Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Gauche Révolutionnaire Drôme Ardèche, section française du Comité pour une Internationale Ouvrière
  • : "Pour une société démocratique socialiste" La Gauche Révolutionnaire lutte pour un monde débarrassé de la misère et de l'exploitation. Un monde où l'économie sera organisée démocratiquement par les travailleurs eux-mêmes pour satisfaire les besoins de tous. Pour cela, il faut en finir avec le capitalisme et sa loi du profit. C'est par le socialisme, par une Révolution, par la planification démocratique de l'économie que pourra commencer à se mettre en place une société démocratique socialiste
  • Contact

campagnes GR Drôme

Facebook

Citation

« Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives. [...] les antagonismes des classes une fois disparus dans le cours du développement, toute la production étant concentrée dans les mains des individus associés, alors le pouvoir public perd son caractère politique. Le pouvoir politique, à proprement parler, est le pouvoir organisé d’une classe pour l’oppression d’une autre. Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue forcément en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, il détruit, en même temps que ce régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination comme classe.

A la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. »

marxMarx / Engels
Manifeste du parti communiste
1847
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:01
Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 21:50
Contre le racisme ! Contre le Front National, menons la lutte, tous ensemble !
28/05/2014

brest-300-lyceens-contre-le-fn_1921256_660x372 manifestation-de-lyceens-contre-le-fn_0 Des centaines de lycéens à Rouen, Angers, Rennes etc. ont fait grève et manifesté ces derniers jours en réaction au score du Front National aux élections européennes. 25% pour le parti de Marine Le Pen, «on peut pas laisser passer ça sans réagir». «Ne rien faire, c’est pire que tout et c’est leur laisser la voie libre».
Si le FN a atteint 25%, c’est bien parce que la situation d’une majorité de la population est catastrophique: chômage,  salaires insuffisants pour vivre, licenciements… et un gouvernement Hollande-Valls qui parle de continue la même politique d’austérité contre les travailleurs et les plus modestes alors que la fortune des 500 français les plus riches a encore augmenté de 25 % en un an d’après le rouen lycéens contre FN 27mars2014magazine Challenges ! Une poignée de gens ont des milliards tandis que des millions de gens galèrent pour mener une vie décente. ça ne peut pas continuer comme ça. C’est ça qui fait le lit du FN.

Télécharger le tract en format pdf ICI

Comment éteindre la flamme FN ?

Ce qui fait monter le FN ce sont ces politiques anti-sociales et l’aggravation des conditions de vie. Si le FN fait un tel score c’est parce que le système est tellement pourri qu’il peut se présenter comme une alternative. Mais le FN est loin d’être un parti anti-système. Il prétend s’opposer « au monde de l’argent » alors que la famille Le Pen est millionaire. Ses candidats aux européennes sont tous des politiciens qui font carrière comme ceux de certains autres partis, pas du tout des «gens du peuple» comme Marine Le Pen le prétend. Mais le PS et l’UMP se ressemblent tellement, il y a tellement peu de différences entre la politique de Hollande aujourd’hui et celle de Sarkozy hier qu’une partie de la population croit protester efficacement en votant FN. C’est une illusion, car le FN ne remet absolument pas en cause les raisons même des inégalités, de l’absence d’avenir pour les jeunes.
Car les causes, elles sont dans le système économique lui même, le capitalisme, qui ne connaît que la loi du profit et de l’exploitation des travailleurs. Notre lutte contre le Front National doit aussi être une lutte contre le capitalisme et les politique d’austérité du gouvernement.

Contre le racisme, organisons nous !

Le FN ressort également régulièrement un couplet raciste pour satisfaire le noyau dur de son électorat. L’idée, c’est de tenter de diviser en faisant croire que les responsables de la pauvreté ou du chômage ce seraient des pauvres, ou des chômeurs, qui auraient le tort de ne pas avoir la bonne nationalité… Comme si c’était eux qui étaient responsables des privatisations, des fermetures d’usine, des législations de l’Union Européenne…
Et sur ce terrain, le FN est largement aidé par les politiques et les déclarations de gens comme Valls, Copé ou autre. Là aussi, contre le racisme, c’est en nous unissant contre le FN, mais aussi contre tous ceux parmi les politiciens qui utilisent le racisme qu’on fera reculer de telles politiques et de telles idées. Nous sommes contre le racisme, le sexisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, l’homophobie etc..

Continuer la lutte !

Beaucoup de lycéens en manif le disaient : si le FN fait un tel score c’est bien aussi à cause de la politique du gouvernement. On doit continuer à manifester et agir pour montrer au FN et à Marine Le Pen qu’on ne les laissera pas passer. Mais on doit aussi prérarer une lutte d’ensemble, des jeunes, des travailleurs, des chômeurs, hommes ou femmes, quelle que soit leur origine ou leur culture, contre ces politiques qui nous font payer la crise du système capitaliste alors que les riches, les groupes d’actionnaires, les grands patrons, les banques, amassent des milliards.
Les premières mobilisations contre le FN peuvent permettre que se développe l’idée d’une lutte d’ensemble, pour un véritable emploi, pour le droit de suivre ses études dans des conditions correctes…
Ce système ne nous offre aucun avenir, refusons d’être une génération sacrifiée. Pour un véritable emploi,  une même lutte, celle contre la politique du gouvernement et ce système capitaliste qui ne nous offre aucun avenir !
Pour mener campagne avec nous contre le racisme et le FN, n’hésite pas à nous contacter  !

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 22:16

 

Après les élections, la nécessité d’une opposition de gauche.
16/04/2014

index

La claque a été sévère pour Hollande et sa politique au service des grands groupes capitalistes et du Medef. Hollande et Valls veulent continuer la même politique. Le pacte de responsabilité et ses 50 milliards pris dans la poche des travailleurs, travailleuses et de leurs familles pour les profits des grands patrons… Cette claque aux municipales n’a pas suffi pour y mettre un coup d’arrêt. Il nous faut une véritable force politique combattant pied à pied l’austérité, les bas salaires et les licenciements.

 

Pour une opposition de gauche combative contre Hollande et le Medef !

L’abstention très élevée et le dégoût sont devenus dominant parmi la population. Il y a urgence à la construction d’une opposition de gauche à Hollande et à tous ces partis pro-capitalistes de l’UMP au FN. Il faut que tous ceux et celles qui refusent cette politique au service des banquiers, des gros actionnaires et des gros patrons puissent se retrouver au moyen d’un programme de combat pour avancer dans les luttes sociales et politiques.
Il nous faut un plan commun d’actions et de grève pour mettre un coup d’arrêt aux licenciements et aux coupes dans les services publics qui permette aux équipes syndicales combatives, aux travailleurs qui résistent, de Goodyear à la Redoute, de ne plus être isolés. Et il nous faut pour cela un programme politique capable de rassembler tous les travailleurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités, homme ou femme, français ou étranger, qui veulent lutter et s’organiser. Une telle opposition large et démocratique, pourrait devenir une force déterminante dans les années à venir pour faire avancer les luttes de tous ceux et celles qui combattent le capitalisme et ses conséquences désastreuses et dans le but d’une société réellement débarrassée de l’exploitation et de la misère, une société authentiquement socialiste.

Quels prochains pas pour aller vers la naissance d’une opposition de gauche ?

Mélenchon a souvent parlé de la nécessité d’une opposition de gauche. Et le PCF a décidé de rejoindre l’appel initié par le NPA et le PG à manifester le 12 avril contre l’austérité. Cette manifestation est une bonne chose. Les forces à la gauche du PS doivent désormais avancer sur des points concrets et en clarifier d’autres s’ils veulent que naisse une vraie opposition de gauche. Électoralement, on l’a vu, le Front de gauche peut incarner une opposition lorsqu’il se présente de manière indépendante du PS. Cependant d’une manière générale, le Front de gauche et la gauche de la gauche plus globalement n’est pas apparu comme une force nationale d’opposition de gauche. Une des questions centrales est d’être ou non en rupture avec le PS et avec ceux qui le soutiennent ou s’y allient. Un des premiers pas doit être de clarifier cela. Or, certaines déclarations de Mélenchon ajoutent à la confusion. Le Parti de gauche fait depuis janvier de nombreux appels du pied à Europe Écologie – Les Verts pour «reconstituer la vraie gauche». Pourtant ce parti a participé et soutient le gouvernement Hollande. Ceci n’a pas empêché le PG de faire liste commune à Grenoble avec eux en remportant la mairie. Mélenchon parle même d’une nouvelle gauche possible avec EELV. Quelle gauche ? Et quelle différence avec le PCF qui dit vouloir pousser à gauche le PS ou qui s’allie à lui, parfois dès le 1er tour ? Qu’est-ce que signifie alors être en opposition à la politique de Hollande ? Faute de clarté politique, ces alliances ressembleront alors à des tactiques politiciennes bien éloignées de la construction d’une opposition de gauche combative face au gouvernement. Il faut lancer un véritable mouvement de discussions et d’actions contre le pacte de responsabilité, la casse de la protection sociale et les licenciements qui permettent à tous et celles qui veulent lutter et riposter de discuter
ensemble et d’agir contre le gouvernement Hollande-Valls-Gattaz.

Par Leïla Messaoudi

Partager cet article
Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 09:09

 

Election Municipale 2014 : Le choix va être limité…
19/02/2014
Dessin de Fanch à retrouver sur son blog : http://blog.fanch-bd.com

Dessin de Fañch à retrouver sur son blog : http://blog.fanch-bd.com

 

Un an et demi après son élection le gouvernement attaque de plus en plus nettement les travailleurs et la majorité de la population. Beaucoup d’entre nous se demandent pour qui voter et surtout si ce vote changera quoique ce soit. Dans un contexte de profond rejet du gouvernement Hollande-Ayrault, ces élections à caractère local vont nécessairement prendre un caractère national et doivent être l’occasion d’exprimer notre colère face aux politiques du gouvernement.Face à cette politique anti-ouvrière, notre positionnement se fera pour les listes qui s’opposent clairement à la politique du gouvernement.

Que voter face au FN ?

Alors que la colère face aux politiques contre les travailleurs fait monter les intentions de vote pour le FN, il est possible que ce parti puisse se maintenir au 2nd tour dans un certain nombre de villes voire même être en position de gagner une poignée de mairies. Dans le cas d’un second tour impliquant une liste de gauche et le FN, nous sommes pour empêcher le FN d’accéder à la mairie mais sans s’effacer derrière le PS. Par exemple à Hénin Beaumont (Nord Pas de Calais), face à un PS corrompu et un FN qui sera probablement en position de maintien, il devrait y avoir un rassemblement de toutes les forces qui défendent les intérêts des travailleurs FdG-NPA-LO. Cela devrait aussi être le cas dans l’éventualité d’un duel UMP/FN. Le vote FN est encore un vote de colère contre une élite politique qui ne s’occupe pas des problèmes de la majorité, et c’est en proposant une politique claire, contre les classes dirigeantes et le système capitaliste qu’elles servent, que l’on pourra réellement faire baisser les voix du FN et faire reculer ses idées racistes.

Le flou à la gauche du PS.

Une fois de plus, les listes à la gauche du PS et des Verts vont se multiplier, sans pour autant offrir de vrai choix sur le fond. Les cas de figures sont très variés, il y aura des listes PS-PCF dès le 1er tour, d’autres où le Front de gauche fera une liste seul au premier tour en annonçant déjà qu’il se ralliera au PS, des alliances Front de gauche-NPA… Notre choix de vote plus précis reposera sur le type de programme défendu par les listes, leur dynamique et leur volonté de défendre les travailleurs et la population et leur impact. Même si nous ne pensons pas que les élections peuvent à elle seules changer fondamentalement la donne politique, nous sommes en faveur de listes qui pourraient être un appui, en partie par leur audience, dans le débat sur la nécessité d’une opposition de gauche au gouvernement et au PS et EELV. Dans la majorité des cas, cela signifie un appel à voter de manière critique pour des listes Front de gauche et dans certains cas NPA ou pourquoi pas LO.

Pour une réelle opposition de gauche à la politique du gouvernement.

Il nous manque une perspective pour réellement organiser la résistance aux politiques de Ayrault-Hollande, celle-ci doit se construire, dans les urnes si possible, mais surtout dans les luttes. Le Front de gauche n’a pas l’air de prendre cette direction pour le moment, car il est plus préoccupé à sauver les sièges de ses élus. Pourtant la seule sortie de crise en faveur des travailleurs se fera par des luttes déterminées et massives de tous les travailleurs et les jeunes ensemble.

Par Virginie Prégny

Paru dans l’Égalité n°164 (janvier-février 2014

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 19:56
Le phénomène Dieudonné

Dieudonné

La France, et par ricochet tout une partie du paysage audiovisuel francophone, a vu augmenter une polémique autour de Dieudonné. Cet humoriste passé par la politique, est devenu un commentateur particulier et fortement controversé de la vie politique française. Le phénomène Dieudonné ne laisse personne indifférent : spectacles interdits, multiples procès intentés contre lui pour ses propos tenus lors de sketchs qui n’en sont plus vraiment,... Dieudonné a été même quasi propulsé au rang ''d’ennemi public numéro 1'' par Manuel Valls, le ministre Français de l’intérieur.

 

 

 

Dieudonné polarise les opinions. Cela force tout le monde à se positionner pour ou contre lui. De Nathalie Arthaud de Lutte Ouvrière en passant par Bernard Henry lévy, François Pirette, Nicolas Anelka et Tony Parker. Au-delà de ces personnalités, il y a une couche de jeunes principalement issus de l’immigration, habitants des quartiers populaires ou non, et aussi une couche de travailleurs qui apprécient sa posture ''anti-système''. Mais, au-delà de la posture, que signifie réellement le phénomène Dieudonné?

 

Un phénomène qui n’est pas nouveau

Ce n’est pas la première fois qu’un artiste polarise autant l’opinion ou défraie la chronique dans l’histoire de France. Les artistes ne sont pas isolés du reste de la société, ils ont grandi et ont été éduqués dans celle-ci. De plus, ils ont un rôle particulier dans la division du travail qu’a établi le capitalisme. Afin d’assurer leur besoins, ils doivent s’assurer que leur art trouve un public qui a les moyens de se le procurer. D’une manière ou d’une autre, l’artiste reflète une image de ce qu’est la société dans ses rapports de classes.

Un des plus grands écrivains de langue française du 20ème siècle fut aussi sujet à controverse. Louis Ferdinand Céline fut à son époque aussi un des sujets de polémique du paysage intellectuel français de l’époque. Malraux a écrit de lui : ''si c’est sans doute un pauvre type, c’est certainement un grand écrivain.''

Toute proportion gardée, le parallèle est en effet intéressant avec Dieudonné. Céline fut l’auteur du désormais célèbre et magnifique ''Voyage au bout de la nuit''. Ce livre a été célébré par toute la critique. Le style de Céline a plusieurs particularités, mais une des principales d’entre elles est d’utiliser le langage populaire au contraire de ses contemporains qui écrivaient dans un français académique. Le point de controverse sur Céline porte sur le fait qu’il était connu pour être un antisémite notoire ainsi qu'un misanthrope.

Son attitude lors de l’occupation allemande a été sujette à caution et il a été accusé de collaborationnisme. Il a aussi mis en œuvre son immense talent pour écrire les ordures antisémites que sont ''Bagatelles pour un massacre'' en 1937 et ''L’école des cadavres'' en 1938. Il se décrivait lui-même comme ''l’ennemi numéro 1 des juifs''. Léon Trotsky disait de lui en 1933 : ''Louis-Ferdinand Céline est entré dans la grande littérature comme d'autres pénètrent dans leur propre maison. Homme mûr, muni de la vaste provision d'observations du médecin et de l'artiste, avec une souveraine indifférence à l'égard de l'académisme, avec un sens exceptionnel de la vie et de la langue, Céline a écrit un livre qui demeurera, même s'il en écrit d'autres et qui soient au niveau de celui-ci. Voyage au bout de la Nuit, roman du pessimisme, a été dicté par l'effroi devant la vie et par la lassitude qu'elle occasionne plus que par la révolte. Une révolte active est liée à l'espoir. Dans le livre de Céline, il n'y a pas d'espoir.''

Dieudonné est à l’image de Céline un personnage rempli de talent. Beaucoup de critiques le décrivent comme étant l’humoriste le plus doué de sa génération. Il a toujours décrit dans ses premiers spectacles, avec Elie Semoun, le quotidien des jeunes de cité dans les quartiers populaires. Par ce biais, il a touché à la politique et à son commentaire. Si l’on compare l’évolution de l’humour de Dieudonné depuis le début de sa carrière dans la année '90 jusqu’à aujourd’hui, on ne peut que faire le parallèle évident avec la dégradation de la situation économique et sociale en France. Celle-ci est d’autant plus sévère dans les quartiers populaires français (ZUP) qui subissent plus fortement le démantèlement de l’état-providence au niveaux des écoles, des logements sociaux, de l'infrastructure de loisir et de transport,... Depuis les années '80, le chômage et l’exclusion sociale frappent massivement les jeunes de cités : la fermeture de l’usine Renault à Boulogne-Billancourt (Boulbi) est ainsi l’illustration que la racine des problèmes se trouve bien dans le système économique.

 

L’artiste comme reflet de la société

On peut lancer les pires insultes contre l’humour néfaste de Dieudonné ou le boycotter comme le veut une partie de l’establishment français, cela ne répondra pas aux causes qui poussent les gens à admirer sa posture de ''rebelle antisystème''. L’intervention de la France en Centrafrique est sa 4e opération militaire sur le continent africain. Après avoir soutenu les dirigeants contre qui elle prétend lutter, la bourgeoisie française est très mal placée pour donner des leçons de morale à Dieudonné.

La plupart des jeunes qui admire le soi-disant anti-impérialisme de Dieudonné n’ont pas encore rencontré dans leur quartier des anti-impérialistes véritables, ceux qui considèrent que l’ennemi de notre ennemi n’est nécessairement pas notre ami. Est seulement notre ami celui qui se bas pour les intérêts de la classe des travailleurs, contre ceux de la classe de ceux qui possèdent les leviers de l'économie. Ils apprécient donc l’ersatz que constitue Dieudonné en matière d’anti-impérialisme. L'establishment dirigeant dispose bien de ses propres pions qui commettent des atrocités, pourquoi donc, pensent beaucoup de ses partisans, critiquer Dieudonné qui défend Bachar en Syrie, a défendu Ahmadinejad en Iran ou, mais dans un autre registre, Chavez au Venezuela ? C’est le signe que la conscience de classe et la compréhension des méthodes de luttes efficaces contre le système capitaliste dans ces couches de la population sont à reconstruire.

Dieudonné met en scène les nombreuses erreurs qui résident dans la conscience de ces couches sociales : que ce soit les théories du complot ou les théories négationnistes qui confirment une perte d’autorité des institutions de la bourgeoisie, que ce soit l’antisémitisme diffus qui est, entre autres, lié à l’impasse sur la question Palestinienne.

Dieudonné donne corps à un ensemble de pensées et d’analyses qui ont remplacé l’analyse de classe dans les consciences. Le danger est que, sans une théorie juste, l’erreur pratique n’est jamais loin. Ainsi, à la mort du jeune antifasciste Clément Méric, Dieudonné a cru bon de défendre l’assassin Esteban Morillo et son groupe de néofascistes liés à Serge Ayoub et ses Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR). Cela devrait alerter les anciens des quartiers, car c’est justement aux Ayoub (qui fut plus connu sous le nom de batskin) qu’ils avaient à faire dans la rue.

 

Dieudonné, un artiste qui ne défend pas notre classe et nos intérêts

Dieudonné n’est pas de notre classe sociale, c’est un business man qui joue au prolétaire ‘victime’ du système. Avant les années 1980 et sa politique néolibérale (qui se base sur le chômage de masse pour détricoter le rapport de force des travailleurs notamment en faisant une pression à la baisse sur les salaires), le peuplement des quartiers populaires était composé d’immigrés qui travaillaient dans des usines où le travail était souvent rude : en tant que manutentionnaire, mineur, opérateur de production, femme de ménage ou encore docker. L’immigration en France était - et est toujours - pour sa plus grande part constituée de prolétaires. Des femmes et des hommes durs à la tâche ont contribué à créer les richesses dont se gavent en premier lieu les capitalistes français.

Dieudonné, lui, ne connait pas le dur labeur du prolo, il donne ses représentations à guichets fermés au prix de 40 euros la place. Certains opéras soi-disant réservés aux bourgeois sont meilleurs marchés. Il a construit un ''système Dieudonné'' où il est sa propre marque. Le scandale lui sert de campagne marketing. Il serait intéressant de connaitre son patrimoine pour voir si ces fins de mois sont aussi difficiles que ça...

Il réussit à se faire passer pour un antisystème parce que ceux qui devaient combattre le système ont arrêté de le combattre. Les organisations des travailleurs ont abandonné le combat contre le capitalisme et ce faisant, ils ont aussi abandonné l’encadrement idéologique et social de la classe ouvrière. Les bureaucraties syndicales et les partis de gauche, en premier lieu le PS et le parti communiste, ont abandonné depuis longtemps ceux qui étaient le plus loin des lieux de travail avec des délégations organisés, avant d’abandonner de plus en plus l’ensemble de la classe. Cela permet à tout un tas d’organisation réactionnaire de tout bord de proliférer dans les quartiers populaires. George Marchais, secrétaire général du PCF, parlait déjà à son époque (en 1981) de ''préférence nationale''! Il est dès lors difficile pour les jeunes issus de l’immigration de considérer ce type de parti comme le leur.

Enfin, Dieudonné sépare plus qu’il n’unit la classe. Il s’est prononcé contre le mariage pour tous et a une conception totalement conservatrice de la famille et des valeurs morales. Cette dernière est un des instruments idéologiques qu’utilise la bourgeoisie pour nous asservir. La famille classique permet au capitaliste, entre autres, de ne pas avoir à payer pour la socialisation du travail domestique. Il se présente comme un militant pour la mémoire de l’esclavage et de la colonisation, mais il a la même morale que les anciens esclavagistes et colonisateurs.

Dieudonné, comme artiste, n’est pas la cause mais le symptôme. Pour lutter contre les causes qui réussissent à engendrer un tel phénomène, seul un programme qui défend les intérêts des travailleurs et de leurs familles sera efficace. Ce programme, pour réellement s’attaquer aux causes, doit s’en prendre au capitalisme en France et partout dans le monde.

La construction d’un nouvel outil de discussion collective des travailleurs, des jeunes et des allocataires sociaux est nécessaire pour que toute la classe écarte les fausses solutions et s’unisse de plus en plus massivement contre son seul adversaire: les 1% au sommet de cette société.

Pour terminer, Trotsky avait dit à propos de Céline : ''Céline, tel qu'il est, procède de la réalité française et du roman français. Il n'a pas à en rougir. Le génie français a trouvé dans le roman une expression inégalée. Parlant de Rabelais, lui aussi médecin, une magnifique dynastie de maîtres de la prose épique s'est ramifiée durant quatre siècles, depuis le rire énorme de la joie de vivre jusqu'au désespoir et à la désolation, depuis l'aube éclatante jusqu'au bout de la nuit. Céline n'écrira plus d'autre livre où éclatent une telle aversion du mensonge et une telle méfiance de la vérité. Cette dissonance doit se résoudre. Ou l'artiste s'accommodera des ténèbres, ou il verra l'aurore.''Dieudonné a résolument choisi les ténèbres. Les prochaines luttes du prolétariat français, qui a de grandes traditions révolutionnaires, veilleront à ce qu’il y reste.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 21:55

 

Le PS… plus que jamais capitaliste !

Le PS… plus que jamais capitaliste !

Les plus jeunes n’ont pas vécu l’expérience de la «gauche» au pouvoir. La politique d’Hollande et de Sarkozy est à peu de choses près similaire. Mais celle-ci n’a pas le même impact parmi la population car le PS se prétend de gauche. Montebourg, mariage pour…

Lire la suite »

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:00

Manifestations des 1er et 5 mai

Tous dans la rue contre l’austérité, les licenciements et la corruption !
Image
Qui est réellement surpris par l'affaire Cahuzac ? Hollande nous a promis une «république exemplaire», tout comme il avait promis son fameux impôt de 75% pour les millionnaires... mais ça c'était avant ! L'affaire Cahuzac n'est que la partie visible de la corruption et des scandales financiers. La différence entre lui et beaucoup d'autres politiciens et patrons, c'est qu'il s'est fait prendre. Ce n'est pas le problème d'un individu, mais bien celui de tout un système. Pendant que des millions de personnes galèrent pour survivre, même en ayant un emploi, une minorité s'enrichit à millions, bénéficiant de lois, d’allègements fiscaux... Rien que pour les entreprises, c'est 36 milliards d'évasion fiscale pour 2012, plus de 3 fois le fameux «trou de la sécu», qu'on veut nous faire payer, bien sûr.

Version PDF : http://www.gr-socialisme.org/images//tractgr01-05052013.pdf

 La carte des manifs du 1er Mai : http://www.carte.cgt.fr/ 

Dernière mise à jour : ( 22-04-2013 )

Lire la suite...

 

 

 

Assez de cette politique pour les riches et les patrons !

Nous ne voulons plus de ce système capitaliste, fondé sur l'exploitation maximale d'une majorité par la minorité, ni de sa Ve république. C'est la république de la corruption, la république des banquiers, des actionnaires prêts à casser nos conditions de vie par les licenciements, par l'austérité, pour garantir leurs profits. Ces politiciens augmentant les impôts (TVA) pour les salariés, baissent les dépenses publiques, allègent les charges patronales et cassent le code du travail (l'ANI du 11 janvier) pour nous faire payer leur crise et augmenter leurs profits. Marre de ce système où patrons et banquiers possèdent la presse, la télévision, les usines.

Ils trichent et mentent. Pourquoi devrions-nous accepter leur austérité ? Pourquoi devrions-nous payer leur crise ? Comme les PSA, les Goodyear et tant d'autres, il faut lutter et refuser leurs licenciements, leur ANI et leur casse de nos services publics ! Tant qu'on ne sait pas où ils cachent leur argent et ce qu'ils en font, on n'a pas à discuter de leur politique. Et si on pouvait voir les comptes des grandes entreprises, en particulier celles qui licencient, il apparaîtrait clairement qu'ils sont faussés pour justifier les licenciements et en fait augmenter les profits. La famille Peugeot a, soi dit en passant, une des plus grosses fortunes planquée en Suisse.

Unissons nos forces pour lutter ! Il est temps de riposter !

La réalité pour la plupart d'entre nous c'est que la fin du mois arrive de plus en plus tôt, qu'on doit limiter le chauffage même quand il fait froid, qu'on ne mange pas forcément ce qu'on veut mais ce qu'on peut acheter ...

Face à l'urgence de la situation et le ras le bol de millions de personnes on a besoin que la résistance s'organise. C'est pour cela qu'il faut participer en masse aux manifestations du 1er mai, et à la manifestation du 5 mai appelée par Mélenchon à Paris pour mettre un «coup de balai» dans le monde politique. Mais il ne faudrait pas s'arrêter là. Il faut stopper les mesures d'austérité d'Hollande-Ayrault, les attaques des patrons, les magouilles de la finance. Il faut une riposte d'ensemble, des travailleurs, des jeunes, des chômeurs, des retraités.

Les syndicats, nationalement et localement, devraient préparer une vraie journée de lutte, une véritable grève totale, pour montrer notre force et notre refus de la situation actuelle. Toutes les organisations défendant les travailleurs, les jeunes... pourraient la construire et mobiliser dans ce sens. Une manifestation nationale avec grèves contre l'austérité et le chômage serait un premier pas pour rassembler dans une même lutte tous ceux qui souffrent de la situation sociale actuelle. Une telle journée permettrait d'être un avertissement au gouvernement et aux patrons qu'on ne va pas se laisser faire sans rendre des coups. Ce serait aussi un moyen de rompre l'isolement des nombreuses luttes actuelles pour poser les bases d'un grand mouvement d'ensemble. Cette initiative construite dans les entreprises, les quartiers, les lycées et facs, serait un point d'appui majeur pour commencer à construire une opposition au gouvernement et à sa politique.

Pour une opposition à la politique de Hollande !

Même si on avait que peu d'illusions sur Hollande, beaucoup se disaient que ça ne pourrait quand même pas être pire que Sarko. Mais c'était le choix entre le pire et le moins pire... Ce qui nous manque, c'est une véritable opposition politique aux politiques d'austérité, et aux attaques des capitalistes pour augmenter leurs profits. Alors qu'on annonce déjà une possible récession économique pour 2013, que les politiques d'austérité en Grèce, en Espagne, au Portugal n'ont fait qu'entraîner des millions de personnes dans la misère sans toucher aux riches, préparons nous à lutter !

Ce gouvernement a fait la démonstration qu'il ne sert que les intérêts des riches et des capitalistes mais on peut le stopper par une mobilisation tous ensemble. Pour qu'une telle mobilisation réussisse, il nous faut une force politique à nous, organisant les travailleurs pour qu'ils puissent construire les luttes et les résistances, défendant une véritable alternative au capitalisme. Une force qui n'hésite pas à défendre l'arrêt complet des licenciements, la nationalisation de l'ensemble du secteur financier, l'organisation de l'économie de manière planifiée et démocratique pour satisfaire les besoins de tous et toutes. Une telle économie, basée sur la propriété publique des principaux moyens économiques, permettra une société démocratique et juste, à l'opposé de ce système et de sa république corrompue. C'est le socialisme démocratique, possible grâce à une révolution de masse, qui renversera le capitalisme et permettra un gouvernement réellement au service des travailleurs et de la population.

Tous ensemble aux manifestations du 1er et du 5 mai,pour en faire un point de départ pour une véritable lutte d'ensemble contre l'austérité, la politique d'Hollande-Ayrault, et les attaques des capitalistes.

Contactez nous pour mobiliser pour ces manifestations et pour continuer la lutte ensuite.

-Pour une journée nationale de grève contre les politiques d'austérité, les licenciements, pour la hausse des salaires et un emploi pour tous et toutes

-contre la corruption, paiement des élus au salaire moyen d'un travailleur ! Révocabilité des élus !

- Arrêt des privatisation, et des suppressions de postes, renationalisation des services privatisés, nationalisation des entreprises qui licencient

- Egalité entre tous et toutes, non au racisme, au sexisme, à l'homophobie...

- Contre le capitalisme et sa loi du profit au bénéfice d'une minorité, pour le socialisme démocratique !
Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:54

Monsieur Cahuzac s’est confessé le 16.04.2013, et c’était à se demander si l’on vivait bien dans une République laïque. M. Cahuzac a devant lui une grande carrière d’acteur, dans le rôle du pêcheur qui met très longtemps à réfléchir s’il va ou non aller à confesse et demander pardon. Peut-être ira-t-il demander l’absolution au Pape ?

Hommes politiques de droite, journalistes, n’en finissent pas de parler de « la moralisation en politique ». On peut rappeler que la moralisation est « l’action de rendre conforme à la morale ».

Il est bien... extraordinaire qu’il faille recadrer sans cesse, à droite comme à gauche, les représentants politiques que nous avons élus, et qui ont oubliés que la morale est « l’ensemble des règles d’action et des valeurs qui fonctionnent comme normes de la société ».

Encore une fois, on voit où est arrivée cette mondialisation capitaliste qui a perverti plus que jamais financiers et politiques ainsi que la plupart des médias car... quelle aubaine pour les médias, toutes ces confrontations avec des « experts », des journalistes ravis...

Une belle exception, Médiapart qui a fait son travail d’investigation.

Cependant, à la décharge des médias, le remarquable documentaire sur Florange le 16.04.2013 sur France 5, si humain, et qui montre à quel point le politique (national, européen), n’a aucun pouvoir pour garder le peu d’industrie qui reste, la mailler avec l’écologie, les soi-disant accords européens Ulcos sur la baisse du CO² par la modernisation des usines... et donc... l’emploi !

Durant le documentaire, en écoutant ces belles personnes qui disaient doucement qu’ils « survivaient » (en attendant les décisions, grâce à l’entraide et à leur volonté d’arriver au but), je me suis demandée :

1. si M. Cahuzac avait regardé cette émission, en ce cas, quelles étaient ses conclusions, lui qui n’a jamais manié que des millions et des milliards (note : le smic est à 1000 € net M. Cahuzac).

2. Si les ouvriers de Florange avaient regardé le grand pardon de M. Cahuzac, en ce cas, s’ils n’avaient pas eu envie de casser le poste de télé et de chasser pour de bon le capitalisme !

3. Si un jour nous verrons la fin des paradis fiscaux, ou des autres planques de riches, même si M. Mittal dit que « seul le profit l’intéresse ».

4. Si un jour existera la loi annoncée en 2012 en campagne électorale : « quand une grande firme ne veut plus d’une unité de production mais ne veut pas non plus la céder, nous ferons obligation que des repreneurs interviennent ».

L’Etat n’a donc aucun pouvoir ni la volonté de combattre le capitalisme.

Et j’ai mis en boucle la formidable chanson de Lavilliers « Les mains d’or ». Lavilliers qui a toujours suivi les gars de Florange et leurs familles, résistantes elles aussi.

 

Brigitte D.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 20:22

La casse sociale nous prépare à une baisse des retraites dès 2013... "A cause de la crise" , pendant que des milliards sont dépensés pour sauver des banques et des entreprises qui n'ont jamais fait tant de profits ! Les actionnaires sont contents, le medef est content, les "marchés" sont contents, et les agences de notation sont contentes.

 

Les retraités ne sont PAS contents :

Ils ont déjà 0.3% de moins sur leur retraite, et la "désindexation" arrive : l'accord est déjà prêt pour que les retraites COMPLEMENTAIRES  augmentent MOINS vite que l'inflation... et le gouvernement "pense s'en inspirer" pour faire la même chose avec les RETRAITES DE BASE ! ! !

 

Les retraités doivent lutter pour garder leurs droits :

ils ont travaillé dur, ils ont cotisé, et les cotisations versées pendant toute leur vie professionnelle est un salaire différé, un salaire gagné en travaillant.

 

Alors unissons nos forces à tous, actifs et retraités, pour se débarasser de la misère.

, est-ce juste ?

Oui, il y a 500 000 bénéficiaires du minimum vieillesse en france (625€ par mois), est-ce juste ?

 

nous menace désormais, avec l'acord... de nos élus, qui ont déjà fait passer l'âge de la retraite de 60 à 62 ans, puis à 62 et 67 ans !

 

juste, qui redistribue les richesses selon les besoins de chacun :  

rejoignons la Gauche révolutionnaire, unissons nos forces !

 

Brigitte D., GR Drôme

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 20:27
STOP AU CHANTAGE PATRONAL !
NON A L'ACCORD SUR LA FLEXIBILITE !

 

Dans la presse internationale les bourgeois se félicitent d'un compromis historique en France entre les syndicats et le patronat. Ils fantasment presque sur la fin de la lutte des classes et le début d'une nouvelle ère. Cependant, les luttes des travailleurs continuent bel et bien, comme les psa Aulnay qui sont entrés en grève reconductible.
Ce que l’on voit surtout avec cette accord de soit disant ''sécurisation de l'emploi'', c’est que les syndicats signataires (CFDT, CFE CGC, CFTC) et le gouvernement se soumettent à la volonté du MEDEF en revenant sur nos droits acquis par les luttes des travailleurs depuis des décennies.

 

Lire la suite...

 

 

Taxation des CCD et autres mesurettes: L’arnaque généralisée!

Le contexte général de l'accord est d'avoir des accords par branches professionnelles qui seront validés si 50% des organisations syndicales représentatives les votent afin de contourner les conventions collectives nationales, le code du travail et les éléments essentiels des contrats de travail.
Les syndicats signataires se félicitent d'une taxation des cdd qui limiterait l'emploi précaire pour encourager le CDI et qui serait reversé au régime de chômage. Cette taxation ne concerne pas tous les CDD et coûterait 110 millions d’euros au patronat. Mais elle est compensée par de nouvelles exonérations de cotisations pendant 3 mois pour l'embauche en cdi de moins de 26 ans pour un montant total qui devrait s’élever à 155 millions d’euros. Au final le patronat y gagne 45 millions d’euros !
L'autre point censé être positif est la généralisation de la complémentaire santé à toutes les entreprises (sauf pour les entreprises de moins de 50 salariés dans lesquelles des accords de branche étendus devront être négociés). Mais rien ne dit que les accords seront favorables aux salariés: Qui va payer le plus entre patrons et salariés? Les grosses entreprises seront plus avantagées à cause des tarifs dégressifs et la question de l'obligation de souscription se pose. Tout en sachant que c’est l’employeur qui choisira le prestataire. En dernier recours sans accords d'ici 2016 une complémentaire au rabais sera instaurée. Sous des couverts de progrès cette mesure est surtout un superbe cadeau de 4 milliards selon le patronat lui-même fait aux sociétés d’assurances et de mutuelles!
Les mesures concernant les chômeurs sont dérisoires et renvoyées aux négociations déjà en cours à l'Unedic. Les droits aux chômages pourraient être conservés après l'embauche et réutiliser pour une future période de chômage mais cela se fera à moyen constant. Autrement dit pour financer cette mesure, c’est le niveau d’indemnisation (durée et montant) qui risque d’être revu à la baisse pour tous les chômeurs.
Concernant la formation un compte individuel de formation est créé pour être transférable d’une entreprise à une autre. Il est plafonné à 120 heures et est rechargeable à raison de 20 heures par an  ce qui existe déjà dans le DIF .Ce n’est pas avec ça que l’on va pouvoir avoir des formations qui soit utile tout au long de sa vie. La décision revient toujours à l'employeur pour en bénéficier. Ce dispositif pourrait être mis en place avant une première embauche mais pour cela financé par les collectivités.
Une autre mesure est la mise en place de deux représentants des salariés dans les conseils d'administrations des entreprises de plus de 10000 dans le monde et 5000 en France ce qui en représente peu: 200 entreprises environ. Bien que ces représentants aient une voix délibérative, quel poids auront-ils dans une multinationale face à des experts économiques en tout genre, aux représentants du patronat et des grands groupes financier qui seront présents en plus grand nombre ? Les représentants des salariés qui enfreindraient la confidentialité des débats s’exposeraient à des poursuites judiciaires. Autrement dit, c'est est un véritable leurre démocratique. On ne sait pas si ces représentants seront élus ou comment ils seront désignés.

 

LES TRAVAILLEURS NE SONT PAS DES MARCHANDISES A EXPLOITER ET A JETER!

Pour les très petites entreprises, un contrat intermittent va être mis en place ce qui permet d'avoir un cdi mais de ne pas travailler durant les moments de l’année de faibles activités. Le salaire quant à lui sera lissé sur l’année entière: autrement dit les salariés embauchés avec ce type de contrat risque de voir quelques mois de salaires versés sur 12 mois. Impossible de vivre avec ça!
Les accords compétitivité-emploi seront généralisés sur des périodes des deux ans par accords si l'entreprise est en difficulté. Ce qui permettra de baisser les salaires, le nombre d’heures travaillé et tous les avantages. Mais comment juger si l’entreprise est en difficulté ? Rien n'est dit à part la possibilité d'avoir recours à un expert-comptable payé par l'entreprise (ce qui pose un grave problème de conflit d'intérêt).Tous les salariés qui ont été confronté au chantage le savent, ce n’est pas parce que l’on fait des concessions aux patrons qu’au final ces derniers ne ferment pas les entreprises !
Avec la signature d'accords, les plans de licenciement pourront passer outre la justice ! Ils seront validés par l’administration en l’occurrence les DIRECCTE qui manquent cruellement d’inspecteurs et de contrôleurs du travail. Elle aura un temps limite pour juger de la validité du plan de licenciement (sans réponse le plan sera tacitement accepté !). les indemnités seront plafonnées et les délais de contestation réduits.

 

Il y a aussi deux nouveautés mises en place qui vont nous rendre comme des marchandises pour nos patrons. Dans les groupes, on pourra nous affecter à un autre site sur avenant et si on refuse on est licencié pour faute personnelle c'est-à-dire sans indemnités ! Quelles conséquences pour nos familles ! Ensuite un droit sera ouvert sur la base du volontariat à aller dans une autre entreprise en suspendant son contrat et de décider ensuite de revenir ou pas. Bien sûr c'est avec l’accord du patron et durant cette période, il est exonéré de toutes obligations conventionnelles. C’est un grand risque à prendre. On a déjà vu ce qu'a donné la rupture conventionnelle où on a mis la pression aux salariés pour qu'ils partent. C'est un nouveau moyen de nous dégager sans rien nous donner.
Nos droits aux prud’hommes sont aussi mis à mal en réduisant les délais de contestation à 24 mois et donne la possibilité aux patrons en conciliation de s'exonérer de toutes ses fautes avec une indemnité plafonnée à l'ancienneté!

Des conséquences dévastatrices pour l'emploi

A part le contrat intermittent, ces mesures vont surtout servir pour les grands groupes du Medef à casser les luttes des travailleurs contre les licenciements et les résistances internes.
Les ''droits de mobilités'' seront surtout un moyen d'écarté les syndiqués gênants et surtout de pouvoir restructurer comme ils le souhaitent. Par exemple pour PSA, ils veulent fermer Aulnay et faire la C3 à Poissy ou ils vont bientôt ouvrir une chaine de nuit pour uniquement pour faire des économies, fermer les sites un par un en France et délocaliser. Avec cette accord plus besoin de procédure on modifie les contrats pour envoyé les ouvriers à Poissy ou on les licencie ! Sans parler des facilités des plans de licenciements pour fermer sans reclassement.

On doit tout faire pour empêcher cet accord!

La CGT et FO doivent mobiliser en lien avec les licenciements d'aujourd'hui et s'adresser aux adhérents des centrales signataires pour qu'ils prennent position et que les syndicats retirent leurs signatures. Ensuite viendra la question du vote ou pas des députés et des luttes dans les branches si nécessaire.
Syndicats et partis de gauche, tous ensemble c'est maintenant qu'il faut lancer l'offensive contre la politique du gouvernement.
Partager cet article
Repost0

Luttons contre le FN

Affiche

Journal L'Egalité

Journal-Egalite-158.png

"Le sens réel du mot d'ordre d'égalité ne peut résider que dans l'abolition des classes sociales" Lénine  

Pour en savoir plus     Abonnez-vous

Comité pour une Internationale Ouvrière

logo-CIO.JPG

www.socialistworld.net

 

Gauche Révolutionnaire, séction française du

Comité pour une Internationale Ouvrière

  Le capitalisme est un système mondial et il doit être combattu à la même échelle. C'est pourquoi la Gauche révolutionnaire fait partie d'une organisation marxiste internationale: le Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO), un parti mondial actif sur tous les continents. Notre lutte en France s'inscrit dans le cadre d'une lutte des travailleurs du monde entier pour un société socialiste car si la révolution socialiste éclate sur le plan national, elle se termine sur l'arène internationale. La démocratie ouvrière et la planification socialiste de la production ne peuvent se limiter à un seul pays. C'est d'ailleurs l'isolement de la Russie soviétique qui a conduit à sa dégénérescence à partir de 1924.

     Le CIO est une organisation socialiste internationale qui comprend des sections dans quarante-cinq pays sur tous les continents.

L'histoire du CIO, Comité pour une Internationale Ouvrière