfax, Sidi Bouzid et d'autres villes encore, exigeant des comptes, demandant la chute du gouvernement actuel et une « nouvelle révolution ».

Des actes de violence, d'émeutes, ainsi que des incendies de bureaux d’Ennahda, ont également été signalés dans quelques endroits. Si nous comprenons la rage et la colère présente, nous pensons aussi que la façon la plus efficace de l’exprimer reste à travers le canal de la mobilisation de masse, organisée, en particulier le recours à la puissance de frappe des travailleurs et de leur puissante centrale syndicale l’UGTT.

Aussi, la mise sur pied d’organes de défense et de protection, démocratiquement organisées par la population dans les quartiers, pourrait permettre d’éviter les débordements et de faire face à la répression policière, ainsi qu’à la violence prévisible de certaines milices. Des services d’ordre pourraient s’établir en ce sens, travaillant en conjonction avec l’UGTT, l’UDC et d’autres organisations populaires.

Vers la grève générale ! A bas ce gouvernement pourri et discrédité !

La meilleure façon d'honorer la mort de Chokri Belaïd est de continuer la révolution, plus déterminés que jamais, pour mettre fin à l’oppression sous toutes ses formes. En définitive, seule la mobilisation de masse des travailleurs peut contrecarrer la spirale de violence actuelle, en imposant une solution au service du plus grand nombre.

Le fait que le premier ministre d’Ennahda, Hamadi Jebali, ait annoncé la constitution d'un gouvernement de supposés « technocrates apolitiques » ne doit duper personne: il s’agit bien d’une nouvelle manœuvre visant à empêcher les masses de déterminer le gouvernement qu’elles veulent, laissant cette latitude à des technocrates triés sur le volet pour leur servitude à l’égard du système actuel. Et le fait que cette proposition ait été rejetée par son propre parti indique que la crise politique au sommet de l’Etat a atteint son paroxysme. Il est temps d’en finir une fois pour toutes avec ce gouvernement branlant, qui n’a que la violence, le chômage et la misère à offrir !

Une grève générale a été appelée pour le vendredi 8 par l’UGTT, relayant l’appel fait la veille par plusieurs forces de l’opposition, dont le Front Populaire, le Parti Républicain, Al Massar et Nidaa Tounes, lesquels ont également annoncé la suspension de leur participation à l'Assemblée nationale constituante. La date vise à coïncider avec les funérailles de Belaïd le même jour.

Le fait que la question de la grève générale soit remise sur le tapis pour la deuxième fois en moins de deux mois, alors que la dernière remonte à 1978, est en soi l’expression de la crise organique que traverse le pays, et de la colère sociale immense qui couve depuis des mois et des mois. Mais deux remarques cruciales s’imposent toutefois à ce sujet.

La première, c’est que les militants de l’UGTT et les travailleurs en général ne peuvent s’appuyer exclusivement sur les hypothétiques et souvent bien tardifs mots d’ordre venus d’en haut pour déterminer ce qu’il faut faire pour construire la lutte dans les prochains jours. L’expérience du mois de décembre, lorsque la direction nationale de l’UGTT a arbitrairement décrété l’annulation de la grève générale la veille au soir de la date prévue, est encore dans toutes les mémoires.

D’ailleurs, à titre d’exemple, l'ordre national des avocats et le syndicat des magistrats ont d’ores et déjà publié un communiqué dans lequel ils indiquent qu'ils seront en grève pendant trois jours ; les enseignants de l'université de La Manouba sont déjà en grève, ainsi que le syndicat étudiant, l’UGET, qui a entamé une grève générale étudiante dès aujourd’hui jeudi. La section régionale de l’UGTT à Jendouba a quant à elle décidé d’appeler à une grève générale dans ce gouvernorat le lundi 11 février.

Sans plus attendre, des assemblées générales devraient être convoquées partout où c’est possible : sur les lieux de travail, mais aussi dans les écoles, sur les facs, dans les quartiers, etc, élisant des comités en leur sein pour prendre la lutte en main à tous les niveaux, afin que le mouvement se structure partout selon la volonté des masses engagées dans la lutte.

La discussion sur les initiatives à entreprendre et les suites à donner aux actions de grève doit être au maximum portée et contrôlée démocratiquement par la base, et ne pas être seulement le fait d’une poignée de dirigeants syndicaux concluant, à l’abri des regards, des accords sans contrôle populaire, comme cela s’est déjà trop souvent passé.

Si après la grève générale de vendredi, le gouvernement n’a toujours pas compris qu’il doit quitter la scène, un prolongement des actions de grève dans les jours suivants, couplée à des manifestations de masse, sera nécessaire jusqu’à obtenir satisfaction.

D’autre part, l’appui de partis comme Nidaa Tounes à la grève générale doit soulever, pour le moins, de sérieuses questions. Le camp d’Essebsi regorge d’individus qui ont du sang de militants de gauche sur les mains, et qui ont mouillé dans cette dictature contre laquelle Chokri Belaïd s’est pourtant battu pendant de nombreuses années.

Le mouvement ouvrier, l’UGTT et la gauche doivent à tout prix écarter la dichotomie d’un supposé combat du camp « laïc » contre le camp « islamiste », une thèse chère à des partis laïcs mais pro-capitalistes comme Nida Tounes, dont l’objectif n’est en rien de défendre les travailleurs et les couches populaires, mais bien au contraire de mieux servir les intérêts des grosses entreprises, des banquiers et des puissances impérialistes, bien que sous une coloration identitaire différente de celle qu’Ennahda essaie d’imposer aujourd’hui.

La sœur de Belaïd a d’ailleurs bien fait de souligner que Chokri était de ceux qui étaient « du côté des pauvres, des marginalisés, des opprimés… » contrastant ainsi avec ceux parmi l’establishment politique qui essaient maintenant d’exploiter cyniquement sa mort en réduisant le personnage à un « pourfendeur d’islamistes », rangeant ainsi sous le tapis le fait que Belaïd était aussi un militant de la gauche radicale.

Dans ce sens, les masses tunisiennes ne peuvent vouloir faire tomber le gouvernement actuel avec comme résultat que ceux qui ont été chassés par la porte il y a deux ans reviennent tranquillement par la fenêtre, en utilisant, de surcroît, le lit de la révolution et la force des travailleurs comme cheval de Troie. Et dans ce sens, nous disons : ni la peste, ni le choléra, ni Jebali ni Essebsi - mais oui à une lutte de masse soutenue, jusqu'à l’imposition d’un gouvernement révolutionnaire des travailleurs et de la jeunesse, appuyée par les organisations de gauche, syndicales et populaires !

Dans le contexte actuel, le Front Populaire et ses nombreux militants aux quatre coins du pays pourrait servir de colonne vertébrale pour une campagne de masse ayant comme vision stratégique la constitution d’un tel gouvernement, indépendant des capitalistes, de leurs partis politiques ou de leur technocrates prétendument « apolitiques », et engageant des mesures décisives pour mettre sous la gestion et le contrôle de la collectivité les secteurs-clés de l’économie tunisienne.

 

  •  

  • Pour la poursuite de la révolution jusqu'à la victoire ! Grève générale, jusqu'à la chute du gouvernement !
  • Non à un remodelage gouvernemental derrière le dos des masses ! Pour des élections véritablement démocratiques, et la formation d’un gouvernement composé de représentant(e)s de ceux et celles qui ont vraiment fait la révolution !
  • Pour un gouvernement révolutionnaire des travailleurs et de la jeunesse ! A bas les exploiteurs capitalistes et les politiciens à leur service !
  • Capitalisme dégage ! Pour une économie socialiste, au service des besoins sociaux, démocratiquement gérée par la population !
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 22:14
Sahel : Non à la guerre au Mali ! L'intervention impérialiste va approfondir la crise et l'instabilité

La crise des otages de quatre jours qui a eu lieu dans le complexe gazier d'In Amenas dans le Sud-Est de l'Algérie ainsi que son issue sanglante a constitué un véritable choc au niveau international. Ce raid et la riposte de l'armée algérienne ont tué au moins un travailleur algérien, 37 otages et 29 preneurs d'otages. Ces derniers étaient membres de la brigade Al Multhameen, la ''Brigade des Masqués'', qui a annoncé de nouvelles attaques contre des intérêts étrangers à moins que ne cesse l'offensive militaire étrangère au Mali. Dans la foulée, le Premier ministre britannique, David Cameron, a averti que la lutte contre le terrorisme en Afrique du Nord pourrait continuer "des décennies".

 

 

Nombreux sont ceux qui sont légitimement repoussés par les actions des groupes djihadistes réactionnaires tels que celui qui a effectué cette opération en Algérie. Cela s'est ajouté aux nombreux rapports faisant état des horribles méthodes qui prévalent sous le joug imposé par les combattants islamistes dans le Nord du Mali (exécutions sommaires, torture, amputations, lapidations, interdiction de la musique, destruction de lieux saints,...). Cette barbarie constitue la principale réserve de munitions idéologiques aux défenseurs de l'intervention militaire de l'armée française dans cette région, qui semble actuellement avoir un important taux de soutien dans l'opinion publique. Les derniers sondages indiquent que le soutien pour "l'Opération Serval" au sein de la population française est actuellement de plus de 60%. Néanmoins, les récents développements en Algérie indiquent que cette offensive militaire terrestre, contrairement aux arguments officiels, est susceptible de générer davantage de crise et de violence dans la région.

Pour le moment, la plupart des rapports des médias indiquent que les Maliens, dans leur grande majorité et en particulier dans le Sud, accueillent favorablement l'intervention française. Avec la propagande qui accompagne inévitablement ces épisodes de guerre, à ce stade, beaucoup de maliens pourraient véritablement penser et espérer que l'intervention du gouvernement français pourrait les protéger contre certains des groupes armés qui terrorisent la population du Nord.

L'état d'esprit de la population dans les différentes régions du pays est toutefois difficile à estimer de façon indépendante, surtout dans le Nord, puisque tant le ''gouvernement de transition'' malien (qui est essentiellement la façade politique d'un régime militaire) que les militaires français interdisent l'accès aux zones de combat aux journalistes. Dans ces zones, les soldats ont reçu l'ordre de ne pas laisser passer les journalistes, certains ont même vu leur matériel être saisi par les autorités.

Le fait que tant d'efforts soient effectués afin d'éviter toute libre information est en soi une raison suffisante pour faire naître de sérieux soupçons quant au véritable agenda des dirigeants maliens et de l'impérialisme français. Cela pourrait-il être lié d'une façon ou d'une autre avec l'accumulation de rapports qui parlent d'atrocités commises par l'armée malienne ? Quelques jours seulement après le début des opérations militaires, la Fédération internationale des droits de l'homme, Human Rights Watch et Amnesty International dénonçaient déjà des cas d'exécutions sommaires du fait de l'armée malienne et des milices pro-gouvernementales.

 

Représailles ethniques et violations des droits de l'homme par l'armée malienne

Lors de la reprise de villes précédemment perdues par l'armée malienne, soutenue par les forces françaises et de la CEDEAO (la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest), les punitions collectives contre la population locale et les règlements de comptes sanglant avec les minorités touareg et arabe, en particulier, on connu une escalade.

Dans les villes de Sévaré et de Niono, au centre du Mali, les preuves de massacres, de ''chasse à l'homme'', de cadavres jetés dans les puits par l'armée, de soldats empêchant les témoins de quitter la ville et d'autres graves violations se sont amassées depuis quelques jours. Deux jeunes habitants interrogés par un journaliste français ont expliqué que "Etre arabe, touareg ou habillé de façon traditionnelle pour quelqu'un qui n'est pas de Sévaré suffit à vous faire disparaître. Le port de la barbe est un suicide."

 

Le Modèle malien

Ces exemples dévoilent le côté sombre d'une guerre engagée sous la bannière des ''droits de l'Homme'' et de la ''démocratie''. Tout cela porte un sérieux coup à la version d'une guerre du ''bien contre le mal'' telle que décrite par les politiciens capitalistes occidentaux. Un rapport d'Amnesty International a par exemple mis en lumière, avant même que l'offensive militaire n'ait commencé, que le recours à des enfants-soldats n'est pas la pratique exclusive des combattants djihadistes. Des officiers maliens et des milices pro-gouvernementales font de même.

La réalité est que l'exemple malien de ''démocratie'' et de ''stabilité'' tant vanté n'a jamais existé. Le régime d'Amadou Toumani Touré ("ATT") était corrompu, clientéliste et autoritaire. Beaucoup de ses propres hauts fonctionnaires ont directement été impliqués dans le trafic de stupéfiants et ont trempé dans des trafics et des enlèvements de toutes sortes, avec l'aide de certains de ces gangsters du Nord et du Sahara actuellement désignés comme étant des ''terroristes'' et contre qui se mène la guerre actuelle.

La vérité qui dérange, c'est que les activités d'AQMI (Al Quaïda dans la Maghreb Islamique) et d'autres groupes armés a été tolérée des années durant par le régime de Bamako. Ces groupes ont été un élément essentiel dans les circuits criminels qui ont contribué à l'enrichissement personnel et à la corruption de hauts fonctionnaires du gouvernement et de l'armée (d'après le Bureau de lutte contre la drogue des Nations Unies, 60% de la cocaïne présente en Europe aurait transité par le Mali). Ces groupes avaient également l'avantage de pouvoir être utilisés comme un contrepoids à l'influence et aux exigences des Touaregs.

Dans l'armée, les généraux siègent dans des bureaux richement décorées tandis que les soldats ont parfois envoyés au champ de bataille sans matériel appropriés, sans bottes par exemple. Le ressentiment et la colère des soldats du rang contre la corruption de la hiérarchie et contre le refus du régime d'ATT de mener une lutte sérieuse contre les groupes armés du Nord ont constitué un élément clé dans le processus qui a conduit au coup d'Etat militaire de mars 2012 réalisé par des officiers subalternes. Ce coup d'État, ironiquement, a été dirigé par un capitaine de formation américaine, Amadou Sanogo, et a entraîné la disparition du ''régime démocratique'' d'ATT.

Les puissances occidentales, dans un premier temps, ont craint que la nouvelle junte au pouvoir n'échappe à leur contrôle et l'ont donc rejeté. Ils ont même décidé, après le coup d'Etat, de suspendre l'aide au Mali, entraînant toute la société dans une pauvreté plus grande encore. Ils ont ensuite changé d'attitude en se rendant compte que Sanogo, qui avait tout d'abord adopté une rhétorique anti-élite et populiste afin de s'attirer du soutien, était hésitant et s'est finalement montré prêt à collaborer avec l'impérialisme.

 

Le Nord du Mali: un désastre social et humanitaire en cours

Les effets dévastateurs provoqués par les politiques néolibérales du régime d'ATT, soutenu par l'Occident, ont permis au capital français de dominer des pans importants de l'économie malienne, ont ruiné la vie de beaucoup de gens et ont considérablement augmenté le chômage de masse, la pauvreté, la précarité.

Le Mali est aujourd'hui l'un des pays les plus pauvres au monde, se classant 175e sur 187 pays en 2011 selon la grille de l'Indice de développement humain du Programme des Nations Unies. Ce pays a un taux de mortalité infantile et maternelle, de maladies et de malnutrition plus élevé que dans la plupart des pays d'Afrique sub-saharienne, et un taux d'analphabétisme de 75%.

La marginalisation sociale de longue date du Nord du pays ainsi que le manque d'investissements et d'infrastructures dans cette région ont créé un océan de misère extrême et un niveau très élevé de ressentiment et de désespoir.

En outre, tous les experts affirment que la sécheresse va s'approfondir dans le Sahel et que les pluies se tarissent en raison du réchauffement climatique. Il s'agit d'un désastre environnemental de grande ampleur pour tous les peuples de la région, car ils dépendent presque entièrement de l'élevage et de fermes.

La forte baisse de l'activité économique touristique suite à l'augmentation du niveau de violence a été un facteur aggravant, avec un impact désastreux sur certaines régions et villes complètement dépendantes du tourisme pour leur survie (comme Tombouctou).

Ce cocktail a créé une catastrophe sociale monumentale qui fut le terreau fertile du développement d'un territoire quasiment sans droit, fait d'une interaction complexe de mafias de trafiquants de drogue et de milices armées, aux côtés de combattants de type Al-Qaïda, de kidnappeurs et de bandits de toutes sortes.

 

Une guerre pour la domination et le profit

Une série de turbulences politiques ont été connues depuis l'épisode du coup d'État de Sanogo, qui a reflété la crise politique organique du pays et est l'acte de naissance de l'actuel gouvernement intérimaire. Formellement, la légitimité démocratique de ceux qui détiennent le pouvoir à Bamako est réduite à zéro. Cela n'empêche pourtant pas le gouvernement français d'exploiter le fait que ce régime militaire a ''demandé'' à la France d'intervenir. Il ne s'agit que de la propagande destinée à alimenter l'idée que l'intervention militaire a été décidée suite à la demande d'aide du ''peuple malien'' !

Mais combien de temps sommes-nous censés croire que cette guerre n'a rien à voir avec le fait que le Mali possède de l'or, de l'uranium, du bauxite, du fer, du manganèse, de l'étain et du cuivre ? Ou avec le fait que ce pays est voisin du Niger, la source de plus d'un tiers de l'uranium utilisé dans les centrales nucléaires françaises ?

La dure réalité est que cette escalade militaire dans le Sahel, sous la bannière de la ''guerre contre le terrorisme'', ne vise à rien d'autre qu'à servir les intérêts impérialistes de la France : garantir la poursuite du pillage des immenses ressources de la région aux avantages de ses multinationales et de ses institutions financières.

Les entreprises françaises ne sont pas les seules à avoir un appétit croissant pour cette région du monde. Les investissements directs chinois au Mali ont été multipliés par 300 de 1995 à 2008. Le Mali occupe effectivement avec la Zambie, l'Afrique du Sud et l'Egypte le sommet de la liste des pays africains où la Chine réalise ses plus gros investissements.

Un rapport conjoint de l'office allemand des Affaires étrangères et du ministère de la défense montre qu'un budget de plus de trois millions d'euros a été alloué aux activités allemandes au Mali depuis le début de l'année 2009. Une dépense supplémentaire de 3,3 millions d'euros est prévue pour les années 2013 à 2016. De toute évidence, cette guerre s'inscrit dans un contexte plus large de compétition entre les différents puissances afin d'étendre leur influence régionale et de garantir leur accès à des ressources et des marchés importants.

 

Vers un ''Sahelistan'' ?

Politiciens et commentateurs capitalistes ont prévenu du danger de l'instauration d'un ''Sahelistan'', un paradis pour les groupes terroristes de la région du Sahel.

Bien entendu, aucun militant marxiste ou progressiste ne peut éprouver de la sympathie pour les djihadiste d'Al-Qaïda et d'autres groupes de ce type, dont l'idéologie et les méthodes constituent un danger mortel pour le mouvement ouvrier et les masses pauvres en général. Un lieu où les couples d'adolescents risquent la mort par lapidation s'ils se tiennent la main en public est une perspective répulsive pour l'écrasante majorité des travailleurs et des jeunes.

Ces groupes prétendent appliquer la volonté de Dieu, mais ne sont pas exempts de contradictions. Ainsi, ces groupes ont des pratiques telles que l'amputation ou le fouettement de gens qui fument des cigarettes tout en étant eux-mêmes impliqués dans la contrebande de cigarettes et de drogue. Pour certains de ces groupes, l'idéologie religieuse n'est qu'une préoccupation de second ordre, et parfois tout simplement une couverture pour leurs activités mafieuses.

Ces groupes réactionnaires ne sont que des champignons naissant sur un organe pourri qui est incapable de fournir à la majorité de la population, et surtout aux jeunes, un moyen d'aller de l'avant et d'avoir une vie décente. La peur, le manque de moyens de survie, l'absence de ressources financières, le besoin de protection, ou tout simplement l'absence d'alternative intéressante pour lutter contre la corruption des élites locales et les envahisseurs étrangers sont autant de motivations pour rejoindre ces groupes. En l'absence d'un mouvement fort et indépendant de la classe ouvrière uni aux pauvres des villes et des campagnes qui se mobilise pour offrir une perspective et un programme de changement social et politique, ces groupes armés peuvent continuer à exister et à se développer.

Tout cela ne rend pas l'intervention militaire plus justifiable, de même que cela n'enlève en rien la responsabilité des puissances impérialistes bellicistes et de leurs marionnettes au pouvoir à Bamako face à cette situation.

Les premiers rapports des frappes aériennes françaises contre les villes de Gao et de Konna, la semaine dernière, faisaient état d'entre 60 et 100 personnes tuées dans ces deux villes, y compris les enfants déchiquetés par les bombes. Les responsables militaires français ont eux-mêmes averti que des dizaines de morts parmi les civils sont presque ''inévitables'', puisque les rebelles vivent parmi la population et utilisent une tactique de guérilla pour se cacher.

 

L'intervention militaire: une solution miracle?

Tout cela jette de sérieux doutes sur l'objectif d'une brève campagne militaire de "quelques semaines". Encore une fois, c'est une chose d'envahir un pays et d'engranger de premiers succès militaires, mais c'en est une autre de se retirer et de compter sur une armée faible, impopulaire, fragmentée et corrompue pour reprendre le contrôle d'un territoire immense sans s'en prendre à la moindre des causes de la situation sociale explosive qui prévaut. La comparaison avec le bourbier afghan vient légitimement à l'esprit: selon le dernier rapport du Pentagone sur les progrès des forces afghanes, une seule des 23 brigades de l'armée afghane est "capable de fonctionner sans aucune aide extérieure".

Peter Chilson, des Affaires étrangères américaines, a écrit : ''Le vaste désert du Nord du Mali est un endroit difficile à vivre, sans même parler de guerre. Pendant huit mois de l'année, la température y dépasse 120 degrés Fahrenheit en journée (48 degrés Celsius), dans un pays vaste et peu peuplé où il est facile de se cacher, surtout pour les forces djihadistes qui connaissent bien le terrain. Toute armée, qu'importe sa taille et son équipement, aura difficile à les chasser."

La France peut être incapable d'éviter un engagement à long terme avec ses propres forces militaires. Au fur et à mesure que le nombre de blessés civils augmentera et que l'occupation occidentale et ses abus réveilleront les amers souvenirs de la période coloniale, cette intervention pourra précisément fertiliser le sol pour les djihadistes et d'autres groupes réactionnaires et leur attirer de nouveaux candidats pour participer à la ''croisade contre le maître colonial".

A mesure que se poursuivra le conflit et que ses dramatiques conséquences seront exposées, l'atmosphère de relative acceptation cèdera place au doute, à la réticence et à l'hostilité. L'opposition va grandir et devenir plus audible. En France, les illusions envers la politique étrangère du gouvernement soi-disant ''socialiste'', qui serait fondamentalement différente de celle de Sarkozy, aura du mal à se maintenir. Toute l'idée défendue par François Hollande de la fin de la ''Françafrique'' sera de plus en plus considérée pour ce qu'elle est : une plaisanterie cynique.

Par ailleurs, ce qui s'est passé dans le Sud de l'Algérie n'est peut-être que le premier exemple d'une longue série d'effets boomerangs. En conséquence de cette intervention, plusieurs choses peuvent revenir à la face de l'impérialisme. Le chaos se répand et les problèmes de la région vont s'accumuler.

 

Socialisme ou barbarie

Un mouvement organisé sur une base de classe qui lierait la lutte contre la réaction fondamentaliste à un programme économique audacieux visant à exproprier les grandes entreprises et les grandes propriétés foncières ainsi qu'à résoudre les problèmes sociaux et la corruption pourrait rapidement obtenir un large soutien parmi la population malienne.

Un tel mouvement pour l'égalité sociale devrait respecter les revendications et les droits de toutes les minorités ethniques et culturelles de la région afin de gagner en sympathie dans le pays comme sur la scène internationale.

La construction d'un tel mouvement de masse peut apparaître comme une solution lointaine pour beaucoup de gens. Mais il s'agit du seul moyen de sortir de ce cauchemar grandissant. Le système capitaliste a montré à maintes reprises, partout sur le continent africain et au-delà, que le seul avenir qu'il a à offrir est de plonger la majorité de la population dans un cycle de barbarie, de crise économique, de guerre et de misère.

 

  • Non à l'intervention impérialiste dans le Nord du Mali ! Retrait des troupes étrangères du Mali - retrait des troupes françaises du Sénégal, de Côte-d'Ivoire, du Burkina Faso, du Tchad,...
  • Non à l'Etat d'urgence, pour le rétablissement de toutes les libertés démocratiques au Mali !
  • Pour la construction de comités de défense multiethniques démocratiquement organisés par la population malienne afin de chasser toutes les milices réactionnaires, mais aussi de résister à toute tentative d'occupation néocoloniale militaire du Nord !
  • Pour l'autodétermination des Touaregs! Tous les peuples du Sahel et du Sahara, ainsi que tous les peuples au sein de chaque pays, doivent avoir l'égalité des droits, et doivent décider de leur propre avenir !
  • Les richesses du Mali appartiennent au peuple malien ! Pour le contrôle et la gestion démocratique des grandes propriétés foncières, de l’Office du Niger, des mines et des secteurs stratégiques de l'économie malienne par les travailleurs et les pauvres, et non pas des gestionnaires corrompus ! Pour la nationalisation des secteurs-clés de l’économie sous contrôle démocratique !
  • Pour le financement d'un plan de développement économique basé sur les besoins des masses maliennes et contrôlées par elles !
  • A bas le régime de Bamako ! Pour un gouvernement des travailleurs et des paysans pauvres, afin de commencer la mise en œuvre de politiques socialistes pour développer le pays, sur base de la lutte commune des masse, organisées démocratiquement de la base.
Partager cet article
Repost0

Luttons contre le FN

Affiche

Journal L'Egalité

Journal-Egalite-158.png

"Le sens réel du mot d'ordre d'égalité ne peut résider que dans l'abolition des classes sociales" Lénine  

Pour en savoir plus     Abonnez-vous

Comité pour une Internationale Ouvrière

logo-CIO.JPG

www.socialistworld.net

 

Gauche Révolutionnaire, séction française du

Comité pour une Internationale Ouvrière

  Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C'est pourquoi la Gauche révolutionnaire fait partie d'une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en France s'inscrit dans le cadre d'une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l'arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C'est d'ailleurs l'isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

     Le CIO est une organisation socialiste internationale qui comprend des sections dans quarante-cinq pays sur tous les continents.

L'histoire du CIO, Comité pour une Internationale Ouvrière